Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Joe Cocker, de son vrai nom John Cocker, fut un chanteur anglais qui démarra sa carrière artistique au tout début de la décennie 60 en créant un premier groupe nommé The Cavaliers. Aventure qui tournera court.

Sous le pseudo de Vance Arnold, il crée un an plus tard en 1961 un nouveau groupe baptisé Vance Arnold and the Avengers avec lequel il tourne essentiellement dans les pubs, aventure qui va durer 3 trois ans mais qui n’aboutira sur rien de concret au final.

Le démarrage de la carrière solo a lieu un an plus tard en 1964 lorsqu’il signe avec le label Decca, label qui lui permet de sortir un premier 45 Tours nommé « I’ll cry instead ». Un premier titre qui passera malheureusement quasiment inaperçu et qui le fait sortir de Decca aussi vite qu’il y est rentré.

Nouveau groupe The Grease Band à partir de 1966 et retour dans les pubs. Nouvelle aventure de 3 ans qui, une nouvelle fois, se soldera pas la dissolution du groupe. Seul point positif, le chanteur a retenu l’attention de Denny Cordell, producteur de renom notamment de groupes tels que Procol Harum et autre Moody Blues.

Nouvelle collaboration qui voit l’enregistrement en 1968 d’un premier titre nommé « Marjorine », titre qui apporte enfin le premier succès tant attendu. Suivi de peu de « With a little help from my friends », reprise de luxe du titre des Beatles datant de 1967. Une reprise qu’il va interpréter lors d’un petit festival nommé Woodstock un an plus tard en 1969. Les deux vont devenir légendaires, autant la chanson que le festival. Un titre inclus dans l’album du même nom qui sortira la même année et qui va lancer la carrière de l’artiste pour de bon et cette fois-ci de façon fracassante.

Toujours la même année sort l’album « Joe Cocker ! », album qui confirme la montée en puissance de l’artiste notamment grâce au titre phare « Delta lady ». Une montée en puissance qui n’est pas sans revers car l’artiste commence à boire et beaucoup.

Une addiction à l’alcool qui prend de l’ampleur durant l’année 1970, ce qui ne l’empêche pas de sortir un nouvel album live nommé « Mad dogs &Englishmen » dont le plus bel extrait sera « Cry me a river ». L’année 1971 voit sa santé physique, et cette fois-ci sa santé mentale également, fortement se dégrader.

Retour mitigé en 1972 avec la sortie de l’album « Joe Cocker », album qui fera moins bien que les opus précédents et qui ne produira aucun hit majeur.Une année qui rime une nouvelle fois avec débordements en tous genres, notamment lors d’une tournée en Australie où le chanteur est arrêté puis expulsé pour détention de marijuana et bagarres multiples. Une descente aux enfers qui s’accélère l’année suivante lorsqu’il tombe dans la dépression et la consommation d’héroine.

Des années de marginalisation qu’il paie au prix fort car tous les albums qui vont sortir jusqu’à la fin de la décennie ne rencontreront qu’un succès somme toute moyen hormis l’album « I can’t stand the rain » qui produira le magnifique « You are so beautiful » en 1975.

Il va lui falloir attendre la décennie suivante et surtout l’année 82 pour enfin renouer avec un succès digne de ce nom. Et ce grâce à l’énormisime titre « Up where we belong «  qu’il interprète en duo avec Jennifer Warnes pour la BO du film Officer et Gentleman. Mais il n’arrive pas à capitaliser sur cet énorme succès et retombe dans les profondeurs des Charts.

Il va devoir attendre quatre années de plus et une nouvelle BO pour enfin refaire surface, et de quelle manière ! Le titre « You can leave your hat on » qu’il enregistre en 1986 pour la BO du film 9 semaines ½ va faire un véritable carton et enflammer littéralement tous les Dancefloor de la planète.

Succès planétaire confirmé et amplifié l’année suivante en 1987 lorsque sort l’album « Unchain my heart », album au succès moyen mais qui va produire le single du même nom. Single qui, lui, va tout fracasser sur son passage et consacrer l’artiste comme l’un des plus grands chanteurs de la décennie. Une décennie 80 qui lui aura nettement plus réussie que la précédente.

La preuve avec l’album « One night of sin » qui sort deux ans plus tard en 1989 et qui lui offre l’un de ses plus gros succès avec l’énormissime « When the night comes ».

Une belle aventure qui continue durant la décennie 90 avec en premier lieu avec le succès de l’album « Night calls » qui sort en 1991 et qui va produire le hit du même nom. Nouveau succès également côté BO de film en 1992 avec cette fois-ci  avec le titre « (All I know) Feels like forever » pour la BO du film The Cutting Edge.

L’année 1994 voit la sortie de l’album « Have a little faith », album qui restera comme son mieux classé de tous Outre-Manche. L’album va produire pas moins de 3 tops hits avec « Let the healing begin », « The simple things » mais aussi, et surtout, « Summer in the city » qui restera comme le plus gros succès de l’album.

Nouveau top hit planétaire en 1996 avec la sortie du single « Don’t let me be misunderstood », une reprise de luxe du titre original de Nina Simone datant de 1964 dont la version remixée la plus connue jusqu’alors était  celle de Santa Esmeralda. Single extrait de l’album « Organic » sorti la même année.

Autre reprise de luxe un an plus tard en 1997 avec la reprise cette fois-ci du cultissime « Could you be loved » de Bob Marley datant lui de 1980. Suivi de peu du titre « N’oubliez jamais ». Tous deux extraits de l’album « Across from midnight » sorti également en 1997.

Une fin de décennie qui s’achève une nouvelle fois en beauté avec le titre « Different roads », single phare de l’album « No Ordinary world » et qui offre à l’artiste un nouveau succès planétaire, un de plus.

Il aura traversé la décennie 60, puis la décennie 70, puis la décennie 80, puis la décennie 90 et le voilà qui entame fièrement la suivante. Avec de nouveaux succès comme « You can have my heart » en 2002, puis « Hymn 4 my soul » en 2007. Certes, le niveau de succès sera moindre mais l’artiste résiste et résiste plutôt bien.

Il connaîtra même un dernier succès notoire en 2012 avec le titre « Fire it up » extrait de l’album du même nom.

Malheureusement, la belle aventure s’arrêtera définitivement deux ans plus tard en 2014, date de son décès des suites d’un cancer du poumon. La fin d’une aventure hors norme pour un chanteur hors norme, à la gestuelle et aux mimiques reconnaissables entre toutes et qui aura profondément marqué l’histoire musicale de cette fin de XXième siècle par son style et sa voix si particulières.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • I’ll cry instead 1964
  • Marjorine 1968
  • With a little help from my friends 1968
  • Delta lady 1969
  • Something 1969
  • She came in through the bathroom window 1969
  • The letter 1970
  • High time we went 1971
  • Woman to woman 1973
  • Pardon me sir 1973
  • You are so beautiful 1975
  • Lady put out the lights 1978
  • I'm So Glad I'm Standing Here Today 1981
  • Ruby Lee 1982
  • Sweet little woman 1982
  • Up where we belong 1982
  • Threw it away 1983
  • Civilized man 1984
  • There goes my baby 1984
  • Edge of a dream 1984
  • Shelter me 1985
  • Don't You Love Me Anymore 1986
  • You can leave your hat on 1986
  • Heart of the matter 1986
  • Now that you're gone 1986
  • Love lives on 1987
  • Unchain my heart 1987
  • A woman loves a man 1987
  • When the Night Comes 1989
  • I will live for you 1989
  • What Are You Doing with a Fool Like Me 1990
  • Living in the promise land 1990
  • Night calls 1991
  • I can hear the river 1991
  • (All I Know) Feels Like Forever 1992
  • Now that the magic has gone 1992
  • Summer in the city 1994
  • The simple things 1994
  • Take me home 1994
  • Let the healing begin 1994
  • Highway highway 1995
  • Don't let me be misunderstood 1996
  • Could you be loved 1997
  • N'oubliez jamais 1997
  • Tonight 1997
  • What do I tell my heart 1998
  • What becomes of the broken hearted 1998
  • That's all I need to know 1998
  • Different roads 1999
  • No ordinary world 1999
  • On my way home 1999
  • You can have my heart 2002
  • Never tear us apart 2002
  • Hymn 4 my soul 2007
  • Hard knocks 2010
  • Unforgiven 2010
  • Fire it up 2012
  • I come in peace 2013
Avec l'aide de quelques copains...

1964...les prémices du début du commencement d'une des carrières parmi les plus incroyables des 40 futures années à venir. Mais à ce stade, personne n'en sait rien encore...

1968...après un premier titre qui était en vérité une reprise du titre des Beatles datant de 1964, le jeune chanteur entame réellement sa carrière avec ce titre, et surtout, ce premier succès

1968...puis arrive CE titre ! Le titre qui va littéralement faire exploser sa notoriété et le hisser One Shot au rang de star planétaire. Il signe ici tout simplement l'un des morceaux parmi les plus emblématiques de sa carrière et de cette fin de décennie 60. MA-GIS-TRAL !

1969...comment rivaliser avec le joyau précédent, mission quasiment impossible. Quoi qu'il en soit, le chanteur est désormais en orbite et il ne lui reste plus qu'à dérouler. Et pour dérouler, ça va dérouler !

1969...un joli titre qui paradoxalement ne connaîtra qu'un succès somme toute très limité. Un début de carrière avec un - très haut - et quelques bas. Mais rien d'inquiétant vu ce qui se profile à l'horizon...

1969...pour le grand décollage, il va tout de même falloir attendre quelques années. Après un démarrage pour le moins fracassant, l'artiste fait quelque peu du sur place. Patience, patience...

1970...une décennie 70 qui débute comme a fini la précédente, à savoir en demi-teinte. Il y a succès, certes, mais l'artiste n'arrive pas à retrouver le chemin des étoiles...

1971...un style Joe Cocker qui prend forme doucement mais surement. Avec cette voix éraillée, unique en son genre et qui restera pour toujours sa marque de Fabrique

1973...après une année 1972 où il ne se passera pas grand chose, le voici de retour en 1973 dans une forme qu'on qualifiera de moyenne. Il va encore falloir être patient...

1973...ce qui est sur, c'est qu'on ne peut pas dire que ses morceaux manquent d'entrain, c'est clair. Voir même de trop...

1975...tout comme 1972, 1974 n'aura pas été un grand Cru. Le chanteur passe d'un extrême à un autre et il est vrai que pour l'instant, il nous offre plus du tout venant que du génial malheureusement. Puis arrive ce titre. Une somptueuse ballade qui n'est pas de lui (écrite et interprétée à l'origine par Billy Preston) mais qu'il va si bien interpréter qu'elle restera dans l'histoire comme la version la plus connue. MA-GI-QUE !

1978...après un gros trou d'air qui va durer 3 ans, le chanteur nous revient en grande forme et nous livre un titre Intimiste de toute beauté. Titre de toute beauté qui ne sera même pas classé, allez comprendre...

1981...puis nouveau trou d'air de 3 ans. La carrière du chanteur devient quelque peu chaotique, c'est le moins qu'on puisse dire. Quoi qu'il en soit, il entame la décennie 80 de la meilleure des manières avec un premier succès qui va en appeler bien d'autres et pas des moindres !

1982...la remise en route et lente et laborieuse mais la qualité est de mise. Aucun raison de s'inquiéter, surtout quand on voit ce qui l'attend prochainement...

1982...encore un titre non classé et qui aurait franchement mérité de l'être. Le chanteur a su parfaitement prendre la mesure de cette nouvelle décennie et ce qu'il propose désormais est tout à fait tendance. Il y a bien un moment où ça va payer, forcément !

1982...après une fin de décennie 70 qui l'aura laissé quelque peu moribond, la décennie 80, elle, va le remettre sur le devant de la scène de façon spectaculaire grâce à ce titre présent sur la BO du film "Officier et gentleman". Un titre qui va devenir l'un des plus Gros Ultimate slow de la décennie, et de cette fin de XXième siècle tout court, rien que ça. MA-GIS-TRAL !

1983...après une année 82 pléthorique en termes de titres, l'année 1983 va paraître quelque peu pâlichonne avec 1 seul titre au compteur. Mieux vaut la qualité que la quantité comme on dit...

1984...une décennie 80 qui le voit renaître de ses cendres de façon plus qu'impressionnante. Rares auront été les artistes typés "Woodstock" a atteindre cette décennie, on ne peut que saluer la prouesse !

1984...un talent dans l'Intimiste décidément hors norme. Une nouvelle fois malheureusement, un titre qui passera sous les radars, l'on se demande vraiment pourquoi...

1984...celui-ci, au moins, sera classé. Une inspiration dans ce domaine si particulier de l'Intimiste qui fait vraiment merveille et permet de produire ce genre de morceau

1985...autant les années paires sont fournies en termes de titres, autant les années impaires elles en sont des plus dépourvues. Mais à chaque fois la qualité est de mise et on ne peut que s'en réjouir !

1986...on continue dans l'Intimiste de très gros calibre. Il aura été l'un des plus gros fournisseurs officiels d'Ultimate Slow de la décennie et peu de concurrents peuvent en dire autant

1986...l'entrée définitive dans la légende. Il signe ici un titre oufissime qui restera dans l'histoire musicale des années 80 comme l'un des titres parmi les plus torrides de cette décennie grâce à une séquence culte présente dans le film "9 semaine et 1/2". Il prouve par la même occasion qu'il peut aussi exceller dans le registre Dance. MO-NU-MEN-TAL !

1986...on reste dans le registre Dance et même si ce titre là n'aura pas le même niveau de succès que son prédécesseur, il est loin de démériter, c'est clair !

1986...encore une très GROSSE année avec pléthore de titres et de la qualité à tous les étages. Une décennie qui l'aura vraiment porté au summum de son art et qui l'aura définitivement consacré comme l'un des meilleurs chanteurs de tous les temps

1987...nouvelle BO de gros calibre cette fois-ci pour le film "Harry and the Hendersons". Toutes les BO qu'il aura signé auront au minimum marché ou auront carrément marqué l'histoire, rien que ça !

1987...quand Joe Cocker reprend du Ray Charles datant de 1961, cela donne ce genre de résultat ! Il signe ici un nouveau méga hit planétaire qui rajoute une nouvelle étoile à son palmarès. Un palmarès qui s'étoffe année après année et restera comme l'un des plus brillants tous chanteurs confondus. E-NOR-MI-SSIME !

1987...une année qui se finit en beauté avec ce titre Intimiste une nouvelle fois à la hauteur du talent incroyable de cet artiste dans ce domaine. Que dire de plus...

1989...après une année 88 où il ne se passera pas grand chose, fait étonnant, le chanteur finit la décennie de la meilleure des façons avec ce titre une nouvelle fois hautement inspiré. Une décennie 80 proprement incroyable pour le chanteur qui aura été tutoyer les étoiles à maintes reprises

1989...quand Joe Cocker fait du Bruce Springsteen. Une similitude de sonorité qui prouve de façon évidente que ces 2 artistes avaient beaucoup de choses en commun, pas simplement le style mais aussi la voix...

1990...on aurait pu penser que la décennie 90 allait lui être fatale, c'était bien mal le connaitre ! Une décennie durant laquelle il va prouver à maintes reprises qu'il tient toujours parfaitement debout et que ce n'est pas la concurrence de p'tits jeunots d'à peine 20 ans qui risque de le perturber, encore moins de l'effrayer

1990...la cadence de sortie de single ne ralentit pas d'un Iota. Une discographie parmi les plus fournies tous artistes confondus et à la qualité Premium, qui dit mieux ?

1991...peu d'artistes de sa génération seront arrivés aussi loin. Il signe ici un nouveau titre Intimiste de toute beauté, un de plus ! Un savoir faire unique dans ce domaine et quasi inégalé. MA-GIS-TRAL !

1991...la belle aventure continue encore, et encore, et encore. Un niveau d'inspiration qui se régénère en permanence et qui colle surtout parfaitement à l'air du temps. La marque des Grands !

1992...chaque titre sorti est quasiment un événement à lui tout seul tant le niveau qualitatif est élevé et ce depuis des années et des années. Une longévité à un tel niveau proprement stupéfiante !

1992...une inspiration qui fait une nouvelle fois des merveilles sur ce titre. Mais où va-t-il chercher tout ça, on se le demande. Un véritable extra-terrestre !

1994...après une année 93 où il ne se passera pas grand chose, le voici de retour en 1994 une nouvelle fois dans une forme olympique. Après avoir repris du Ray Charles, il reprend cette fois-ci un des titres phares des Lovin' Spoonful datant de 1966. Et la copie vaut largement l'original !

1994...une forme olympique qui ne faiblit quasiment pas grâce à ce titre. Nouveau top hit, un de plus et surement pas le dernier !

1994...nouveau duo de choc et de charme. Celui-ci n'aura pas le même niveau de succès que celui avec Jennifer Warmes mais il tient largement la route, une nouvelle fois

1994...un titre original, qui ne ressemble à aucun autre et qui sort des standards auxquels l'artiste nous avait habitué. Et pourquoi pas !

1995...une ballade toute simple mais à l’efficacité redoutable. Encore un titre qui ne sera même pas classé malgré une qualité plus qu'évidente mais ce ne sera pas le premier ni le dernier le concernant...

1996...nouvelle reprise de luxe cette fois-ci du titre phare de Nina Simone datant de 1964 dont la version la plus connue restera incontestablement la version Dance de Santa Esmeralda datant de 1977. Quoi qu'il en soit, cette version reggae a au moins le mérite de l'originalité et tient largement la route

1997...cette fois-ci, c'est l'inverse ! Il transforme l'un des titres parmi les plus connus de Bob Marley datant de 1980 en une version Dance pour le moins étonnante. Et une nouvelle fois, il arrive à en faire une version pour le moins originale !

1997...un titre qui sent bon la France. Un positionnement pour le moins étonnant mais qui marche parfaitement à la vue de son niveau de succès dans les Charts. Comme quoi !

1997...plus de 30 ans après ses débuts, force est de constater que l'artiste n'a rien perdu, ni de son talent, ni de sa capacité à s'adapter à toutes les modes. Une véritable prouesse !

1998...encore un titre qui passera sous les radars, on se demande bien comment. Quand on voit le nombre de singles sortis depuis le début de sa carrière, on hallucine tout bonnement !

1998...nouvelle reprise de luxe cette fois-ci du titre de Jimmy Ruffin datant de 1966. Une reprise parfaitement adaptée aux standards du moment et qui fonctionne parfaitement elle aussi

1998...quand 2 énormes stars se rencontrent pour pousser la chansonnette, on n'imagine pas un seul instant que le résultat ne soit pas à la hauteur. Et il l'est forcément !

1999...il aura traversé la décennie 60, puis la décennie 70, puis la décennie 80, puis la décennie 90 et le voici qui s'apprête à entamer la suivante. Le tout dans une forme qu'on qualifiera d'olympique. Une longévité proprement stupéfiante !

1999...il n'aura connu quasiment aucun raté dans sa carrière toute entière, fait incroyable. Chaque titre qui sort est une véritable réussite, une nouvelle fois la marque des plus Grands !

1999...chassez l'Intimiste, il revient au galop. L'inspiration du chanteur ne faiblit pas dans ce domaine, même après quatre décennies. Hallucinant !

2002...une décennie 2000 qui démarre en fanfare avec ce titre particulièrement pêchu. Et qui montre surtout que le chanteur est encore dans la course et ne compte pas en rester là...

2002...on aurait pu penser que ce titre est de Joe Cocker lui-même tant il lui va comme un gant. Que néni, il reprend ici un des titres phares du groupe INXS datant de 1988. Bluffant, tout simplement !

2007...bon, il est clair que le niveau de succès décroit année après année mais le niveau qualitatif reste tout de même élevé. C'est déjà ça !

2010...une décennie 2000 qui ne restera pas comme sa meilleure, force est de constater. L'incroyable aventure tire à sa fin et le niveau d'inspiration commence sérieusement à faiblir...

2010...un niveau général qui baisse sauf dans l'Intimiste, ça, c'est clair ! Il nous livre ici un titre absolument somptueux qui montre une nouvelle fois toute l'étendue incroyable de son talent dans ce domaine. MA-GI-QUE !

2012...68 ans et une patate proprement incroyable ! Combien d'artistes d'aujourd'hui seront encore là à son âge et dans une forme pareille ? Surement peu...

2013...cette fois-ci, c'est bel et bien la fin. La fin d'une aventure incroyable pour ce chanteur totalement hors norme à tous points de vue. Un géant qui tire sa révérence en laissant dans l'histoire pléthore de titres cultes et ça, ils auront été peu à pouvoir le faire !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article