Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Forum Spécial 80 & 90

Publié par Nostradam

Richard Sanderson est un chanteur anglais né d’un père anglais batteur de son état et d’une mère française accordéoniste.

Il démarre sa carrière artistique à l’âge de 17 ans au sein d’un petit groupe nommé Lovers’ Love. Groupe qui produira quelques singles d’envergure assez limitée. Puis devient pendant quelques temps le pianiste officiel de Nancy Hollaway et David Christie notamment. Avant de former un nouveau groupe et partir faire le tour du monde avec ce dernier, en jouant notamment dans des hôtels.

C’est à la fin des années 70 que les choses s’accélèrent lorsqu’il revient en Angleterre, retour gagnant qui lui permet de signer chez Vogue Records et d’enregistrer en 1979 un premier single solo « Un vent de folie » sous le nom de Richard Lory. Dans la foulée sort son premier album « No stickers please », un premier album qui passera relativement inaperçu.

C’est dan le studio d’enregistrement qu’il fréquente habituellement qu’il va rencontrer l’homme providentiel, à savoir un certain…Vladimir Cosma. Lequel lui propose d’interpréter plusieurs titres de la BO d’un petit film à sortir avec une jeune débutante totalement inconnue du public nommée Sophie Marceau. Cosma vient tout simplement de lui amener sur un plateau en or la BO de La Boum. Il enregistre ainsi les titres « Murkey turkey », « Go on forever » mais aussi, et surtout, « Reality ».

Le film sort en 1980 et devient l’un des plus gros phénomènes cinématographiques de l’année en France. Un succès phénoménal amplifié par le titre « Reality » qui devient l’un des plus gros hits de l’année et cartonne sur toute la planète. A tel point qu’il s’en vendra plus de 8 millions d’exemplaires à travers le monde ! La notoriété du chanteur explose du jour au lendemain.

L’année suivante sort le single « She’s a lady », single qui profite de l’effet d’aspiration engendré par l’énormissime succès de « Reality ». Le titre devient à son tour un succès d’envergure et va se vendre à près de 3 millions d’exemplaires. Single qui sera le principal extrait de l’album « I’m in love » qui sort un an plus tard en 1982.

Mais qui sera déjà son dernier succès d’envergure. Tous les albums qui sortiront par la suite seront dans l’incapacité de produire des hits de même envergure que les précédents.

Quoi qu’il en soit, l’artiste pourra toujours se vanter d’avoir été l’interprète d’un des plus gros Ultimate Slow de tous les temps et d’avoir ainsi permis à bon nombre d’hommes et de femmes de se rencontrer, et sûrement de s’aimer.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Un vent de folie (Richard Lory) 1979
  • Never let you go 1979
  • I feel the music 1980
  • Reality 1980
  • Go on for ever 1980
  • She’s a lady 1981
  • When I’m in love 1981
  • Your eyes 1982
  • Check on the list 1983
  • Sun 1983
  • Stiamo insieme 1983
  • Find a reason why 1984
  • Lovely lady 1987
  • Maybe you’re wrong 1987
  • So many ways 1988
  • When the night comes 1990
  • Anytime at all 1990
Vic ne lui dira jamais assez merci !

1979...un premier titre Dance au rythme fou en guise de hors d'oeuvre. Et pourtant, c'est bien le même qui, quelques années plus tard, va livrer l'un des plus gros Ultimate Slow de tous les temps. Si, si !

1979...une orientation Dance qui se confirme avec ce titre 100 % Disco. Une carrière années 70 parfaitement en accord avec les standards musicaux du moment. Mais pour l'instant, le succès se fait attendre...

1980...puis arrive CE titre ! Un titre tout spécialement concocté pour un petit film qui va devenir une véritable phénomène générationnel. Le chanteur livre ici une copie quasi parfaite et surement l'un des plus gros Ultimate Slow de tous les temps. MO-NU-MEN-TAL !

1980...issu de la même BO, encore un joli titre tout simple qui flotte littéralement dans l'air et qui n'en demande pas plus. Un savoir faire dans le domaine Intimiste de tout premier ordre, c'est clair !

1981...dans la même veine. Une suite ininterrompue de titre 'à émotions" qui montre une facilité dans ce domaine parmi les plus évidentes du moment

1981...une déferlante de titres Intimistes qui en fait vraiment le Champion du moment. Bon, il est vrai qu'à un moment, trop d'Intimiste risque de tuer l'Intimiste...

1983...le tempo s'accélère enfin. Certes, de façon très timide mais c'est au moins ça. Bâtir une carrière entière sur de l'Intimiste ne peut pas mener très loin. Il faut savoir proposer autre chose...

1983...le dernier hit notoire. Et oui, déjà. De surcroît, un hit qui se limite uniquement à l'Italie. Mais c'est toujours mieux que rien...

1983...bon, pour la diversité, c'est plutôt raté. On ne peut pas lui reprocher son talent évident dans l'Intimiste mais à un moment, trop, c'est trop...

1984...les années passent et il ne change pas d'un Iota. S'il espère refaire le coup de "Reality", malheureusement, c'est raté. Les titres qui sortent sont toujours de qualité mais de qualité moyenne. Il manque toujours ce trait de génie qui fait toute la différence...

1987...rarement on aura vu une carrière, et surtout une discographie, à ce point répétitive. Il y a ceux qui évoluent avec leur temps et les autres...

1988...ce titre là ferait plutôt partie de son Top5 mais une nouvelle fois, il est incapable de sortir des sentiers battus. Un jusqueboutisme qui pénalisera fortement sa carrière forcément...

1990...il arrive même à atteindre la décennie suivante, vaille que vaille, mais vous vous doutez que rien n'a changé. La concurrence est à des années lumières devant mais rien ne semble le perturber. Il a démarré Intimiste, il finira Intimiste !

1990...miracle ! Il a enfin décidé d'évoluer, il était temps. Et surtout, il est bien trop tard. Dommage car il a vraiment du talent et il aura gâché une partie de sa carrière par son obstination à vouloir rester dans le registre 'à émotions'. Mais qui lui en voudrait...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article