Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Forum Spécial 80 & 90

Publié par Nostradam

Invisible Limits est un groupe allemand formé en 1985 par Thomas Lüdke. Très peu d’infos concernant ce groupe si ce n’est qu’ils auront produit plusieurs singles de bonne facture qu’il aurait été dommage d’ignorer.

Rien qu’à ce titre, l’on se devait de leur consacrer ces quelques lignes.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Love is a kind of mystery 1985
  • Devil dance 1986
  • Friends 1987
  • Love will tear us apart 1988
  • Golden dreams 1989
  • No doubts 1989
  • No tears 1989
  • How to be sure 1990
  • Nathalie 1990
  • Sex symbol 1992
  • Imagine 1993
  • La violencia 1994
Des limites invisibles bien visibles...

1985...les débuts relèvent plus de la musique expérimentale qu'autre chose. Comme souvent chez les Allemands en ce début de décennie. Soyons patients...

1986...l'évolution est lente mais constante. Le groupe joue toujours dans la catégorie Cold Wave mais ça ne va pas durer...

1987...un apport féminin qui tombe à point nommé. Terminé le côté froid et glacé. Même si le groupe ne risque pas d'enflammer les Dancefloor, la sonorité évolue dans le bon sens

1988...vu les fondamentaux du groupe, pas étonnant qu'ils se permettent de reprendre du Joy Division. Un version, ma foi, plutôt réussie !

1989...puis arrive CE titre. Ce qui restera surement comme le morceau le plus abouti de toute leur discographie. Du bon boulot !

1989...certes, ce titre ne manque pas d'un certain intérêt mais il est clair que la comparaison avec son prédécesseur montre une différence d'inspiration évidente

1989...une année vraiment étonnante avec pléthore de titres, dont certains particulièrement aboutis. Celui-ci en fait partie, c'est incontestable !

1990...après une année 89 qui restera comme le meilleur Cru du groupe, la suite va s'avérer quelque peu décevante. Un passage aux années 90 qui ne leur réussit pas forcément...

1990...avec tout de même quelques jolies exceptions de ce type. Un morceau étonnant, qui mélange force et finesse, et qui montre un visage du groupe qu'on n'avait pas encore vu jusque là

1992...le groupe tente le tout pour le tout et essaye de coller aux nouvelles tendance sonores qui s'imposent en ce début de nouvelle décennie. Malheureusement, c'est en partie raté...

1993...nouvelle reprise de luxe et pas des moindres. Ils s'attaquent carrément à l'un des monuments de John Lennon, il fallait oser. Un résultat pour le moins étonnant...

1994...une aventure qui se termine sur un titre qui file à la vitesse de la lumière. Malheureusement, le groupe a quelque peu confondu vitesse et précipitation...

Commenter cet article