Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Maxime Le Forestier, de son vrai nom Bruno Le Forestier, est un auteur-compositeur-interprète français qui commence sa carrière artistique aux alentours de 15 ans en se produisant dans un café de la banlieue parisienne nommé « Chez Louisette ».

Puis il s’associe un temps avec sa sœur Catherine et forment ensemble le duo Cat et Maxime, duo qui se produit dans les cabarets de la rive gauche en reprenant des titres du groupe américain Peter, Paul and Mary. Une aventure qui tourne court lorsque Catherine part jouer les choristes pour Georges Moustaki avec qui le duo s’est lié d’amitié quelques temps auparavant.

Fin de la décennie 60, le jeune Maxime est appelé sous les drapeaux, période compliquée et surtout mouvementée pour lui puisqu’il joue les parachutistes indisciplinés le jour tout en composant des chansons la nuit. Durant cette période, il arrive même à enregistrer deux de ses compositions pour le label Disques Festival, « Cœur de pierre, face de lune » et « Concerto sans frontières ». Deux titres qui passeront malheureusement totalement sous les radars.

La page militaire étant refermée, il fait partie avec sa sœur Catherine du casting de la comédie musicale « Oh ! America » au début de la décennie 70. Parenthèse de courte durée suivie d’un départ pour les Etats-Unis toujours en compagnie de sa sœur. Laquelle l’emmène vivre quelques temps dans une communauté à San Francisco.

A son retour en France, il enregistre « Mon frère » pour le label Polydor, titre qui sort courant de l’année 1971 mais qui passe quasiment inaperçu (il ressortira l’année suivante grâce à la sortie du premier album de l’artiste et connaîtra un sort bien différent).

Puis quelques mois plus tard, il enregistre « San Francisco » qui sort lui en 1972 et qui, lui, ne va pas passer inaperçu. Le 45 Tours est un énorme succès, et propulse du jour au lendemain le jeune chanteur sur le devant de la scène.  Soudaine notoriété qui lui permet de faire la première partie de Georges Brassens à Bobino la même année.

Une notoriété qui franchit un nouveau palier à partir de l’année 1975 lorsque sort le titre « Saltimbanque ». Mais son côté un peu trop engagé, notamment dans ses textes, fait peur aux radios et aux chaînes de télé qui le boycottent.

Un côté engagé qui commence quelque peu à le marginaliser auprès du grand public, public qui est le seul à le soutenir pour l’instant mais qui commence à se détourner progressivement de l’artiste. Le chanteur réalise donc qu’un changement radical doit s’opérer et adoucit quelque peu la teneur de ses textes.

La fin de décennie va s’avérer quelque peu compliquée à gérer, avec un public coupé en deux : d’un côté les post-soixante-huitard qui regrettent son changement de cap et de l’autre côté le français moyen qui n’y trouve pas forcément son compte non plus. Une légère désaffection qui ne l’empêche pas de multiplier les tournées et les récitals.

Le début de décennie 80 le voit également multiplier les concerts. Mais côté disque, l’inspiration n’y est pas forcément et le chanteur n’arrive pas à se situer par rapport aux nouvelles tendances qui émergent.

Il va lui falloir les 2/3 de la décennie pour prendre enfin la mesure des changements et s’y adapter en conséquence. Une adaptation enfin réussie qui se concrétise avec l’énormissime single « Né quelque part » qui sort en 1987. Le titre est une véritable réussite et reste à ce jour l’un de ses titres parmi les plus emblématiques.

La jeune génération découvre avec étonnement que cet artiste a vraiment du talent et qu’il n’est pas simplement qu’une relique du passé. Surtout qu’il récidive avec un autre énorme titre « Ambalaba » un an plus tard en 1988. Deux titres coup sur coup qui permettent à l’artiste de revenir de façon fracassante sur le devant de la scène.

Un retour du succès fulgurant mais qui va être de courte durée. Le passage à la décennie 90 le voit replonger dans les profondeurs des classements et il se retrouve une nouvelle fois dépassé par les nouvelles tendances musicales qui se succèdent à une vitesse impressionnante en ce début de décennie.

Il va lui falloir attendre 5 ans avant de retrouver les faveurs du public grâce au titre « Passer ma route » qui sort en 1995. Un succès d’envergure qui ne permettra pas à l’artiste de se relancer durablement malheureusement…

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Mon frère 1971 
  • San Francisco 1972
  • Dialogue 1973 
  • Saltimbanque 1975
  • La chanson du jongleur 1976 
  • En Amérique sur Seine 1977
  • Je veux quitter ce monde heureux 1978
  • Histoire de faussaires 1979
  • Le silence 1980
  • Grand match de blues a Mineville 1981
  • Les jours meilleurs 1983
  • Né quelque part 1987
  • Ambalaba 1988
  • Signes 1991
  • Sagesse du fou 1992
  • Passer ma route 1995
  • Chienne d’idée 1995
  • Raymonde 1996
  • Entre la Rue Idiot et la Rue de Vanves 1996
  • La maitresse d'école 1997
C'est une maison bleue...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1971...il aura suffi d'un titre, CE titre, pour lancer de façon fracassante la carrière de ce jeune chanteur qui va devenir en quelques années l'un des chanteurs majeurs de la scène musicale française. E-NOR-MI-SSIME !

1972...mais c'est sans compter sur cet énormissime titre qui restera à tout jamais l'un de ses titres phares. Un titre tout simple, sous forme de ballade, mais à l'efficacité redoutable. Un titre qui va faire littéralement exploser sa notoriété et lancer la carrière du chanteur pour de bon. MA-GIS-TRAL !

1973...une interprétation des plus minimalistes contrebalancée par des mélodies taillées sur mesure et qui font mouche à chaque fois. Redoutable !

1975...un style reconnaissable entre tous et qui lui permet de se démarquer de la masse. Attention tout de même à ne pas trop en abuser...

1976...il continue son petit bonhomme de chemin sans se soucier des hit parade et des nouvelles tendances qui pointent le bout de leur nez. Un parti pris affiché et surtout revendiqué !

1977...alors que le monde bascule progressivement dans la folie Disco, lui reste arc-bouté dans un style minimaliste qu'il maîtrise à la perfection mais qui va forcément finir par l'isoler à un moment où à un autre...

1978...pour l'instant, le concernant, rien ne change, tout est stable. Il ne voit pas l’intérêt de changer à partir du moment où son niveau de succès se maintient au niveau qu'il estime être le bon...

1983...la fin de décennie 70, tout comme le début de la décennie 80, vont s'avérer un peu plus compliquée à gérer que prévue. Difficulté à se renouveler, un virage des années 80 plus ou moins raté côté appréhension des nouvelles tendances, bref, une phase particulièrement difficile pour l'artiste. Mais l'on sent qu'avec ce titre il se passe quelque chose...

1987...mais il va lui falloir attendre 4 ans supplémentaires pour effectuer un retour qu'on qualifiera de miraculeux. C'est l'année 1987 et CE titre qui lui permettent de revenir de façon fracassante sur le devant de la scène. Un retour totalement improbable mais parfaitement réussi avec un titre somptueux qui restera incontestablement comme l'un des titres parmi les plus marquants de la décennie. MA-GIS-TRAL !

1988...une fin de décennie 80 qui le voit lutter à armes égales avec des petits jeunots qui ont 20 ans de moins que lui. Il signe ici un nouveau titre majeur de sa discographie qui fait de lui l'un des phénomènes du moment, plus de 15 ans après ses débuts !

1992...ce qui est clair, c'est qu'il vit mal les changements de décennie. Une nouvelle fois la preuve avec ce passage à la décennie 90 qui ne va pas se passer dans les conditions idéales...

1995...nouveau retour fracassant en ce milieu de décennie 90. Il signe ici un nouveau titre de toute beauté, tout en finesse et en rondeur, qui montre que quand il veut, il peut. MA-GI-QUE !

1995...une GROSSE année 1995 qui le voit retrouver un niveau d'inspiration Premium. Et quand l'inspiration va, tout va comme on dit !

1996...malheureusement, l'embellie aura été de courte durée. Même si ce titre est une véritable réussite, l'artiste va de nouveau disparaître progressivement des radars. Une carrière qui aura connu des très hauts, mais également des très bas. Mais rien n'est jamais fini comme on dit...

1997...l'artiste revient à ses fondamentaux voix-guitare, un pari fou en cette décennie 90 où tout file à la vitesse de la lumière. Un artiste qui n'aura jamais fait comme toute le monde. Un parti-pris qui aura autant fait sa force que sa faiblesse...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article