Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Les Béruriers Noirs, surnommé également les Béru ou les Bérus, est un groupe français formé en 1983 à Paris par Laurent Katrakazos dit ‘Loran’ et Francois Guillemot dit ‘Fanfan’.

A l’origine, le groupe voit le jour en 1978 et se nomme Bérurier tout court, en référence à l’adjoint du commissaire San Antonio, célèbres personnages de la Série des San Antonio écrits par Fréderic Dard. Il est composé d’Olaf, de François et de Stef, remplacé rapidement par Pierrot. Leur style musical est des plus simplistes et composé d’une boite à rythmes, d’une guitare électrique poussé dans ses extrêmes et d’une voix.

Lequel Pierrot quitte rapidement le groupe car appelé pour faire son service militaire (il finira par déserter et finira en prison). Il est remplacé en 1982 par un certain Loran qui lui vient de quitter le groupe Guernica. Fin 82, c’est au tour d’Olaf d’être appelé sous les drapeaux, un appel qui le contraint et qui se voit ainsi dans l’obligation de quitter lui-aussi le groupe. Un départ qui précipite le déclin du groupe 1ère version avec comme conséquence un dernier concert d’adieu qui a lieu en février 1983. Pour marquer cette mort annoncée, le groupe est alors rebaptisé Bérurier Noir.

Mais paradoxalement, ce dernier concert crée le buzz, donne soudainement de l’épaisseur au groupe et leur permet de signer avec le label V.I.S.A. Le groupe renait ainsi de ses cendres et enchaîne les concerts, officiels et non officiels, mais provoquent souvent des incidents lors de leur passage par leurs côtés rebels et provocateurs.

L’année 1984 les voit participer à une tournée européenne de groupes dans leur mouvance, leur permettant ainsi d’accroitre un tant soit peu leur notoriété. Qui sera suivie en 1985 d’une tournée dans l’héxagone.

C’est l’année 1986 qui va leur permettre enfin d’atteindre un semblant de consécration avec le titre « L’empereur tomato ketchup », lequel passe étonnament en boucle sur la radio NRJ, leur permettant ainsi d’atteindre un public qu’ils n’avaient jamais atteint auparavant. Du coup, les fans de la première heure crient au scandale et à la trahison.

Le groupe est au summum de son art en 1988 avec un concert au Zénith devant quasiment 7000 personnes. Le groupe a gagné en maturité, et surtout affiche un visage nettement plus festif et plus convivial, chose paradoxale les concernant. Malheureusement, la même année, certains membres du groupe se retrouvent mêlés indirectement, via leur appartenance au milieu Autonome, à l’explosion des bureaux du président de la Chambre régionale des Huissiers. Des accusations les concernant non fondées au final mais qui font peur aux ‘tourneurs’. Bon nombre de leurs concerts sont annulés dans la foulée.

Des annulations qui briseront nette la dynamique qui portait le groupe jusque là et qui finiront par emporter le groupe qui se séparera définitivement fin 1989.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Guernica 1983
  • Nada 1984
  • Nada nada 1985
  • Joyeux merdier 1985
  • L’empereur tomato ketchup 1986
  • Nuit Apache 1988
  • Vive le feu 1990
Les adjoints de San Antonio...

1983...les débuts d'un groupe inclassable, indéfinissable, totalement hors norme et pour le moins anti-système. Mais c'est ça aussi les années 80 !

1984...un style pour le moins désopilant et uniquement réservé aux initiés. Grand public s'abstenir...

1985...une aventure qui va durer beaucoup plus longtemps que prévu. Ce qui aurait du être une aventure des plus éphémères compte tenu du style si particulier du groupe va aussi faire sa force. Étonnant paradoxe...

1986...puis arrive CE titre ! Ils signent ici sans le savoir le titre qui va leur offrir un ticket direct pour la postérité, du moins au niveau français. E-NOR-MI-SSIME !

1988...un groupe survitaminé, et encore le mot est faible, qui s'adresse à une clientèle exclusivement d'initiés comme on dit... Âme sensible s'abstenir...

1990...le passage à la décennie 90 ne changera pas grand chose, on s'en doutait. On n'imaginait pas les voir basculer soudainement dans la Dance pure et dure...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article