Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Cerrone, né Jean-Marc Cerrone, est un compositeur et musicien français qui aura vendu pas moins de 30 millions de disques durant sa carrière.

C’est à 12 ans qu’il touche une batterie pour la première, cadeau de sa mère et en grandissant, ses références musicales s’orientent plutôt vers Chicago, Cream ou Santana.

C’est en 1969 que les choses s’accélèrent pour lui lorsqu’il devient directeur artistique d’une quarantaine de Clubs Med, après qu’il ait convaincu Gilbert Trigano d’engager des groupes de rock.

Mais le véritable démarrage de sa carrière musicale a lieu en 1972 lorsqu’il forme le groupe « Kongas ».

Remarqué par Eddie Barclay, qui devient le son premier producteur, il sort son premier single « Boom ». Sans réel succès.

Mais le groupe tourne pas mal et va même jusqu’à jouer au Japon.

L’aventure s’arrête en 1974 quand il décide de quitter le groupe.

En 1975, il ouvre un magasin de disque et propose notamment les premiers disques Disco venant des Etats Unis.

En les écoutant, l’inspiration lui vient et avec l’aide de son ami Don Ray qui possède un studio d’enregistrement, il réalise une maquette.

En 1976, il décide carrément de partir à Londres pour y faire un album complet. Qu’il autoproduit.

Et le résultat est purement et simplement incroyable pour l’époque, tant coté sonorité que côté durée des morceaux, pour certains, d’une durée de 16 minutes…

Toutes les maisons de disque refusent l’album « Love in C minor » et Cerrone décide donc de le distribuer lui-même.

Miracle qu’il arrive à accomplir aux Etats-Unis et le résultat est énorme : plus de 8 millions d’albums sont vendus à travers le monde.

En 1977, il sort un deuxième album « Cerrone’s paradise » mais la sonoroité est trop proche du précédent d’où un succès relatif.

Cerrone décide de rebondir rapidement et compose la même année l’album « Cerrone III - Supernature ». Et cette fois-ci, c’est un véritable carton planétaire. Il s’en vendra aux alentours des 10 millions.

Le single du même nom met le feu à tous les dancefloor de la planète, idem pour le deuxième extrait « Gime me love ».

L’album « Cerrone IV – The Golden Touch » sort en 1978 et marche sur les traces du précédent.

Les singles « Rocket in the pocket » et « Look for love » cartonnent à leur tour.

En 1979, il sort l’album « Cerrone V - Angelina » avec une sonorité nettement plus orientée new-wave rock dont seront extrait les singles « Living in love » et « Call me tonight », ce dernier faisant un carton dans les clubs gays.

L’année 80 coincide avec la sortie de 2 albums coup sur coup : « Cerrone VI » et « Cerrone VII – You are the one ».

Puis sort l’album « Back track » en 1982.

Et enfin l’album « Cerrone IX » en 1983. Aucun de ces albums ne retrouvera le même niveau d’engouement de la part du public que les précédents.

Stoppant net l’ascension fulgurante de ce petit frenchie hors norme.

Faute de succès dans les bacs, Cerrone s’est depuis reconverti dans les méga shows version Jean-Michel Jarre, occupation qui pour l’instant lui réussi plutôt bien.

Discographie (entre autres...) :

• Love in C Minor 1976

• Supernature 1977

• Give me love 1978

• Je suis music 1978

• Look for love 1978

• Rock me 1979

• Living in love 1979

• Call me tonight 1979

• You are the one 1980

• Tripping on the moon 1981

• Back track 1982

• Your love survived 1982

• Freak connection 1983

• Cycle's woman 1983

• Club underworld 1984

• Oohps, oh no ! 1986

• Heart of me 1989

• I'm gonna take a another chance on you 1990

Donnez lui de l'amour !

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1976...1000 % D I S C O. Les débuts fracassants de celui qui va devenir l'un des plus gros phénomènes Dance de cette fin de XXième siècle

1977...un des plus gros hits Dance de la décennie 70. ENORMISSIME tube intergalactique qui fait littéralement exploser la notoriété du chanteur. Un coup de Maître !

1978...il récidive un an plus tard avec un titre tout aussi ENORMISSIME. Tous les Dancefloor prennent littéralement feu ! Géantissime !

1978...une suite fort sympathique mais difficile de rivaliser avec les 2 joyaux précédents, c'est clair. A l’impossible, nul n'est tenu...

1978...toujours et encore, full DISCO. Un festival ininterrompu de tube Dance que rien ni personne ne peut arrêter

1979...après une année 1978 exceptionnelle en tous points, l'année 1979 va paraître quelque peu pâlichonne. Il va y avoir la quantité mais concernant la qualité, c'est autre chose...

1979...ça reste sympathique mais l'inspiration géniale qui avait prévalu l'année précédente semble quelque peu s'être envolée. Dommage...

1979...ce titre là tirera un peu plus son épingle du jeu mais tout juste. Il va falloir sacrément se reprendre pour éviter de disparaître purement et simplement...

1980...changement d'époque et de sonorité. Bienvenue dans la planète funky music et ma foi, la transition est des plus réussie. Comme quoi, quelles que soient les modes, quand le talent est là tout va !

1981...mais difficile tout de même de rivaliser avec la concurrence...l'inspiration commence à faiblir et ne correspond pas vraiment aux nouveaux standards du moment. Alors, un p'tit dernier pour la route ?

1982...l'aventure n'est pas tout à fait terminée mais il est clair que l'artiste ne fait plus partie du peloton de tête dorénavant. Il va falloir réagir et vite !

1982...dans un océan de titres Dance, il se sera aventuré une seule fois dans le domaine Intimiste. Et ma foi, le résultat est loin d'être ridicule !

1983...même si la reprise est timide, l'artiste résiste vaille que vaille. Pas sur que cela dure encore très longtemps mais bon...

1983...toujours aussi Dance, toujours aussi rythmé, toujours aussi endiablé. Mais ce qui fonctionnait parfaitement durant les années 70 ne fonctionne pas vraiment de la même manière durant la décennie 80...

1984...on connaissait le Club Tropicana de Wham, titre phare de l'année précédente. Celui-ci lui ressemble étonnamment, avec un niveau de succès bien moindre malheureusement...

1986...c'était bien essayé que de réunir 2 énormes stars, l'une des années 70 et l'autre des années 80. Malheureusement, la mayonnaise ne prend pas tout le temps comme on dit...

1989...c'était bien essayé que de réunir 2 énormes stars, l'une des années 70 et l'autre des années 80. Malheureusement, la mayonnaise ne prend pas tout le temps comme on dit. Tiens, j'ai comme l'impression de me répéter...

1990...il tentera même le passage à la décennie 90. Mais là, le pari n'est même plus impossible, il est carrément fou. Et pourtant, le résultat n'est pas si mal que ça. Mais cette fois-ci, c'est bel et bien la fin...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article