Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Jean-Jacques Goldman est un auteur compositeur interprète français qui démarre sa carrière artistique à l’âge de 14 ans au sein de la chorale de l’église de Montrouge, plus précisément au sein des Red Mountain Gospellers (qu’on traduira par ‘chanteurs de gospel de Montrouge’) pour lesquels il joue notamment de l’orgue.

C’est avec ce groupe qu’il va enregistrer un premier 45 tours en 1966 (il est alors âgé de 18 ans), 45 tours auto-produit par le père Dufourmatelle qui dirige la chorale. Un disque qui contient des chants gospels et une reprise de Donovan (« Colours ») et qui ne connaîtra malheureusement qu’un maigre succès d’estime.

On le retrouve quelques années plus tard au sein des Phalansters, groupe qu’il a créé en compagnie d’illustres inconnus dont Alex et Chris Gibson, les mêmes qui fonderont quelques années plus tard les Gibson Brothers. Les choses deviennent plus sérieuses car le groupe arrive à se produire au Golf Drouot. Une belle aventure stoppée nette suite à son départ pour Lille afin d’y intégrer l’EDHEC (Ecole supérieure de commerce). Une parenthèse étudiante durant laquelle il en profite quand même pour se produire dans des foyers étudiants et des MJC locales.

Puis arrive l’année 1974, année charnière pour l’artiste puisqu’il va croiser sur sa route cette année là le groupe Taï Phong, groupe fondée quelques années auparavant par les frères Khanh Maï et Taï Sinh. Le groupe cherche alors un chanteur de remplacement, opportunité en or qui va permettre au jeune Jean-Jacques de montrer ce qu’il vaut réellement. Et le succès est au rendez-vous, notamment sur le titre « Sister Jane ». Single phare du groupe qui sort en 1975 et qui restera leur plus gros succès discographique .

Un an plus tard en 1976 il a la ‘révélation’ lors d’un concert de Léo Ferré, la qualité des textes de ce dernier le scotche littéralement et lui fait entrevoir de nouvelles dimensions qu’il n’avait jamais osé imaginer au niveau musical. Une année 76 qui le voit se lancer enfin en solo avec un premier 45 tours nommé « C’est pas grave papa ». Titre qui passera totalement sous les radars. Tout comme « Les nuits de solitude » qui sort un an plus tard en 1977.

Année de transition en 1978, année qui voit l’artiste refusée une tournée avec Taï Phong (il sera remplacé par un certain…Michael Jones) et la sortie d’un nouvel opus solo « Back to the city again ». Sans plus de succès que ses 2 premiers titres. L’année 1979 sera carrément celle de la séparation d’avec Taï Phong.

On le retrouve la décennie suivante dans le magasin familial d’articles de sports où il fait office de vendeur. Ce qui ne l’empêche pas de continuer à écrire des chansons, chansons qu’on va retrouver sur son premier album qui sort en 1981.

Album qu’il aurait souhaité appeler « Démodé » mais sa maison de disque refusera purement et simplement. Sort donc un premier album sans nom, lequel va produire un premier single « Il suffira d’un signe ». Et cette fois-ci, le miracle a lieu. Le titre va faire un véritable carton et propulser l’artiste sur le devant de la scène de façon fracassante.

Face à ce succès inespéré, le label Epic lui met la pression afin qu’il sorte rapidement un nouvel album. Chose faite un an plus tard en 1982 avec la sortie d’un album qui aurait du s’appeler « Minoritaire », mais tout comme l’album précédent, le titre sera jugé non conforme aux impératifs du label.

Quoi qu’il en soit, le succès rencontré l’année précédente se confirme mais surtout s’amplifie de façon incroyable. L’album fait encore plus fort que son prédécesseur notamment grâce à des titres comme « Quand la musique est bonne » qui sort lui aussi en 1982. Puis avec deux autres singles que sont« Comme toi » et « Au bout de mes rêves » qui, eux, sortent un an plus tard en 1983. La notoriété du chanteur explose littéralement chanteur et fait de lui l’un des plus gros phénomènes du moment dans l’hexagone.

L’année suivante en 1984 sort l’album « Positif », enfin un album qui porte enfin un vrai nom. Et l’accueil du public est tellement positif d’ailleurs que l’album va se vendre à plus d’un million d’exemplaires ! Et produire trois nouveaux tops hits que sont « Encore un matin », « Envole-moi » et « Long is the road (Americain ) ». Le chanteur aligne les hits à une vitesse désormais hallucinante.

C’est justement lors de la tournée qui suit la sortie de l’album que le tandem Goldman-Jones voit le jour. De vieilles connaissances qui s’étaient déjà croisées au sein de Taï Phong et qui vont devenir inséparables.

L’année 1985 ne déroge pas à la règle et voit un Goldman dans une forme olympique sortir l’album « Non homologué ». Album qui fera encore plus fort que le précédent puisqu’il se vend aux alentours de 1,3 million d’exemplaires. Avec comme premier single « Je marche seul ». Suivi de peu de « Je te donne », single qui permet au tandem Goldman-Jones d’être enfin réuni sur un titre, et quel titre ! Mais y figurera également le somptueux « Pas toi », qui sorte en 1986 et qui restera indéniablement comme l’un de ses plus beaux Chef d’œuvre.

La tournée qui suit permet l’enregistrement sur scène d’un autre titre parmi les plus emblématiques du chanteur à savoir « La vie par procuration ».

L’année 1987 voit un Goldman au summum de son art sortir l’album « Entre gris clair et gris foncé ». Album qui va se vendre à plus de 2 millions d’exemplaires et dont vont être extraits 5 nouveaux tops hits avec « Elle a fait un bébé toute seule » et l’énormissime « Là-bas » en 1987, titre qu’il interprète en duo avec Sirima. Laquelle sera malheureusement assassinée par son concubin quelques mois plus tard sur fond de rivalité amoureuse.

Puis en 1988 ce sont « Il changeait la vie », « C’est ta chance » et le magnifique « Puisque tu pars » qui sortent à leur tour. L’artiste marche alors littéralement sur l’eau. C’est également à cette époque qu’il commence à travailler avec une certaine Carole Fredericks, qui pour l’instant, fait office de choriste sur plusieurs titres de l’album.

La fin de décennie 80 et le début de la décennie 90 vont rimer avec travail à trois. Fini les albums en solo, il décide de travailler cette fois-ci à plusieurs. Notamment avec des amis très proches que sont Michael Jones et Carole Fredericks. C’est ainsi que sort l’album « Fredericks Goldman Jones ». Album qui va produire les énormissimes « A nos actes manqués » et « Né en 17 à Leidenstadt » notamment. Et qui va se vendre lui aussi à plus de 2 millions d’exemplaires.

Nouvel album à 3 en 1993 avec la sortie de l’album « Rouge ». Mais la mayonnaise retombe quelque peu et même si plusieurs titres marchent plutôt bien, les chiffres de ventes de l’album sont en net recul par rapport au précédent.

Retour en solo à partir de 1997 avec l’album « En passant », un album porté à bouts de bras par 2 titres phares que sont « Sache que je » et « On ira ». L’artiste est visiblement à un tournant de sa carrière et décide de partir sur des voies plus intimistes. Une nouvelle orientation qui paie compte tenu du niveau de succès rencontré.

Un succès hors norme qui n’est pas près de s’arrêter, ni pour lui, ni pour tous ceux pour lesquels ils composent, notamment une certaine…Céline Dion. Rendez-vous la décennie suivante…

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Sister Jane (TaÏ Phong) 1975
  • C’est pas grave papa 1976
  • Les nuits de solitude 1977
  • Back to the city again 1978
  • Il suffira d’un signe 1981
  • Quand la musique est bonne 1982
  • Comme toi 1983
  • Au bout de mes rêves 1983
  • Envole-moi 1984
  • Encore un matin 1984
  • Long is the road 1984
  • Je marche seul 1985
  • Je te donne 1985
  • Pas toi 1986
  • La vie par procuration 1986
  • Elle a fait un bébé toute seule 1987
  • Là-bas 1987
  • C’est ta chance 1988
  • Puisque tu pars 1988
  • Il changeait la vie 1988
  • Il y a 1989
  • Nuit 1990
  • A nos actes manqués 1991
  • Né en 17 à Leidenstadt 1991
  • C'est pas l'amour 1991
  • Tu manques 1992
  • Rouge 1993
  • Juste après 1994
  • Fermer les yeux 1994
  • Elle attend 1996
  • Sache que je 1997
  • On ira 1997
  • Quand tu danses 1998
  • Le coureur 1998
  • Bonne idée 1998
  • Elle ne me voit pas 1999
  • Le rapt 1999
Il lui aura juste suffi d'un signe...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1975...les premiers pas de celui qui va devenir quelques années plus tard l'un des plus grands compositeurs français de cette fin de XXième siècle. Des premiers pas particulièrement réussis et qui montrent surtout un potentiel plus qu'évident....

1976...le début de la carrière solo. Bon, force est de constater qu'il y a encore du travail pour atteindre la cour des Grands, c'est clair...

1977...compte tenu de ce qu'il propose à cette époque précise, on réalise qu'il va encore falloir quelques années avant qu'il n'arrive vraiment à percer...

1978...on sent qu'il peut se passer quelque chose. Il est loin d'être ridicule mais il n'arrive pas à trouver sa place dans cette décennie qui voit la fin d'un monde musical et le début d'un autre...

1981...puis arrive CE titre ! Il lui aura fallu 3 ans pour trouver la bonne recette mais maintenant qu'il l'a trouvé, la suite va être tout simplement oufissime. Le début officiel d'une sucess story qui va s'étaler sur plusieurs décennies et produire un nombre incroyable de méga hits !

1982...le titre qui va faire de lui l'un des plus gros phénomènes de ce début de décennie. Il signe ici un énormissime titre Dance qui va littéralement mettre le feu à tous les Dancefloor de l'hexagone. MA-GIS-TRAL !

1983...on a pu déjà voir ses talents d'écritures très au dessus de la moyenne dans le domaine de la Dance. Il va vite nous prouver qu'il est capable de faire encore mieux dans le domaine Intimiste. Si, si, c'est possible !

1983...ce n'est pas compliqué, désormais 1 titre sorti = 1 top hit. Son inspiration sans limite fait vraiment des merveilles et fait de lui l'un des artistes les plus en vue du moment. Et ce n'est qu'un début !

1984...3 tops hits à la suite, rien que ça. Il écrase littéralement la concurrence avec une facilité proprement stupéfiante. Et ce n'est que le début...

1984...les années se suivent...et se ressemblent. Avec lui, pas de trou d'air. Une inspiration au top, un talent d'écriture hors norme et une personnalité qui fuit les strass et les paillettes. La recette parfaite pour que cette aventure incroyable dure le plus longtemps possible !

1984...dans une décennie où tout est synthétiseur et boites à rythmes, il prend le risque de rester sur un style musical des plus simplistes. Mais c'est la qualité des mélodies qui fait toute la différence et ça, il l'a compris depuis longtemps !

1985...c'est minimum 2 tops hits par an. A ce rythme là, on imagine le nombre incroyable de succès qu'il aura engrangé d'ici 10 ans. Un quasi record !

1985...jusqu'alors il roulait seul et cela lui allait très bien. Apparaît pour la première fois Michael Jones, partenaire de 1er choix avec lequel il va faire un joli bout de chemin dans les années à venir...

1986...sa 1ère MERVEILLE ! Il signe ici l'un de ses titres parmi les plus incroyables, un titre Intimiste absolument somptueux, à l'inspiration hors norme et qui le hisse à un niveau de notoriété proprement stupéfiant. MA-GI-QUE !

1986...une année 1986 absolument exceptionnelle avec un 2ème titre lui aussi à l'inspiration hors norme. En une seule année, il s'offre un ticket pour la postérité et devient de façon incontestable l'un des compositeurs majeurs de cette décennie

1987...une nouvelle fois, il se démarque de la masse par un style musical en total décalage avec son époque. Et le plus fou, c'est qu'il cartonne à chaque fois. Comme quoi, ce n'est jamais le style qui définit le niveau de succès d'une chanson !

1987...la 2ème MERVEILLE ! Une chanson magique, cette fois-ci en mode duo de choc, et surtout de charme, et qui restera comme l'une de ses plus belles réalisations. Mais qui aurait pu imaginer à cette époque le destin tragique qui attendait Sirima, laquelle finira 2 ans plus tard assassinée par son compagnon de l'époque...

1988...il continue à dérouler avec une facilité qui ecoeure littéralement la concurrence. Mais qu'a-t-il de plus que les autres ? Un talent de compositeur hors norme, tout simplement !

1988...3ème MERVEILLE ! Et aussi paradoxal que cela puisse paraître, ce titre connaîtra un niveau de succès inférieur à la moyenne des autres titres qui l'ont précédé. Une baisse qui montre surtout que pour la première fois depuis des années, l'artiste commence à perdre du terrain face à la concurrence...

1988...et pourtant, rien n'a changé, ni dans son style, ni dans son inspiration. C'est peut être ça aussi qui fait que le public le suit un peu moins. En cette fin de décennie où les habitudes musicales changent une nouvelle fois, il va falloir qu'il trouve rapidement un nouveau souffle...

1989...un début de décrochage qui s'accélère en cette toute fin de décennie. Et pourtant, la qualité est toujours de mise. Mais l'on sent bien qu'il se passe quelque chose qui ne va pas dans le bons sens le concernant...

1990...retour d'inspiration fulgurant qui lui permet de retrouver le peloton de tête en ce début de nouvelle décennie. C'est comme le vélo, le talent, ça ne se se perd pas. Il le prouve ici de façon éclatante et rassure tout le monde par la même occasion. MA-GI-QUE !

1991...le début de l'aventure à 3. Pari risqué mais pari gagnant vu le niveau de succès rencontré. Il ne peut rien faire comme les autres , c'est clair et tente des choses que les autres n'oseraient même pas imaginer !

1991...le titre le plus emblématique du trio. Et pourtant, ce n'est pas ce titre là qui rencontrera le plus de succès dans cette aventure de groupe. Comme quoi...

1991...une GROSSE année 1991 avec pléthore de titres et chose remarquable, dans des domaines complètement différents. En tout cas, tout fonctionne parfaitement !

1992...un titre peu connu et qui démontre une nouvelle fois son exceptionnel talent de compositeur dans l'Intimiste. Encore un titre qui flotte littéralement dans l'air et qui nous fait un bien fou !

1993...un morceau engagé, complètement en dehors des standards du moment et qui forcément n'est pas tout public. D'où son relatif échec...

1994...celui-ci est déjà nettement plus accessible et restera comme l'un des titres parmi les plus emblématiques du trio. Du bon boulot, tout simplement !

1994...il n'aura pas le même niveau de succès en cette décennie 90 que durant la précédente mais force est de constater qu'il reste quand même l'un des tous meilleurs au niveau composition

1996...et toujours ce style atypique, unique en son genre, qu'il est le seul à oser tenter. Dans cette décennie 90 où tout est basé sur des rythmiques totalement débridées, il fait office d'OVNI, forcément...

1997...puis soudainement, la roue tourne lorsqu'il décide de repartir de nouveau en solo. Le public est de retour et le niveau de succès repart nettement à la hausse. Comme quoi, il ne faut jamais rien lâcher ! E-NOR-MI-SSIME !

1997...un retour du succès franc et massif qui se confirme avec ce titre. Une année 1997 décidément étonnante avec un Goldman au top et qui redevient soudainement l'un des gros phénomènes du moment. Comme quoi...

1998...l'année 1998 repart quasiment sur les mêmes bases que l'année 1997. Avec un niveau de succès qui ne se dément pas et qui permet à l'artiste de se positionner en cette fin de décennie 90 comme l'un des tauliers du moment

1998...il la joue une nouvelle fois style atypique et décalé. Une prise de risque qu'il est vraiment le seul à pouvoir se permettre. Et ça marche !

1998...un style Goldman vraiment unique en son genre et qui restera toujours sa marque de Fabrique. En tout cas, dans son cas, plus une force qu'une faiblesse, ça c'est clair !

1999...quand Jean-Jacques joue dans la catégorie BO de films. Etonnant qu'on le trouve sur la BO du film 'Asterix et Obelix contre César' mais peu importe, c'est le résultat qui compte comme on dit !

1999...le dernier hit de la décennie. Un peu plus de 20 ans après ses débuts, il est toujours là et compte un nombre incroyable de top hits, que ce soit pour lui ou pour les autres. Et ce n'est pas fini car la légende va continuer de s'écrire la décennie suivante...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article