Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

This Mortal Coil est un concept-projet orchestré par Ivo Watts-Russell, plus connu pour être le fondateur en 1980 du célèbre label musical anglais 4AD, label qui produira plusieurs des groupes parmi les plus marquants de la décennie 80 côté anglais.

Il va faire intervenir dans ce projet bon nombre de groupes du label à commencer par Modern English. Mais également les Cocteau Twins, Cindytalk, Dead Can Dance entre autres.

Sort ainsi en 1983 le mini-album « Sixteen days/Gathering dust » dont le titre phare va être « Song to the siren », un titre au lyrisme absolument hallucinant, sublimée par une Elizabeth Fraser des Cocteau Twins au summum de son art.

Fort de ce succès, un nouvel album « It’ll end in tears » sort un an plus tard en 1984. Album qui connaît à son tour le succès et qui va produire un nouveau hit notoire avec le titre « Kangaroo » sur lequel on retrouve cette fois-ci Gordon Sharp et Simon Raymonde.

Nouveau succès deux ans plus tard en 1986 avec l’album « Filigree & shadow », album qui peinera tout de même à produire un hit d’envergure.

Un dernier album « Blood » verra le jour la décennie suivante en 1991. Mais celui-ci ne rencontrera qu’un succès mitigé et refermera définitivement la page This Mortal Coil.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Song to the siren 1983
  • Fond affections 1984
  • Kangaroo 1984
  • Dreams made flesh 1984
  • Meniscus 1986
  • Come here my love 1986
  • My father 1986
  • Mr Somewhere 1991
  • You and your sister 1991
Filigrane et Ombre...

1983...la MERVEILLE des MERVEILLE. Une chanson hallucinante portée par une voix sublimée. Une Elisabeth Frazer inspirée par les Dieux, n'ayons pas peur des mots ! Le tout sur une reprise de luxe d'un titre de Tim Bickley datant de 1970. On touche là au CHEF D'OEUVRE !

1984...une succession hallucinante de titre à l'inspiration hors norme. Celui-ci n'aura pas le même niveau de retentissement que son prédécesseur mais le niveau est quasi équivalent !

1984...chaque titre est d'un lyrisme incroyable et d'une inspiration quasi extra-terrestre. Un concept-projet remarquable qui aurait vraiment mérité une reconnaissance globale bien supérieure à ce qu'elle fut

1984...chaque groupe sublime son titre à sa façon. Cette fois-ci, c'est au tour des Dead Can Dance de faire des miracles. Et le résultat est à la hauteur, forcément et bien au delà de ce qu'on pouvait imaginer à la base. On en attendait pas moins de leur part !

1986...des titres qui flottent littéralement dans l'air et qui nous transportent dans des contrées imaginaires qu'on ne soupçonnait même pas. On peut quasiment parler de magie, tout simplement...

1986...chaque titre est unique et hautement inspiré. Un condensé extrême de ce qui se faisait de mieux à l'époque dans ce domaine si particulier de la Darkwave...

1986...tous les titres sont sur le même mode, à savoir le registre Intimiste. Une constante qui aura vraiment fait de ce groupe éphémère un modèle unique en son genre !

1991...la suite, et surtout le changement de décennie, vont changer quelque peu la donne. Et pas forcément dans le bon sens malheureusement...

1991...c'est sympathique, certes, mais sans plus. La transition avec les années 90 a quelque peu annihilé tout le côté magique qui faisait de cette aventure un phénomène vraiment unique. Dommage...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article