Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Forum Spécial 80 & 90

Publié par Nostradam

Cerrone, né Jean-Marc Cerrone, est un compositeur et musicien français qui aura vendu pas moins de 30 millions de disques durant sa carrière.

C’est à 12 ans qu’il touche une batterie pour la première, cadeau de sa mère et en grandissant, ses références musicales s’orientent plutôt vers Chicago, Cream ou Santana.

C’est en 1969 que les choses s’accélèrent pour lui lorsqu’il devient directeur artistique d’une quarantaine de Clubs Med, après qu’il ait convaincu Gilbert Trigano d’engager des groupes de rock.

Mais le véritable démarrage de sa carrière musicale a lieu en 1972 lorsqu’il forme le groupe « Kongas ».

Remarqué par Eddie Barclay, qui devient le son premier producteur, il sort son premier single « Boom ». Sans réel succès.

Mais le groupe tourne pas mal et va même jusqu’à jouer au Japon.

L’aventure s’arrête en 1974 quand il décide de quitter le groupe.

En 1975, il ouvre un magasin de disque et propose notamment les premiers disques Disco venant des Etats Unis.

En les écoutant, l’inspiration lui vient et avec l’aide de son ami Don Ray qui possède un studio d’enregistrement, il réalise une maquette.

En 1976, il décide carrément de partir à Londres pour y faire un album complet. Qu’il autoproduit.

Et le résultat est purement et simplement incroyable pour l’époque, tant coté sonorité que côté durée des morceaux, pour certains, d’une durée de 16 minutes…

Toutes les maisons de disque refusent l’album « Love in C minor » et Cerrone décide donc de le distribuer lui-même.

Miracle qu’il arrive à accomplir aux Etats-Unis et le résultat est énorme : plus de 8 millions d’albums sont vendus à travers le monde.

En 1977, il sort un deuxième album « Cerrone’s paradise » mais la sonoroité est trop proche du précédent d’où un succès relatif.

Cerrone décide de rebondir rapidement et compose la même année l’album « Cerrone III - Supernature ». Et cette fois-ci, c’est un véritable carton planétaire. Il s’en vendra aux alentours des 10 millions.

Le single du même nom met le feu à tous les dancefloor de la planète, idem pour le deuxième extrait « Gime me love ».

L’album « Cerrone IV – The Golden Touch » sort en 1978 et marche sur les traces du précédent.

Les singles « Rocket in the pocket » et « Look for love » cartonnent à leur tour.

En 1979, il sort l’album « Cerrone V - Angelina » avec une sonorité nettement plus orientée new-wave rock dont seront extrait les singles « Living in love » et « Call me tonight », ce dernier faisant un carton dans les clubs gays.

L’année 80 coincide avec la sortie de 2 albums coup sur coup : « Cerrone VI » et « Cerrone VII – You are the one ».

Puis sort l’album « Back track » en 1982.

Et enfin l’album « Cerrone IX » en 1983. Aucun de ces albums ne retrouvera le même niveau d’engouement de la part du public que les précédents.

Stoppant net l’ascension fulgurante de ce petit franchie hors norme.

Faute de succès dans les bacs, Cerrone s’est depuis reconverti dans les méga shows version Jean-Michel Jarre, occupation qui pour l’instant lui réussi plutôt bien.

Discographie (entre autres...) :

• Love in C Minor 1976

• Supernature 1977

• Give me love 1978

• Je suis music 1978

• Look for love 1978

• Rock me 1979

• Living in love 1979

• Call me tonight 1979

• You are the one 1981

• Tripping on the moon 1981

Donnez lui de l'amour !

1976...1000 % D I S C O. Les débuts fracassants de celui qui va devenir l'un des plus gros phénomènes Dance de cette fin de XXème siècle

1977...un des plus gros hits Dance de la décennie 70. ENORMISSIME tube intergalactique qui fait littéralement exploser la notoriété du chanteur. Un coup de Maître !

1978...il récidive un an plus tard avec un titre tout aussi ENORMISSIME. Tous les Dancefloor prennent littéralement feu ! Géantissime !

1978...une suite fort sympathique mais difficile de rivaliser avec les 2 joyaux précédents

1978...toujours et encore, full DISCO. Un festival ininterrompue de tube Dance que rien ni personne ne peut arrêter

1981...changement d'époque et de son. Bienvenue dans la planète funky music

1981...mais difficile de rivaliser avec la concurrence...l'inspiration n'est plus vraiment au rendez-vous. Alors, un p'tit dernier pour la route ?

Commenter cet article