Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Claude Nougaro fut un auteur-compositeur-interprète français dont la particularité, hormis le fait qu’il fut l’un des plus grands chanteurs français de la fin du XXième siècle, était d’avoir eu comme père un chanteur d’opéra et une mère professeur de piano, 1er prix de piano au Conservatoire. D’où un environnement particulièrement propice au développement d’aptitudes musicales forcément haut dessus de la moyenne !

Mais son premier métier ne sera pas la musique paradoxalement mais le journalisme dans un journal local de Vichy. On le retrouve en 1949 du côté du Maroc où le jeune Claude effectue son service militaire. Un service militaire qui se passera essentiellement au cachot puisqu’il y passe 10 mois sur les 18 que compte la période du service. Puis passage par l’Algérie où il travaille dans un journal nommé La dépêche de Constantine.

Ce qui ne l’empêche pas dans le même temps de commencer à écrire des chansons. Après son retour sur Paris, il commence à composer pour des chanteurs comme Marcel Amont, Philippe Clay et se lie d’amitié avec Georges Brassens qui le prend sous son aile.

Il démarre réellement sa carrière artistique en 1954 en récitant des poèmes dans un cabaret nommé Au Lapin Agile. Puis à partir de 1957 il commence à chanter ses propres chansons et sort ses premiers disques un an plus tard en 1958. Disques qui passeront malheureusement quelque peu inaperçus.

Il va lui falloir attendre 4 ans et le passage au label Philipps pour voir sa carrière enfin prendre de la hauteur grâce à des titres comme « Une petite fille », « Le jazz et la java » et surtout un an plus tard en 1963 « Cécile ma fille ». La notoriété du chanteur explose alors littéralement et il devient l’un des plus gros phénomènes du moment.

Une success story qui continue avec d’énormissimes titres comme « Amstrong » en 1965,  « Toulouse » en 1967 ainsi que « Paris Mai » et « Quatre boules de cuir » en 1968.

La décennie 70 le voit conforter son statut de valeur sure avec des titres comme « Dansez sur moi » en 1973, « Tu verras » en 1978 et « Le coq et la pendule » en toute fin de décennie.

Comme pour la plupart des artistes ayant éclos durant la décennie 60, le passage aux années 80 va se révéler compliqué. Style un peu désuet, différence d’âge avec la concurrence qui marginalise quelque peu et inspiration qui faiblit le font disparaître des radars progressivement.

Mais c’est sans compter sur son pouvoir d’adaptation hors norme et la sortie de l’album « Nougayork » en 1987. Album enregistré aux Etats-Unis et qui lui permet de revenir de façon fracassante sur le devant de la scène, notamment grâce à des titres « Nougayork » et « Il faut tourner la page ». Le chanteur prouve de façon éclatante qu’il faut encore compter sur lui et qu’il n’a rien perdu de son talent.

Nouveau succès en 1989 avec l’album « Pacifique » dont le titre phare sera « Vive l’Alexandrin ».

Nouvelle baisse de régime durant la décennie 90, baisse de régime qui se conjugue avec des problèmes de santé sérieux qui obligent l’artiste à se mettre en retrait.

Le chanteur ne retrouvera plus jamais le niveau d’excellence des années d’avant et tout ce qui sortira par la suite ne connaîtra qu’un succès somme toute limité.

Il disparaîtra le 4 Mars 2004 des suites d’une longue maladie à l'âge de 74 ans et laissera dans l’histoire musicale française un nombre impressionnant de titres dont certains d’exception, faisant de lui l’un des artistes majeurs de la scène musicale française.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Vachement décontracté 1958
  • Le jazz et la java 1962
  • Une petite fille1962
  • Le cinéma 1962
  • Cecile, ma fille 1963
  • Pauvre Nougaro 1963
  • Je suis sous... (Marie Christine) 1964
  • A bout de souffle 1965
  • Amstrong 1965
  • L’amour sorcier 1966
  • O Toulouse 1967
  • Sing sing song 1967
  • Quatre boules de cuir 1968
  • Paris Mai 1968
  • La pluie fait des claquettes 1968
  • C’est ça la vie 1970
  • Dansez sur moi 1973
  • Brésilien 1975
  • Comme une Piaf 1976
  • Mon disque d’été 1977
  • Tu verras 1978
  • Marcia martienne 1979
  • Assez 1980
  • Le coq et la pendule 1980
  • Un été 1981
  • Ami chemin 1983
  • Bleu blanc blues 1985
  • NougaYork 1987
  • Il faut tourner la page 1988
  • Vive l’alexandrin 1989
  • Pacifique 1989
  • Los Angeles Eldorado 1989
  • Tendre 1991
  • Vie violence 1993
  • C’est une Garonne 1994
  • L’enfant phare 1997
  • Les pas 2000
  • L’ile d’Hélène 2000
  • Déjeuner sur l’herbe 2001
  • Jet Set 2002
  • Fleur bleue 2003
Vachement décontracté...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1958...les tous premiers pas d'un jeune inconnu qui ne va plus le rester très longtemps...inconnu. Qui imaginerait à ce stade la carrière qui l'attend derrière...?!

1962...dès son 2ème titre, il crève l'écran et se voit propulsé sous les feux de la rampe de façon fracassante. Il signe ici son premier énorme succès et voit sa notoriété exploser en conséquence. MA-GIS-TRAL !

1962...une année 1962 où tout lui réussit de façon insolente. On aurait pu penser que le succès serait éphémère et qu'il disparaîtrait aussi vite qu'il était apparu. Non seulement, il confirme mais c'est partit pour durer comme ça pendant quelques décennies !

1962...et que dire de ce titre ! En une seule année, il aura livré 3 titres magistraux, dans un style jazzy quasi unique en son genre et qui restera pour toujours sa marque de Fabrique. MO-NU-MEN-TAL !

1963...il se sera imposé en seulement 2 ans comme l'un des plus gros phénomènes du moment en France. L'ode qu'il livre ici en l'honneur de sa fille montre une nouvelle fois toute l'étendue de son talent qui s'impose, titre après titre, comme hors norme !

1963...chaque titre sorti est une véritable réussite. Qu'il la joue Jazzy Intimiste ou Jazzy Yéyé, ça fonctionne parfaitement à chaque fois. La concurrence n'a qu'à bien se tenir !

1964...et que dire de ce mode Jazzy délire qui rajoute une corde supplémentaire à son arc, une de plus ! Mais où va-t-il chercher tout ça ?

1965...un exercice de style absolument brillantissime qui lui permet de montrer toute l'étendue de son talent de diction. Même dans ce domaine, il excelle. Une décennie 60 qui l'aura vu éclore puis littéralement exploser sans que rien, ni personne, ne puisse contester sa suprématie !

1965...depuis le début de décennie 60, chaque année comporte au minimum 2 ou 3 titres hors normes. L'année 1965 ne déroge pas à la règle avec ce nouveau titre qui restera incontestablement comme l'un de ses plus emblématiques. A ce stade, l'on peut carrément dire qu'il marche sur l'eau !

1966...et toujours ce mode délire qu'il est le seul à pratiquer et qui le démarque de façon radicale de la concurrence. Une imagination, et surtout une inspiration, quasi sans limites !

1967...on touche ici quasiment à la perfection ! Il livre ici un titre hommage à sa terre natale absolument somptueux et dans lequel la charge émotionnelle atteint quasiment son maximum. CHEF D'OEUVRE !

1967...la belle aventure continue de plus belle. Il enchaîne les titres de très gros calibre à une vitesse proprement stupéfiante. Et même si ce titre là n'aura pas le même niveau de succès que son prédécesseur, il tient largement la route !

1968...et toujours ce style inimitable qui fait mouche à chaque fois. Un style aussi efficace au niveau mélodique qu'au niveau des paroles, le mélange parfait entre l'inspiration musicale et l'inspiration littéraire !

1968...une décennie 60 décidément exceptionnelle avec une suite ininterrompue de titres hors norme. Rien, ni personne à ce stade, ne semble en mesure de venir contester sa suprématie sur le paysage musical français...

1968...et ça continue ! Il ne risque pas de mettre le feu aux pistes de danse avec ce genre de titres mais c'est aussi ce style unique qui fait sa force. Tant que ça marche, pourquoi changer quoi que soit...

1970...après une décennie 60 qui l'aura vu tout écraser sur son passage, la décennie 70 va-t-elle être aussi généreuse avec lui ? Réponse dans les années qui vont suivre mais pour l'instant, c'est plutôt bien parti...

1973...étonnamment, il ne se passera rien en 1972. C'est pour mieux revenir en 1973 avec ce titre absolument somptueux, un titre tout en finesse et en légèreté qui lui permet de montrer une nouvelle fois son extraordinaire talent dans les morceaux 'à émotions'. MA-GIS-TRAL !

1975...nouveau trou d'air en 1974 et nouveau retour gagnant en cette nouvelle année. Il prouve avec maestria qu'il est vraiment bon dans tous les domaines et que rien, ni aucun tempo, ne lui fait peur. La preuve !

1976...retour dans le domaine Jazzy-Intimiste, son fond de commerce depuis le début. Il est clair qu'il en aura fait dix fois plus dans ce domaine que dans tous les autres domaines. Sa force, autant que sa faiblesse...

1977...mais comment résister à des titres aussi fins et aussi inspirés ? Même si le monde musical est en pleine mutation autour de lui, il n'en tient pas compte et continue à tracer sa route telle qu'il l'entend. Pour combien de temps encore...?

1978...cette chanson parmi l'une de ses plus emblématiques n'est pas une de ses compositions aussi paradoxal que cela puisse paraître. En vérité, c'est une reprise de luxe, et quel luxe, du titre de Chico Buarque 'O que sérà ?' datant de 1976. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la copie vaut largement l'original. Si ce n'est plus !

1979...une fin de décennie 70 qui rime avec douceur et tendresse, maîtres mots chez lui. Ce qui est certain, à la vue des bouleversements qui s'annoncent côté tendances musicales, c'est qu'il va devoir sacrément se remettre en cause pour espérer exister la décennie suivante...

1980...bon, pour l'instant, il ne semble pas tenir compte des avertissements. Il continue dans le même registre et ma foi, ça fonctionne une nouvelle fois. Mais pour combien de temps encore...

1980...et que dire de ce titre ! Nous sommes en 1980 et il continue à produire des titres en dehors du temps et des modes. Un jusque boutisme sauvé par une qualité de titre évidente mais qui va finir par l'isoler et ce de façon inévitable...

1981...ce qui devait arriver arriva, le déclin est désormais en marche et il va être très difficile de l'enrayer. Seul un miracle pourrait éventuellement sauver le soldat Claude...

1983...il semble enfin avoir pris la mesure de cette nouvelle décennie. Mais il est quasiment impossible désormais d'arrêter sa lente, mais irréversible, chute...

1985...surtout quand on voit ce genre de titre, comment espère-t-il encore pouvoir rivaliser avec la jeune génération qui base tout désormais sur les sonorités électroniques. Pari quasi impossible !

1987...puis arrive LE miracle ! Alors qu'on le pensait perdu corps et âme, le voici renaître de ses cendres de façon proprement stupéfiante. Il livre ici tout simplement l'un des plus gros hits Dance de l'année et de cette fin de décennie, rien que ça. Comme quoi, rien n'est jamais fini !

1988...une fin de décennie qui lui permet de remonter à la surface de façon spectaculaire notamment grâce à ce titre tout en finesse. Il retrouve ses fondamentaux Intimistes mais qu'il a la géniale idée de remettre au gout du jour et ça marche du feu de dieu. MA-GI-QUE !

1989...la sonorité est moderne, tout comme le style, on a l'impression de ne plus avoir du tout affaire à la même personne qu'en début de décennie. Une évolution salutaire et surtout qui lui permet de revenir dans la course de façon fracassante !

1989...une fin de décennie qui le voit renaître de façon incroyable et ce pour le plus grand plaisir de tous. Comme quoi, il suffisait de pas grand chose pour inverser la tendance. Avec un talent pareil, le contraire aurait été étonnant...

1989...les morceaux sont inspirés et collent parfaitement à l'air du temps. Certes, dans un style qui lui est toujours propre mais ce qui est sur, c'est que ça fonctionne parfaitement et c'est ça l'essentiel !

1991...il aura traversé la décennie 60, puis la décennie 70, puis la décennie 80 et le voici qui entame tranquillement la décennie 90. Peut être un peu trop tranquillement même...

1993...complètement à contre-courant des nouvelles tendances musicales de cette décennie 90, il arrive tout de même à livrer un titre inspiré et au lyrisme évident. E-NOR-MI-SSIME !

1994...un titre emprunt d'une certaine noirceur et qui pourtant ne laisse pas indifférent, c'est clair. Il est sur qu'il ne connaîtra pas le même niveau de succès qu'il aura connu durant la décennie précédente mais il est toujours là et il s'accroche !

1997...une décennie durant laquelle il va avoir du mal à se situer et qui ne lui permettra pas de s'exprimer réellement à la hauteur de son talent hors norme. La fin, la vraie, se rapproche...

2000...après une décennie 90 qui l'aura vu disparaître petit à petit, on le retrouve en ce début d'année 2000 dans une forme relative. Il ne veut toujours pas jeter l'éponge mais force est de constater qu'il va lui être très difficile d'exister durant cette décennie...

2000...il s'accroche et résiste vaille que vaille. Une résistance qui à certains moments lui permet de renaître de façon spectaculaire, la preuve avec ce titre qui flotte littéralement dans l'air !

2001...une résistance qui a malheureusement ses limites. Même si ce titre est inspiré, il ne permettra pas d'inverser durablement la tendance...

2002...le revoilà en mode jazzy, comme à ses débuts. Un pari fou en ce de XXIième siècle et un pari surtout perdu d'avance. Mais qui lui en voudrait...

2003...la fin de l'aventure. Une aventure incroyable qui aura duré près de 40 ans pour l'un des artistes majeurs de l’hexagone et qui laissera dans son sillage une discographie d'exception. Chapeau l'artiste !

Top Bonus : l'histoire d'une vie...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article