Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Michael Jackson fut un compositeur-interprète qui, hormis ses talents exceptionnels de chanteur et de danseur, est aussi le recordman de vente pour un seul album avec « Thriller », album qui s’est écoulé à plus de 65 millions d’exemplaires à travers le monde !

Sans compter les 13 Grammy Awards et 26 American Music Awards remportés et les 13 titres classés N°1 au Billboard Hot 100 américain, un record en la matière. Le nombre total de disques vendus le concernant est estimé aux alentours de 350 millions d’exemplaires ! Il détient également le titre suprême de premier artiste ayant classé au moins 1 titre dans le Top10 singles américain sur 5 décennies différentes.

Huitième enfant de la fratrie Jackson, le petit Michael va vivre une enfance perturbée, en proie aux excès colériques d’un père dont la dureté du mode d’éducation dépasse souvent les limites. Un père qui ne tiendra jamais compte des multiples mal-êtres d’un enfant se sentant seul, rejeté et particulièrement mal dans sa peau.

Il démarre sa carrière artistique dès l’âge de 6 ans en intégrant le groupe The Jackson Brothers, groupe formé par le père et qui inclue déjà ses frères Jackie, Tito, Germaine et Marlon. Dès l’année suivante il prend le leadership vocal du groupe en compagnie de son frère Germaine. Année 1965 qui voit aussi le groupe changer de nom pour s’appeler Jackson 5.

En 1966, le groupe remporte un télé-crochet local particulièrement renommé notamment grâce aux talents très précoces de danseur du petit Michael. De 1966 à 1968, ils tournent principalement dans le Midwest, se produisant aussi bien dans des clubs que dans des boites de striptease !

Ils enregistrent un premier single « Big boy » en 1968 mais c’est surtout leur passage au sein de la Motown à partir de 1969 qui va les propulser au sommet de la gloire. Notamment avec des titres comme « I want you back » en 1969, « ABC », « The love you save » et « I’ll be there » en 1970. Mais les aptitudes exceptionnelles du petit Michael sont de plus en plus visibles et la Motown commence à le produire en solo à partir de l’année 1972.

Sort ainsi l’album « Got to be there » en 1972 qui produit son premier hit planétaire avec « Rockin’ Robin ». Suivi de peu de « Ben », toujours la même année et qui produit le single du même nom que l’album, single qui va faire encore plus fort que son prédécesseur.

« Music & me » qui sort lui en 1973 ne connaîtra qu’un succès relatif. Succès plus important  avec « Forever, Michael » qui sort en 1975, album produira un hit d’envergure avec le titre « We’re almost there ». La carrière solo de l’artiste prend de la hauteur et les succès planétaires commencent à s’enchainer de façon impressionnante.

Même si la carrière solo de l’artiste prend de l’ampleur, il continue l’aventure Jacksons 5, lesquels deviennent The Jacksons après leur départ passablement tumultueux de la Motown en 1975. Le groupe va produire six nouveaux albums entre 1976 et 1984, dont 3 titres seront écrits par Michael lui-même, à savoir « Shake your body (Down to the ground) » en 1979, « This place hotel » en 1980 mais aussi, et surtout, l’énormissime « Can you feel it » en 1980, qui va devenir l’un des plus gros hits Dance de ce début de décennie.

Il arrive sur New-York durant l’année 1978 et fréquente de façon régulière le Studio 54, où il découvre avec un certain interet la nouvelle vague Hip Hop, laquelle va largement l’influencer dans les années qui vont suivre. C’est également à cette période qu’il se casse le nez lors d’une répétition de danse sur une chorégraphie particulièrement difficile. Accident mineur qui va changer son destin pour toujours car l’opération de rhinoplastie réparatrice n’est pas un franc-succès et l’artiste aura a subir les séquelles de cette dernière jusqu’à la fin de ses jours.

C’est l’association avec Quincy Jones et surtout la sortie de l’album « Off the wall » en 1979 qui va changer radicalement le cours des évènements. L’album voit le jeune Michael devenir enfin l’adulte reconnu qu’il cherche à être depuis des années.

Premier album phare de l’artiste, qui va se vendre à près de 20 millions d’exemplaires et qui va produire pas moins de 4 méga hits planétaires dont le plus fameux restera sans conteste « Don’t stop ‘til you get enough », single oufissime qui va littéralement enflammer tous les Dancefloor de la planète en cette fin de décennie. Et dans une moindre mesure « Rock with you » qui sort peu de temps après. La notoriété du chanteur explose littéralement au niveau planétaire et il devient du jour au lendemain l’un des plus gros phénomènes du moment.

Phénomène planétaire qui s’amplifie avec la sortie 3 ans plus tard en 1982 de l’album « Thriller », album de tous les records. Premier album de l’histoire à placer sept singles dans le Top10 du Billboard Hot 100 dont 2 hits de légende que sont « Billie Jean » et « Beat it » sortis tous les deux en 1983. Non seulement l’artiste crée un évènement musical sans précédent mais il crée aussi un évènement audiovisuel unique en son genre avec le clip qui illustre le titre « Thriller », clip absolument hallucinant de 14 minutes et réalisé par un des plus grands metteurs en scène du moment à savoir John Landis. Un clip hyper novateur qui va changer radicalement les mentalités et les façons de faire dans ce domaine pour les décennies à venir.

Toujours la même année, le chanteur retrouve ses frères lors d’un show exceptionnel pour célébrer les 25 ans de la Motown. Le show qui a lieu au mois de Mai va être regardé par 47 millions de téléspectateurs ! Et c’est justement à cette occasion qu’il apparait pour la première fois vêtu d’une veste à paillettes noires et d’un gant de golf décoré de strass. C’est également à cette occasion qu’il exécute pour la première le Moonwalk, un pas de danse incroyable qui va devenir une référence en la matière et que lui a enseigné quelques années auparavant par Jeffrey Daniel, ex danseur des Soul Train et membre désormais des Shalamar. La planète entière est sidérée par cette prestation absolument hallucinante.

Une année 83 exceptionnelle en tous points et qui se finit en apothéose avec le titre « Say say say » qu’il interprète avec une autre légende de la musique qui n’est autre que Paul McCartney. Single qui finira quasiment N° 1 de tous les Charts de la planète.

En 1984, lors du tournage d’une publicité pour Pepsi à Los Angeles qui simule un concert diffusé devant une maison pleine de fans, les effets spéciaux pyrotechniques ne se passent pas du tout comme prévu et mettent le feu aux cheveux de l’artiste, lui brûlant le cuir chevelu au 2ème degré. Dans le même temps, il est opéré pour la troisième fois des suites de son nez cassé… Seul point positif de l’année, le titre « Somebody’s watching me », qu’il interprète avec Rockwell et son frère Germaine, single qui va devenir l’un des plus gros hits Dance de l’année.

En parallèle de ses activités artistiques, il s’investit de plus en plus dans l’humanitaire et dans la lutte contre les ravages de la drogue et de l’alcool. Il co-écrit également en 1985 avec Lionel Richie ce qui va devenir l’une des chansons parmi les plus célèbres de cette fin de XXième siècle à savoir « We are the World », un titre unique en son genre destiné à récolter des fonds pour venir en aide aux défavorisés notamment en Afrique. La chanson réunit tout le gratin des chanteurs et chanteuses américains de l’époque et devient un véritable phénomène. Une formation exceptionnelle qui reste à ce jour l’un des plus grands Band Aid de tous les temps. Le titre se vendra à plus de 20 millions d’exemplaires et récoltera pas moins de 65 millions de $ !

Les années qui vont suivre voient la couleur de peau de l’artiste palir de plus en plus et les rumeurs les plus folles commencent à circuler. En vérité, Jackson serait atteint de Vitiligo, maladie de la peau qui fait apparaître des tâches blanches. Mais il souffrirait également d’un Lupus, maladie auto-immune qui survient lorsque le système immunitaire s’attaque aux cellules de l’organisme. Les 2 maladies ont rendu l’artiste ultra sensible au soleil et les traitements reçus pour soigner ces maladies seraient en partie responsable du blanchiment en vérité. Blanchiment aggravé par une surdose de maquillage pour masquer les tâches liées au Vitiligo.

Plus les années passent et plus l’artiste alimentent la une des Tabloïd. L’année 1986 laisse place à toutes les rumeurs et tous les ragots, au détriment de la production musicale. Sort en premier l’affaire du caisson Hyperbare dans lequel il dormirait toutes les nuits pour freiner les effets du vieillissement. Suivi de la polémique sur l’achat de son chimpanzé Bubbles, achat qui fait penser qu’il perd de plus en plus pied face à la réalité. Puis la tentative d’achat des os de Joseph Merrick, plus connu sous le nom d’Elephant Man.

Heureusement, l’année 87 remet enfin l’artiste sur le devant de la scène avec la sortie de son nouvel album évènement « Bad ». Album à la hauteur des attentes et qui permet d’apporter une réponse éclatante à tous les détracteurs de l’artiste quant à ses capacités mentales. C’est une nouvelle fois un véritable carton planétaire, qui ne peut quand même pas être comparée à celui de Triller, mais l’album va tout de même se vendre à plus de 30 millions d’exemplaires.

L’album va produire neuf singles dont sept vont être classés à des niveaux oufissimes et dans les sept classés, cinq finiront N° 1 dans le Billboard Hot 100, rien que ça ! Les trois plus gros hits en seront « The way you make me feel », « Dirty Diana » mais aussi, et surtout, « Bad » qui va atteindre des scores de ventes hallucinants. L’artiste est de nouveau au summum de sa forme et de ses possibilités. Les neuf singles extraits vont se repartir sur 3 années successives, 1987, 1988 et 1989 et connaîtront tous des parcours remarquables dans tous les Charts de la planète.

La tournée Bad World Tour qui va accompagner la sortie de l’album est elle aussi hallucinante avec des chiffres de ventes de places démentiels. Avec un record pour les 7 concerts à guichet fermé prévus au stade de Wembley à Londres avec plus de 500 000 spectateurs attendus. La tournée comptera au final 123 dates de concerts pour un public total d’environ 4,4 millions de spectateurs !!

En 1988, il fait bâtir son fameux ranch Neverland près de Los Olivos en Californie pour la coquette somme de 17 millions de $. Une demeure à la démesure de son talent où comble du luxe, il y fait construire une grande roue, un carrousel, un mini zoo et un théâtre. Demeure surveillée par 40 agents de sécurité !

Une démesure qu’il peut largement assumer compte tenu des rentrées financières incroyables liées à la vente de ses disques, places de concert et produits dérivés.  Des ventes qui tournent autour de 125 millions de $, rien que pour l’année 1989 !

C’est également à cette époque qu’on lui attribue le surnom de The King of Pop (le ‘Roi de la Pop’), surnom donné par Elizabeth Taylor. Après 3 années totalement euphoriques, l’artiste entame une courte pause médiatique et scénique durant l’année 90. Mais c’est pour mieux préparer la future sortie de son nouvel album « Dangerous ».

Il aura crée deux fois l’évènement durant la décennie 80 avec la sortie de 2 albums mythiques, il repart quasiment sur les mêmes bases pour la décennie 90. Son nouvel album, qui sort en 1991, fait à son tour un carton planétaire hallucinant, tout comme ses prédécesseurs. Et de cet album, qui va lui aussi s’écouler à près de 30 millions d’exemplaires, va être extrait le plus gros hit de toute sa discographie à savoir « Black or white ». Album qui va produire pas moins de 9 singles classés dont les mieux classés seront « Remember the time », « In the closet » et bien sur, « Black or white ». Paradoxalement, dans le reste du monde, c’est le somptueux « Heal the world » qui se vendra le mieux. Avec notamment 450 000 exemplaires rien qu’en Angleterre.

Cerise sur le gâteau, la tournée Dangerous World Tour qui va suivre va durer de Juin 92 à Novembre 93 avec 70 dates au compteur et 3,5 millions de spectateurs enregistrés, encore un record. Il y a le Jackson côté scène mais le Jackson côté humanitaire est toujours aussi actif en parallèle. Il forme ainsi la Heal The World Foundation en 1992, fondation où il va y injecter de millions de dollars et dont le but est d’aider les enfants du monde entier victimes de la guerre, de la pauvreté et de la maladie.

En Janvier1993, il crée une nouvelle fois l’évènement en apparaissant à la mi-temps du Super bowl. Et chose incroyable, il va faire plus d’audience que le match lui-même. Toujours la même année, les récompenses pleuvent, que ce soit côté Grammy Award ou American Music Awards. Il est même le premier à remporter le « International Artist Award Excellence » pour l’ensemble de sa carrière et son investissement pour les causes humanitaires.

La même année mais cette foic-ci côté vie privée, les choses vont commencer à se gâter avec une première accusation d’abus sexuel sur mineur. Accusation déposé par le père d’un certain Jordan Chandler, alors âgé de 13 ans. Même si Jackson refute catégoriquement les accusations et même si la propre mère de l’enfant dit que le chanteur n’a pas abusé de son fils, les descriptions faites par l’enfant des parties intimes du chanteur sont particulièrement détaillées et précises. Le doute commence à s’installer dans l’inconscient collectif. De même au niveau de la police.

Laquelle effectue une perquisition au domicile du chanteur en Aout et y trouve malheureusement pour lui des livres et des photos de jeunes garçons quasiment ou complètement nus. Afin d’étouffer le plus rapidement possible l’affaire, Jackson et ses avocats négocieront en 1994 un dédommagement de 22 millions de $ avec les Chandler.

Une affaire particulièrement sordide qui va le rapprocher de Lisa Marie Presley, la fille d’Elvis, avec laquelle il se marie. Laquelle dira vouloir l’aider et l’assister du plus profond de son cœur. Les Tabloid pencheront pour un mariage arrangé afin de calmer l’opinion public. Un mariage, quoi qu’il en soit, qui prendra fin 2 ans à peine après avoir été célébré.

L’année 1995 voit enfin l’artiste revenir à son vrai métier de chanteur et quitter ainsi la Une des faits divers et des rubriques people. Nouveau retour fracassant avec l’album « HIStory : Past, Present and Future, Book I ». Un double album avec un premier volume qui est en vérité un Best of et un deuxième qui contient 13 nouvelles chansons. Et une nouvelle fois, les chiffres de ventes vont donner le tournis : 20 millions d’exemplaires vendus à travers le monde. Mais comme c’est un double album, le total des ventes est estimé à 40 millions, en faisant de cet album spécial le double album le plus vendu de tous les temps !

Le premier titre extrait « Scream » est un duo avec sa jeune sœur Janet. Titre règlement de comptes qui parle du traitement inhumain des médias  à son égard durant les accusations d’abus sexuel. Suivi de peu « You are not alone », énormissime titre écrit par R. Kelly et chanté par Jackson, titre qui va rester dans l’histoire comme le premier single d’un artiste à rentrer directement N° 1 au Billboard Hot 100 en 37 ans d’existence, rien que ça. Un record de plus !

La fin d’année voit l’artiste hospitalisé une nouvelle fois après un évanouissement, évanouissement causé par une crise de panique alors qu’il est en pleine répétition pour un show télévisé. Le single « Earth song » sort lui aussi en fin d’année, fait à son tour un véritable carton planétaire et reste à ce jour le titre le plus vendu de Jackson Outre-Manche.

Nouvelle polémique qui touche l’artiste un an plus tard en 1996 lorsque sort le single « They don’t care about us ». Les ligues de droits de l’homme s’en prennent à l’artiste à propos du côté soit disant anti-sémite des paroles de la chanson. Attaques qui vont obliger l’artiste à réecrire en urgence les paroles. Ce qui n’empêchera pas le titre de faire un véritable carton comme ses prédécesseurs.

Comme pour les albums précédents, la tournée de promotion qui suit (de septembre 96 à Octobre 97) va se révéler une nouvelle fois hallucinante. 82 concerts pour un total de 35 pays concernés, 58 villes visitées et 4,5 millions de spectateurs au final. Avec 165 millions de $ de gains, un nouveau record pour l’artiste !

Nouveau mariage express durant la tournée avec une amie de longue date nommée Deborah Rowe. De cette union naîtra deux enfants, Michael ‘Prince’ Jackson et Paris Jackson. Mariage qui prendra fin, lui aussi, deux ans après en 1999.

En 1997, l’artiste sort un nouvel album de titres remixés « Blood on the dance floor : HIStory in the mix », album qui contient des remix de hits de l’artiste plus 5 nouveaux titres. Il va s’en vendre 6 millions d’exemplaires, faisant de cet opus l’album de remix le plus vendu de tous les temps. Nouveau record !

La fin de décennie 90 sera exclusivement consacrée à 2 projets qui lui tiennent à coeur : organiser des concerts avec d’autres stars pour récolter des fonds pour ses projets humanitaires tels que les réfugiés au Kossovo, les enfants du Guatemala, la fondation Nelson Mandela, la Croix Rouge et autres UNESCO. Et travailler à la production de son nouvel album.

Un album suivant « Invicible » qui aura pris 4 ans à être réalisé, qui sort donc en 2001 et qui aura coûté la bagatelle de 30 millions de $. Album qui ne va se vendre qu’à 10 millions d’exemplaires et qui ne va produire qu’un seul méga hit avec le titre « You rock my world ». Les ‘affaires’ à répétition touchant l’artiste ont considérablement entamé son capital sympathie et l’inspiration géniale qu’il avait jusque là décroît de façon évidente. A cela se rajoute un conflit ouvert avec son label Sony Music Entertainment, conflit qui ne fait qu’aggraver une situation professionnelle et personnelle qui se dégrade année après année pour l’artiste.

Répis de courte durée côté tracas en 2002 avec la naissance de son 3ème enfant Prince Michael II, enfant né d’une insémination artificielle et d’une grossesse assurée par une mère porteuse. Car les problèmes reviennent dès l’année 2003 avec de nouvelles accusations d’abus sexuels. Qui finiront par un nouveau non lieu en 2005.

Mais ces nouvelles accusations ont écorné définitivement l’image de l’artiste et aux problèmes judiciaires vont succéder les problèmes financiers. L’année 2006 voit la fermeture de Neverland. Dans le même temps, des rumeurs circulent sur le fait qu’il est retourné en studio préparer son nouvel album. Album qui ne verra jamais le jour…

On connaît la suite, l’artiste prépare un retour fracassant en 2009 avec une série de concerts qu’on annonce hors normes. Mais les répétitions épuisent l’artiste, lequel se dope pour supporter la charge de travail. Une surdose médicamenteuse qui lui sera fatale le 25 juin de la même année, date à laquelle il meurt d’un arrêt cardiaque.

Une mort qui viendra stopper net la carrière exceptionnelle d’un artiste exceptionnel pourvus de dons exceptionnels et qui restera incontestablement comme l’un des plus grands artistes de tous les temps. Mais qui aura été, comme tout génie, dans l’incapacité chronique à être heureux, tout simplement.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Got to be there 1971
  • Rockin’ Robin 1972
  • I wanna be where you are 1972
  • Ain’t no sunshine 1972
  • Ben 1972
  • With a child’s heart 1973
  • Happy 1973
  • We’re almost there 1975
  • Just a little bit of you 1975
  • Ease on down the road 1978
  • Don't stop 'til you get enough 1979
  • Rock with you 1979
  • Off the wall 1980
  • She’s out of my life 1980
  • One day in your life 1981
  • The girl is mine 1982
  • Billie Jean 1983
  • Beat it 1983
  • Wanna be startin’ something 1983
  • Human nature 1983
  • P.Y.T. (pretty young thing) 1983
  • Say say say 1983
  • Thriller 1983
  • Farewell my summer love 1984
  • Somebody’s watching me 1984
  • Eaten alive 1985
  • I just can’t stop loving you 1987
  • Bad 1987
  • The way you make me feel 1987
  • Get it 1987
  • Man in the mirror 1988
  • Dirty Diana 1988
  • Another part of me 1988
  • Smooth criminal 1988
  • Leave me alone 1989
  • Liberian girl 1989
  • Do the Bartman 1990
  • Black or white 1991
  • Remember the time 1992
  • In the closet 1992
  • Jam 1992
  • Who is it 1992
  • Heal the world 1992
  • Give in to me 1993
  • Will you be there 1993
  • Gone too soon 1993
  • Scream 1995
  • Childhood 1995
  • You are not alone 1995
  • Earth song 1995
  • They don’t care about us 1996
  • Stranger in Moscow 1996
  • Why 1996
  • Blood on the dancefloor 1997
  • History 1997
  • You rock my world 2001
  • Cry 2001
  • Butterflies 2002
  • One more chance 2003
  • Cheater 2004
Il voulait soigner le monde...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1971...les premiers pas en solo d'un p'tit gamin de 13 ans aux talents absolument hors normes. Il a déjà prouvé avec ses frères ce dont il était capable mais personne n'imagine encore à ce stade le destin incroyable qui l'attend

1972...une reprise de luxe du titre de Bobby Day datant de 1958 qui a la patate, c'est le moins qu'on puisse. Un petit beuf avec les frères qui fonctionne ma foi fort bien

1972...une GROSSE année 1972 avec pléthore de titres et surtout pléthore de hits planétaires. Une carrière solo qui démarre sur les chapeaux de roue !

1972...une polyvalence des plus étonnantes compte tenu de l'âge du jeune Michael. Jolie incursion Intimiste avec cette reprise du titre de Bill Withers datant de l'année précédente

1972...une aptitude pour l'Intimiste qu'il confirme de façon magistrale avec ce titre. Il signe ici son premier méga hit planétaire solo. Le premier d'un d'une très, très, longue série. MA-GI-QUE !

1973....la passe de 3 ! Il aura enchaîné 3 titres Intimiste somptueux avec une facilité des plus déconcertantes. Ce jeune Michael est vraiment hors norme, c'est flagrant. Mai personne n'imagine encore à quel point !

1973...et voici venir le 4ème. A ce stade, l'on se demande s'il n'est pas en train de s'enfermer dans un registre qui risque, à termes, de l'isoler. Compte tenu de ce qui se profile à l'horizon, aucune crainte à avoir !

1975...petite pause en 1974 et retour en mode Dance en cette année 1975. La voix s'affine de façon évidente. Cette voix unique qui va devenir sa Marque de Fabrique et faire de lui l'une des plus grandes légendes musicales de tous les temps !

1975...une belle année 1975 avec un deuxième titre de gros calibre dans la foulée. La ré-orientation Dance est évidente. Normal, les temps changent et il est temps de s'adapter

1978...petite parenthèse de 3 ans qui lui permet de grandir, de mûrir et de revenir en grande forme en cette année 1978. Le tout en mode duo de choc, mais surtout de charme, avec celle qui va devenir l'une des femmes les plus importantes de sa vie

1979...puis arrive CE titre. Il y a le AVANT ce titre et APRES ce titre. Le jeune Michael signe ici tout simplement l'un des plus gros hits Dance de la décennie, voire de cette fin de XXième siècle tout court. Avec en sus une notoriété qui explose littéralement. La légende est en marche et rien, ni personne, ne va pouvoir désormais l'arrêter. MO-NU-MEN-TAL !

1979...les mégas hits planétaires vont désormais s’enchaîner à une vitesse proprement hallucinante. La montée en puissance s'accélère de façon exponentielle et va produire des titres absolument oufissimes

1980...il a déjà traversé la décennie 60, puis la décennie 70 et le voilà qui attaque la suivante. Son talent atteint des sommets que peu d'artistes avant lui avaient atteint. Un véritable extra-terrestre !

1980...sa polyvalence musicale est proprement stupéfiante. Si jeune et déjà si mur, côté musique bien sur. Des talents de chanteur exceptionnels, auxquels vont se rajouter rapidement des talents exceptionnels de danseurs. Du quasi jamais vu !

1981...après 2 années totalement euphoriques, les 2 suivantes vont se révéler nettement moins prolifiques, et surtout nettement moins magiques. Mais c'est pour mieux se préparer pour une suite qui s'annonce absolument oufissime...

1982...quand 2 des plus grosses pointures du moment se réunissent pour pousser la chansonnette, on imagine aisément que le résultat va être à la hauteur de leur talent respectif. Ce qui est le cas, forcément !

1983...il avait déjà tutoyé les étoiles en 1979 et on pensait qu'il aurait du mal à monter plus haut tant la performance fut exceptionnelle. C'était bien mal le connaitre. Il livre ici un titre encore plus incroyable, titre qui va littéralement mettre le feu à tous les Dancefloor de la planète et faire de lui non plus une star, mais un quasi dieu. CHEF d'OEUVRE !

1983...et que dire de celui-ci. En 2 titres, il a littéralement atomisé la concurrence et il est désormais à des années lumière devant tout le monde. Un talent sidérant que personne ne peut égaler et qui le fait littéralement marcher sur l'eau. Et ce n'est que le début !

1983...méga hit planétaire sur méga hit planétaire, la recette est simple. Chaque titre qui sort crée l’événement et met tous les Dancefloor en ébullition. Une efficacité poussée à un niveau quasiment jamais vu

1983...une inspiration hors norme qui produit du méga hit Dance mais aussi des morceaux Intimistes de toute beauté. Un artiste complet comme rarement l'humanité en aura vu...

1983...l'album "Thriller" va produire pas moins de 7 méga hits planétaires, un record mondial ! L'artiste est en train de devenir l'homme de tous les records !

1983...puisque leur première collaboration avait particulièrement bien fonctionné, les 2 compères remettent le couvert. Et le résultat est une nouvelle fois à la hauteur. Une alchimie ancienne/nouvelle génération qui fonctionne à la perfection !

1983....arrivé à ce stade, l'on se disait que le génie de l'artiste avait enfin atteint ses limites et qu'il ne pourrait pas proposer mieux que tout ce qu'il avait fait jusqu'alors. Une nouvelle fois il va réussir à scotcher la planète et cette fois-ci, pas seulement sur l'aspect musical. Certes, il signe ici l'un des plus gros hits Dance de tous les temps une nouvelle fois. Mais c'est surtout le clip qui porte la chanson qui est une véritable révolution à lui tout seul. Réalisé comme un vrai film, le clip reste à ce jour un modèle du genre et va ouvrir une nouvelle ère dans ce domaine. Une double prouesse et surtout un nouveau CHEF D'OEUVRE !

1984...après une année 1983 absolument prodigieuse, l'année 1984 va paraître bien pâle. Un contraste saisissant au regard de tout ce qui s'est passé l'année précédente. D'un autre côté, c'était évident qu'il ne pouvait pas continuer sur une telle cadence...

1984...la bonne surprise de l'année. Certes, il ne joue que les choristes de luxe mais ce titre va faire un véritable carton planétaire et montrer une nouvelle fois que dès que le jeune Michael apparaît, du moins chante, tout se transforme immédiatement en or !

1985...nouveau duo de choc et de charme pour la paire Jackson-Ross et ma foi, ça fonctionne plutôt bien tout ça. En attendant mieux...

1987...après deux années quasiment à vide, chose incroyable le concernant, le voici enfin de retour en solo. Et quel retour. On commence tout en douceur et en finesse comme il sait si bien le faire. Il y eu le méga feu d'artifice de 1983. Il va également y avoir celui de 1987. Et il commence avec ce titre !

1987...4 ans après avoir scotché le monde avec 7 méga hits dans la même année, le voici de retour dans une forme absolument éblouissante. Et quand on voit ce qu'il a à proposer, ça valait le coup d'attendre ! MO-NU-MEN-TAL !

1987...alors que l'album "Thriller" avait atteint les étoiles avec 7 méga hits, l'album "Bad" va faire encore plus fort. Si, si, c'est possible. 9 méga hits planétaires en tout et pour tout. Certes un cran en-dessous des autres mais tout de même. Mais comment fait-il ?

1987...nouveau duo de méga pointures et cette fois-ci avec un alter ego américain. Et paradoxalement, la mayonnaise ne vas pas, ou peu, prendre. Allez comprendre...

1988...nouvelle année et nouveau déluge de méga succès en prévision. Ce titre là ne sera pas forcément le plus réussi de l'album mais bon, à ce niveau là, tout est bon !

1988...par contre, celui-ci va tout fracasser sur son passage et restera comme le titre de l'artiste le mieux classé de l'année 1988. Sacré Diana...

1988...et celui-ci à l'inverse sera le moins bien classé. Comme quoi, les titres se suivent mais ne se ressemblent plus forcément. Sauf que bon nombres de chanteurs se contenteraient de résultats de ce niveau, même lorsqu'ils sont en baisse !

1988...encore une magnifique année que cette année 1988 avec pas moins de 4 énormes réalisations au compteur. La dynamique incroyable qui pousse l'artiste n'est pas prête de s'arrêter !

1989...comme très souvent avec lui, les très grosses années sont suivies de 'petites' années. 1989 ni dérogera pas avec seulement 2 titres qui sortiront cette année là

1989...pas forcément la mieux classé de toute la discographie de l'artiste mais quelle chanson encore ! Encore un titre absolument somptueux qui flotte littéralement dans l'air et nous fait du bien, tout simplement ! MA-GI-QUE !

1990...l'année 1989 ne fut pas des plus prolifiques mais que dire de l'année 1990... Un seul titre et, même pas pour lui. Certes, pour accompagner l'un des plus gros phénomènes du moment à savoir les Simpsons, mais l'on sent que les choses changent...

1991...retour fracassant en 1991 avec un nouvel album événement. Et surtout avec ce titre événement. Ouf, on a eu peur. Le chanteur n'a rien perdu ni de son inventivité, ni de son explosivité créatrice. Il signe ici l'un de ses plus gros succès discographiques et rappelle, s'il le fallait, que c'est encore lui le patron. MA-GIS-TRALE-MENT joué !

1992...un seul titre en 1991 mais quel titre. Un titre qui permet à l'artiste de rebondir une nouvelle fois de façon hyper spectaculaire et surtout de préparer l'année 1992 pour une suite absolument oufissime. Une suite oufissime qui commence par ce titre

1992...même si l'album 'Dangerous" va lui aussi faire un véritable carton planétaire, on sent quand même qu'il se passe chose de nouveau sur la planète Jackson. Et quelque chose qui ne va pas forcément dans le bon sens....

1992...le niveau est toujours de qualité Premium mais on sent que l'inspiration faiblit au fil des années. La sonorité, tout comme le style, sont toujours parmi les meilleurs mais chaque titre ne crée plus l’événement comme avant...

1992...il n'en reste pas moins que l'aventure est toujours aussi belle même si le personnage Jackson commence sérieusement à agacer par ses outrances et ses excentricités. Qui ne vont pas aller en s'arrangeant...

1992...la MERVEILLE ! Dans un océan de méga hits Dance, il arrive toujours à placer LE titre Intimiste qui va bien. Et celui-ci va plus que bien ! Il signe ici tout simplement l'un des plus beaux titres de la décennie, une ode magnifique à l'enfance et à la tolérance qui restera incontestablement comme l'un de ses morceaux parmi les plus emblématiques. MO-NU-MEN-TAL !

1993...deux titres Intimistes dans la foulée, chose plutôt rare chez lui. Et force est de constater que celui-ci va avoir du mal à rivaliser avec le joyau précédent. D'ailleurs, le résultat dans les Charts n'aura rien à voir...

1993...une série de titres Intimistes à laquelle il ne nous avait pas habitué. On sent dans l'inspiration un besoin d'explorer d'autres voies et d'autres sonorités. Un tournant obligatoire mais qui va plus lui desservir qu'autre chose...

1993...9ème et dernier titre de l'album 'Dangerous'. Une nouvelle fois en mode Intimiste. Décidément, cette album restera incontestablement comme l'un des plus fournis dans ce domaine

1995...petit passage à vide en 1994 et retour en grande forme en cette année 1995. Le voici qui nous revient accompagné et pas de n'importe qui. On se doutait qu'à un moment donné, il nous la rejouerait en mode familial. Chose qu'il n'avait pas encore faite avec la petite Janet. C'est désormais chose faite !

1995...après le duo chaud bouillant du titre précédent, on le retrouve dans un registre totalement opposé et le contraste est pour le moins saisissant. Sa métamorphose physique devient de plus en plus voyante et surtout inquiétante...

1995...nouvelle MERVEILLE ! Autant la décennie 80 fut celle des méga hits Dance, autant la décennie 90 sera celle des méga hits Intimistes. La métamorphose est autant physique que musicale. En bien ou en mal, c'est l'avenir qui va nous le dire...

1995...les MERVEILLES se succèdent à une vitesse hallucinante ! C'est un festival ininterrompu de titres Intimistes absolument somptueux et qui prouvent une nouvelle fois que cet homme a un talent absolument exceptionnel. MO-NU-MEN-TAL !

1996...quand il repart dans le créneau Dance, force est de constater que le style employé n'a plus rien à voir avec ce qu'il pratiquait jusqu'alors. Un style hybride qui ne correspond ni aux standards des années 80, ni aux standards des années 90. Hybride, comme lui...

1996...on se doutait que la parenthèse Dance n'allait pas durer longtemps. Ce n'est vraiment plus son truc et lorsqu'il s'y aventure, le résultat n'est pas forcément à la hauteur de son potentiel réel...ce qui n'est pas le cas dans l'Intimiste, bien au contraire

1996...une pluie de MERVEILLES que rien, ni personne, ne peut arrêter. Nouvelle aventure en famille cette fois-ci avec les neveux. Et dans cette famille Jackson, le talent est exceptionnel et se transmet en plus de génération en génération. Incroyable mais vrai !

1997...il n'y a rien à faire, quand ça ne veut plus, inutile de lutter. Dans le créneau Dance, chaque titre sorti devient immédiatement un top hit planétaire mais on sent bien que le souffle d'inspiration incroyable des années 80 s'en est allé. Dur constat et surtout dure réalité...

2001...cette fois-ci, c'est un trou d'air de 4 ans auquel nous allons insister. La métamorphose du chanteur commence sérieusement à inquiéter, tout comme ses débordements. Par contre, côté musique, l'inspiration Dance est en partie revenue en cette nouvelle décennie. Plutôt une bonne nouvelle !

2001...et le revoilà une nouvelle fois dans le domaine Intimiste. Une sensibilité à fleur de peau et un mal être perpétuel qu'il a besoin de transmettre dans sa musique pour pouvoir évacuer son trop plein émotionnel qui se régénère en permanence...

2002...une année mono titre, fait rarissime chez lui. D'habitude, c'est tout ou rien. Cette fois-ci, ce sera un petit titre et puis s'en va. Et si je vous dit qu'on retourne dans l'Intimiste, vous serez étonné...?

2003...on prend le même et on recommence. Encore un seul titre en cette année 2003, et de qualité somme toute moyenne, compte tenu de son potentiel hors norme. On sent bien qu'il se passe quelque chose dans la galaxie Jackson. Le soleil est en train de s'éteindre, doucement, mais surement...

2004...mais où est donc passé le génie musical qui l'a hissé au rang de demi-dieux il y à près de 20 ans. Il y a vraiment de quoi s'interroger. Un des derniers titres officiels de la décennie et qui laissera comme un sacré gout d'inachevé. On connait la suite, les années d’errance, les procès et une disparation tragique pour clôturer le tout. Il avait tout pour lui. Sauf une chose : le droit au bonheur et cela malheureusement, il n'aura jamais su l'obtenir...

Top Bonus : 1985...quand 2 des plus grands génies musicaux de la décennie 80 s'allient pour composer une chanson, on se doutait que le résultat allait être hors norme. Et ça, pour être hors norme, il l'est. Jackson et Richie signent ici tout simplement l'un des plus grands titres de tous les temps, un titre qui réunit une brochette d'artiste absolument hallucinants et qui fait de cette chanson un moment unique dans l'histoire de l’humanité. Quand le génie artistique humain se met au service des plus démunis, voilà de quoi il est capable !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article