Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Forum Spécial 80 & 90

Publié par Nostradam

Christophe, de son vrai nom Daniel Bevilacqua, est compositeur-interprète français qui lance sa carrière artistique en créant en 1961 le groupe Danny Baby et les Hooligans. Chantant dans un anglais très approximatif, de surcroît en play-back, l’aventure pour ce groupe embryonnaire va se terminer aussi vite qu’elle a commencé.

C’est à partir de 1963 que les choses vont prendre de la hauteur lorsqu’il enregistre son premier 45 tours « Reviens Sophie » pour le label du Golf Drouot. Malheureusement, le succès ne suit toujours pas.

Il va lui falloir attendre deux ans et l’année 1965 pour être enfin récompensé de ses efforts. Une récompense qui vient grâce à un nouveau 45 tours nommé…« Aline ». Cette fois-ci, ce n’est pas un simple succès qu’il décroche mais un colossal succès. Il va s’en vendre aux alentours d’un million d’exemplaires. Sa notoriété explose du jour au lendemain et fait des jaloux. Le chanteur Jacky Moulière l’attaque en justice pour plagiat. Christophe perdra en première instance mais gagnera en appel.

La carrière du chanteur et bel et bien lancée et les succès vont désormais s’enchainer. Notamment avec des titres comme « Les marionnettes » et « J’ai entendu la mer » qui sortent l’année suivante en 1968.

La fin de décennie 60, tout comme le début de la décennie 70, s’avèrent plus compliquées à gérer que prévue. Avec un Christophe qui verse dans la débauche et les excès, au point d’avoir moult démêlés avec les forces de l’ordre, notamment de nombreux excès de vitesse au volant de ses voitures de luxe. Des excès qui nuisent à sa créativité, d’où une absence de succès notoire malgré des sorties de titres en cascade.

Changement notoire début 70 avec une moustache que lui pousse au milieu du visage et qui va faire désormais partie intégrante de son personnage de scène. Malgré quelques titres d’envergures, les années 71 et 72 ne permettent pas à l’artiste de recoller au peloton.

L’année 1973 le voit enfin revenir dans la course grâce à la sortie du titre « Belle ». Mais c’est surtout l’arrivée à ses côtés d’un petit jeune plein d’avenir nommé Jean-Michel Jarre que tout va changer. Un tandem qui va produire des merveilles en commençant par l’album « Les paradis perdus » qui sort en 1973. Album dont sera extrait le 45 tours éponyme et qui va faire un véritable carton, relançant de façon spectaculaire la carrière du chanteur. A tel point que le chanteur se permet le luxe de passer dans les hits parades devant des têtes d’affiche comme Gainsbourg, Polnareff et autres Dutronc.

Le tandem se reforme en 1974 pour l’album « Les mots bleus ». Un album qui cartonne à son tour et qui permet au chanteur de changer durablement son image. Il passe alors d’une image ‘passe partout’ et un peu trop lisse à une image plus décalée, jouant sur l’ambiguité du dandy décadent. Les titres « Les mots bleus » et « Señorita » vont devenir d’énormes succès. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, alors que l’artiste est au summum de son art, il va sombrer pendant quelques temps dans la dépression et la drogue.

Retour en 1976 avec l’album « Samourai », album au succès moindre et qui ne contiendra qu’un seul titre d’envergure avec « Merci John d’être venu » en hommage à John Lennon. Suivi en 1977 de l’album « La dolce vita » qui lui produira tout de même deux nouveaux petits hits avec « Une autre vie » et « Daisy » mais aussi et surtout le titre « Dolce vita », un titre qui restera comme l’un des mieux classés de toute sa discographie.

Nouvel album « Le beau bizarre » en 1978, un album encensé par la critique et qui permet à l’artiste d’explorer de nouvelles voies musicales. Nettement plus orienté rock, et malgré une qualité évidente, l’album peinera à trouver le succès escompté. Tout comme « Pas vu, pas pris » qui sort lui en 1980. L’artiste semble éprouver de réelles difficultés à passer sereinement le cap des nouvelles décennies.

Il faut attendre trois ans et l’année 1983 pour voir sortir son nouvel album « Clichés d’amour » dont va être extrait l’un de ses plus gros succès à savoir « Succès fou ». Même si le succès de ce genre de titre dévalorise quelque peu son image et le relègue au rang de chanteur à la guimauve, cela le remet dans la course avec plus de 600 000 exemplaires vendus.

Une décennie 80 contrastée avec des résultats en dents de scie côté carrière solo (son étonnant « J’l’ai pas touché » aurait franchement mérité mieux en termes de reconnaissance en 1984) et un engagement de plus en plus marqué concernant certaines causes humanitaires.Mais également de belles réussites lorsqu’il écrit pour les autres, et notamment Corinne Charby a qui il va offrir sur un plateau l’énormissime « Boule de flipper » en 1986. Son clin d’œil pour Stéphanie de Monaco à travers la chanson « Ne raccroche pas » ne passe pas non plus inaperçu en 1985. Son dernier titre de la décennie « Chiqué chiqué » passera carrément inaperçu en 1988.

La décennie suivante le verra sortir un seul album nommé « Bevilacqua ». Sorti en 1996, il passera quasiment inaperçu. Une décennie où le chanteur se mettra en retrait en attendant des jours meilleurs.

Jours meilleurs, qui pour l’instant, peinent à venir malgré un talent d’écriture hors norme. Mais l’histoire est loin d’être finie…

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Reviens Sophie 1964
  • Aline 1965
  • Les marionnettes 1965
  • Je chante pour un ami 1966
  • J’ai remarché 1966
  • La danse à 3 temps 1966
  • Excusez-moi monsieur le professeur 1966
  • J’ai entendu la mer 1966
  • Maman 1967
  • Confession 1968
  • The girl from Salina 1970
  • La petit e fille du 3ème 1971
  • Oh mon amour 1972
  • Belle 1973
  • Les paradis perdus 1973
  • L’amour, toujours l’amour 1974
  • Senorita 1974
  • Les mots bleus 1974
  • Petite fille du soleil 1975
  • Les marionnettes 1975
  • Merci John  d’être venu 1976
  • Une autre vie 1976
  • Daisy 1976
  • La dolce vita 1977
  • Un peu menteur 1978
  • L’Italie 1980
  • Succés fou 1983
  • Mon amie jalousie 1983
  • J’l’ai pas touché 1984
  • Voix sans issue 1984
  • Ne raccroche pas 1985
  • Chiqué chiqué 1988
  • Le tourne cœur 1996
  • Qu’est-ce que tu dis là ? 1996
  • Enzo 1997
Et il a crié, crié...

1964...à la genèse du début des prémices du commencement. Le premier titre d'un p'tit chanteur alors totalement inconnu. Et qui ne va plus l'être pour très longtemps...

1965...puis arrive CE titre. Un titre incroyable, à la mélodie toute simple mais à l’efficacité redoutable. Il signe ici tout simplement l'un des titres parmi les plus marquants de la décennie et de cette fin de XXième siècle tout court, le propulsant de façon vertigineuse aux sommets de la gloire et du succès. MA-GIS-TRAL !

1965...une année 65 incroyable qui le voit littéralement marcher sur l'eau. Il signe dans la foulée d'Aline un deuxième titre de très très gros calibre qui le confirme incontestablement comme l'un des plus gros phénomènes du moment

1966...impossible de rivaliser avec une année 65 extraordinaire qui l'a consacré comme l'un des tous meilleurs chanteurs du moment. Ce qu'il offre en cette année 66 est sympathique mais ne peut égaler le niveau de succès phénoménal des titres de l'année précédente

1966...et ce n'est pas faute d'essayer. L'année 66 va le voir sortir un nombre de titres impressionnant. La plupart dans le domaine Intimiste...

1966...un titre complètement décalé et qui tranche radicalement avec ce qu'il proposait jusqu'alors. Un 360° pour le moins déconcertant....

1966...il y'a vraiment de tout en cette année 66. Tous les styles, tous les genres, toutes les inspirations possibles et imaginables. Chacun y trouvera son compte...

1966...son plus gros succès de l'année. Une nouvelle fois dans le registre Intimiste, un domaine qui lui réussit tout particulièrement...

1967...une année 67 en demi-teinte où le chanteur peine à retrouver l’inspiration qui a fait des merveilles durant l'année 66. Peut et doit mieux faire !

1968...l'année 68 ne fera guère mieux et ce, même si le chanteur y met la meilleure volonté du monde. Soyons patient...

1970...petit trou d'air durant l'année 69 suivi d'un retour, toujours en mode Intimiste, en ce début de nouvelle décennie. Un léger mieux côté inspiration qui laisse augurer une suite des plus intéressantes...

1971...bon, il est clair qu'il va falloir attendre encore un peu pour le voir renouer avec le succès qu'il a pu connaitre quelques années auparavant...

1972...dans l'Intimiste, il est capable de livrer du tout venant ou de l'exceptionnel. Ce titre là se situerait plutôt à mi-chemin entre les 2 tendances...

1973...dans la même veine. Il ne manque vraiment pas grand chose pour que le chanteur retrouve son meilleur niveau. Un niveau digne de celui qu'il l'avait connu au début des années 60...

1974...il suffisait d'être patient. C'est grâce à l'aide providentielle d'un p'tit jeunot nommé Jean-Michel Jarre que tout s'accélère subitement. Un tandem qui produit ici en tout cas un titre absolument somptueux et qui relance le chanteur comme jamais. MA-GI-QUE ! !

1974...une suite qui peut paraître quelque peu pâlichonne par rapport à la qualité Premium du titre précédent. Et c'est sans compter sur ce qui se profile à l'horizon...

1974...une année 74 absolument exceptionnelle pour l'artiste avec pléthore de titres dont plusieurs d'exception. L'artiste marche littéralement sur l'eau, surtout quand on voit le titre qui va suivre !

1974...sa Joconde ! Il signe ici tout simplement l'un de ses plus beaux titres, si ce n'est le plus beau. Un titre absolument sublimissime et qui restera incontestablement comme l'un des plus beaux titres de cette fin de XXième côté français. Sur ce coup là, on joue carrément dans la catégorie Chef d'Oeuvre !

1975...et que dire de celui-ci ! Certes, il ne peut égaler la qualité incroyable de son prédécesseur mais s'en rapproche peu ou prou. L'artiste est sur une dynamique incroyable et tout ce qu'il touche, ou du moins chante, se transforme en or ! IN-CRO-YA-BLE !

1976...après deux années absolument exceptionnelles en termes d'inspiration, on se doutait que ça n'allait pas continuer sur le même rythme indéfiniment. Quoi qu'il en soit, ça reste de très haut niveau et le chanteur se maintient sans trop de difficultés dans le peloton de tête des meilleurs chanteurs du moment

1976...après une suite quasi ininterrompue de titres Intimiste, pour certains oufissimes, le voici arrivé dans le registre Dance, une quasi première pour lui. Bon, force est de constater qu'il y a encore un peu de boulot dans ce domaine...

1976...chassez le naturel, il revient au galop. Vous pouvez ressortir les mouchoirs, le voici de retour dans son domaine de prédilection, domaine qu'il a vraiment un mal fou à quitter...

1977...une année mono titre mais quel titre encore ! Un titre qui flotte littéralement dans l'air et dans lequel il prouve une nouvelle fois son talent exceptionnel pour tout ce qui est 'à émotions'. MA-GI-QUE !

1978...une toute fin de décennie en demi-teinte. On sent que l'artiste est au croisement de son destin musical et qu'il se cherche. Va-t-il être capable d'innover la décennie suivante, et surtout faire face à une concurrence de petits jeunots morts de faim, bonne question...

1980...un changement de décennie qui se conjugue une nouvelle fois en mode Intimiste, un mot qui peut, et qui résumera pour toujours, la quasi intégralité de sa carrière

1983...puis plus rien pendant 3 ans. Mais c'est pour mieux revenir en cette année 83 et signer ce titre 100 % guimauve. Un titre tout simple mais qui restera comme l'un des gros succès de la décennie et qui lui permet de montrer qu'il est toujours là, toujours vivant ! E-NOR-MI-SSIME !

1983...une année 83 qui le voit la jouer à fonds le serial-lover et ma foi, ça lui réussit plutôt bien une nouvelle fois. Certe, ce titre ne restera pas comme le plus gros succès de toute sa discographie mais l'on s'en contera largement

1984...un titre qui colle parfaitement à l'air du temps et qui pourtant ne rencontrera qu'un succès somme toute limité. Franchement dommage car il n'est pas dépourvu d'une qualité plus que certaine...

1984...un don vraiment hors norme pour l'Ultimate Slow. Il en aura produit un nombre hallucinant et pour la plupart, d'une qualité très au-dessus de la moyenne. Un talent vraiment exceptionnel !

1985...il signe ici une chanson particulièrement étonnante, inspirée et toute entière dédiée à Steph de Monac. Mais que lui est-il donc passé par la tête...

1988...nouveau trou d'air de 3 ans. On sent que le chanteur est à la peine et commence à avoir de plus en plus de mal à se situer dans cette décennie où tout va vite, de plus en vite en terme d'évolutions des styles et des sonorités. Mais il s'accroche...

1996...alors là, c'est carrément un passage à vide de 8 ans qui va s'en suivre. Un passage à la décennie 90 particulièrement douloureux et qui le voit avoir de plus en plus de mal à se situer dans toutes ces nouvelle tendances musicales...

1996...et pourtant, il s'accroche et tente de s'adapter par tous les moyens. Et il est loin d'être ridicule, c'est clair. Mais le train de la nouveauté est passé et il l'a raté malheureusement...

1997...son dernier titre de la décennie, mais pas de sa carrière, loin de là. Une longévité incroyable pour l'un des artistes les plus brillants des 30 dernières années côté français. Une histoire qui est loin d'être finie d'ailleurs...

Commenter cet article

Vietnam Dragon Travel 27/07/2017 10:48

Merci pour cet article! Les chansons de 80s m'interesse bcp! Bonne chance et bonne continuation!

Nostradam 27/07/2017 11:33

Merci pour le commentaire ! Cela fait toujours plaisir de croiser le chemin de fans des années 80 car ce sont forcément des connaisseurs !