Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

52nd Street est un groupe anglais formé à Manchester au début des années 80 et composé à l’origine de Tony Henry, Derrick Johnson, Desmond Isaacs, Tony Thompson et Jennifer McCloud.

C’est le Dj Mike Shaft qui les remarque en premier et qui va diffuser leurs démos sur une radio nommée Piccadilly Radio. Des débuts remarqués qui leur permettent d’être approchés par des labels tels que RCA Records et autres Warner Bros.

Au final, c’est le label Factory Records qui leur permet de sortir leur premier single « Look into my eyes » en 1982, single qui passera malheureusement inaperçu.

Le groupe réoriente sa sonorité à partir de l’année 1983, en y introduisant plus de sons électroniques et de boites à rythmes. Des ajouts qui vont porter leurs fruits puisque les singles « Cool as ice » et « Twice as nice » qui sortent cette année là leur permettent enfin d’obtenir leurs premiers succès d’envergure.

Succès confirmé et amplifié un an plus tard en 1984 avec le single « Can’t afford » mais c’est sans compter sur l’année 1985, année qui va les consacrer définitivement grâce à la sortie de l’album « Children of the night ». Un album dont sera extrait principalement l’énormissime single « Tell me (How it feels) », single qui reste à ce jour le plus gros succès de toute leur discographie. Et dans une moindre mesure « You’re my last chance » qui sortira également cette année là.

Nouvel album « Something’s going on » deux ans plus tard en 1987, album au succès nettement plus modeste que son prédécesseur et qui peinera à produire le moindre hit d’envergure.

Un semi-échec qui scellera le sort du groupe, lequel ne s’en remettra pas et déclinera inexorablement dans les années qui suivront.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres..) :

  • Look into my eyes 1982
  • Cool as ice 1983
  • Can’t afford 1984
  • Tell me (How it feels) 1985
  • You’re my last chance 1985
  • Children of the night 1986
  • I can’t let you go 1986
  • Are you receiving me ? 1987
  • I’ll return 1987
  • Say you will 1988
Les enfants de la nuit...

1982...des débuts pour le moins confidentiels. Le potentiel du groupe est évident mais il reste encore un peu de travail, c'est clair...

1983...dès le 2ème titre, le groupe commence déjà à faire parler de lui avec un premier hit à la clé. Certes, le niveau est limité aux Etats-Unis mais c'est déjà ça comme on dit !

1984...le groupe monte en puissance année après année, titre après titre. L'on se doute bien qu'à un moment donné, il va se passer quelque chose de grand...

1985...et LE gros titre, le voilà ! Le groupe obtient ici le plus gros succès de sa carrière sur un titre tout en finesse qui fonctionne ma foi fort bien. Un succès planétaire tout à fait mérité !

1985...la GROSSE année du groupe. Ils livrent ici un deuxième titre de gros calibre qui ne connaîtra pas le même niveau de succès que son prédécesseur mais qui s'en rapproche peu ou prou. Une consécration qui tombe à point nommée !

1986...les années se suivent mais ne se ressemblent pas forcément. L'année 1985 fut exceptionnelle en tous points pour le groupe, l'année 1986 ne va pas pas être aussi favorable malheureusement...

1986...seul ce titre tirera son épingle du jeu en cette année 1986. De surcroît, un 'petit' hit dont le succès se limitera exclusivement à l'Angleterre. La chute va être aussi rapide que l'ascension malheureusement...

1987...l'année 1987 ne changera pas la donne en aucune manière. Le déclin du groupe est trop engagé pour que ce dernier puisse inverser le cours du temps. Dure loi du métier...

1987...ils arrivent tout de même à ressortir la tête de l'eau le temps d'un titre. Ce sera le cas avec celui-ci qui les voit revenir en grâce Outre-Atlantique. Pas sur que cela soit suffisant pour les faire remonter à la surface durablement...

1988...un dernier titre qui vient clôturer une aventure dont ils n'ont pas à rougir et qui leur aura permis d'inscrire leurs noms au Panthéon musical des années 80. Certes, ils ne resteront pas comme l'un des groupes phare de la décennie mais ils auront au moins eu le mérite d'exister !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article