Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Forum Spécial 80 & 90

Publié par Nostradam

Aneka, de son vrai nom Mary Sandeman, est une chanteuse écossaise qui restera principalement dans l’histoire musicale des années 80 grâce à son énormissime hit « Japanese boy ».

Single qui sort en 1981 et qui va faire un véritable carton planétaire, notamment grâce au look japonais d’Aneka qui donne un côté particulièrement kitsch à l’ensemble.

La même année sort un autre single du nom de « Little lady », single au succès nettement plus modeste.

L’album « Aneka » dont sont extraits les 2 singles sort dans la foulée mais ne fait guère mieux en terme de réussite. Tous les singles qui suivront connaîtront le même sort.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Japanese boy 1981
  • Little lady 1981
  • Ooh Shooby Doo Doo Lang 1982
  • I was free 1982
  • Heart to beat 1983
  • Rose, rose, I love you 1984
Petite dame aime garçon japonais...

1981...le titre d'une vie qui offre à la chanteuse un ticket direct vers le Panthéon musical des années 80. Un premier titre qui restera incontestablement comme l'un des plus gros hits Dance de ce début de décennie. MA-GIS-TRAL !

1981...toujours en mode 'Barré', la chanteuse offre une suite qui tient la route et qui lui offre surtout un 2ème top hit planétaire. Une année 81 décidément exceptionnelle !

1982...changement total de look et de style. Un changement qui malheureusement ne lui sera pas profitable. Elle signe ici son dernier hit notoire. Le public préférait incontestablement son côté 'barré'...

1982...une métamorphose complète par rapport à l'année précédente. Il lui manque malheureusement ce grain de folie qui faisait toute la différence...

1983...c'est du bon boulot mais bien trop plat par rapport à tout ce peux proposer la concurrence, surtout du côté Grands-Bretons !

1984...retour en mode asiatique avec cette reprise très étonnante d'un titre particulièrement populaire du folklore chinois et datant de 1940. Barré jusqu'au bout la madame !

Commenter cet article