Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Forum Spécial 80 & 90

Publié par Nostradam

Jean-Patrick Capdevielle, est un auteur compositeur interprète français qui commence sa carrière professionnelle, non pas en tant que chanteur, mais en tant que journaliste au sein du magazine SuperHebdo, puis Salut les Copains, puis Mademoiselle Age Tendre et enfin Actuel.

C’est à partir des années 70, période durant laquelle il s’installe à Ibiza, qu’il va composer ses premiers titres. Mais c’est seulement à la fin de la décennie que les choses vont sérieusement s’accélèrer lorsque sort le titre « Solitude », l’une de ses premières compositions. Titre qui va être produit par une maison de production appartenant à William Sheller. Premier titre et déjà, premier succès. Nous sommes alors en 1978.

La consécration arrive déjà un an plus tard lorsque sort l’album « Les enfants des ténèbres et les anges de la rue ». Album qui va produire notamment le titre « Tout au bout de la ville ». Mais ce n’est pas ce titre là qui va faire exploser la notoriété de l’artiste, c’est la face B intitulée « Quand t’es dans le désert ». Le titre fait un véritable carton dans l’hexagone et va devenir l’un des plus gros tubes de cette fin de décennie. L’album se vendra au final à plus de 450 000 exemplaires !

L’album « 2 » qui sort un plus tard en 1980 va rencontrer quasiment le même succès. Notamment grâce aux titres «  C’est dur d’être un héros » mais aussi, et surtout, avec « Oh, Chiquitta » qui va se vendre encore mieux que « Quand t’es dans le désert ». Le chanteur est alors au top du succès.

La sortie de l’album « Le long de la jetée » en 1981 va être nettement moins bien accueillie par les critiques, ouvrant une ère de refroidissement des relations entre le chanteur et la presse spécialisée.

Il en remet une couche contre les critiques avec l’album « L’ennemi public » qui sort en 1982. Seul le titre « Qu’est-ce qui va rester (quand le rock’n’roll aura cessé d’exister) » tirera son épingle du jeu.

La suite va s’avérer beaucoup plus sombre avec une succession d’albums qui déconcerte les fans de la première heure. Que ce soit « Mauvaises fréquentations » en 1984, « Planète X » en 1985 et « Nouvel âge » en 1987. L’accueil du public est plus que mitigé et les ventes ne sont en rien comparables aux années précédentes.

Un lent déclin que l’artiste ne pourra plus jamais enrayer malgré la sortie d’autres titres par la suite.

Il connaîtra quelques succès ultérieurs non pas pour lui, mais pour d’autres artistes avec notamment l’album opéra « Carmine Meo » qu’il réalise en 1997 pour la chanteuse Emma Shapplin. Un album qui se vendra à 2 millions d’exemplaires !

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Solitude 1978
  • Quand t’es dans le désert 1979
  • Salome 1979
  • C’est dur d’être un héros 1980
  • Oh Chiquita 1980
  • Senorita 1981
  • L’homme de paille 1982
  • Halloween 1983
  • Caricature 1984
  • 40 à l’ombre 1985
  • Celle qui t’aimait 1988
Quand t'es dans dans le désert, il fait 40° à l'ombre...

1978...dès le premier titre, le style Capdevielle est déjà en place. Reste plus qu'à trouver le titre qui va faire toute la différence...

1979...et LE titre, le voilà. Ce qui restera surement comme l'une des Face B parmi les plus célèbres de l'histoire musicale des années 80 côté français. L'artiste vient de signer sa 'Joconde', tout simplement ! MA-GIS-TRAL !

1979...un style typique de cette fin de décennie côté français mais c'est son niveau d'inspiration qui fait toute la différence par rapport à la concurrence !

1980...l'artiste est devenu en quelques années l'un des plus gros phénomènes du moment. Malgré - ou grâce à - ces faux airs de bad boy, il enchaîne hit sur hit. Impressionnant !

1980...une dynamique qui ne faiblit pas et qui lui permet de se maintenir dans le peloton de tête. Le talent, forcément, ça aide et il en a à revendre !

1981...après 3 années totalement euphoriques, le chanteur commence à marquer quelque peu le pas. Et la presse spécialisée l'a désormais en ligne de mire, ce qui n'arrange rien...

1982...les morceaux sont toujours inspirés mais cela ne suffit plus à faire la différence avec une concurrence de plus en plus fournie et de plus en plus aggressive

1983...à l'heure des synthés et des boites à rythmes à gogo, le chanteur se trouve forcément décalé malgré des titres qui continuent de tenir la route

1984...l'évolution sonore est évidente, le chanteur tente de s'adapter à son époque mais il est déjà trop tard. Impossible désormais de remonter la pente...

1985...et pourtant, il aura tout tenté et il aurait suffit de pas grand chose pour que la mayonnaise reprenne. Car du talent, il en a encore à revendre ! Franchement dommage !

1988...un dernier titre - de qualité une nouvelle fois - pour finir l'aventure en beauté. Quoi qu'il en soit, une belle aventure pour l'un des artistes parmi les plus talentueux de cette décennie 70/80

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article