Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Sheila, de son vrai nom Annie Chancel, est une chanteuse française qui peut se vanter d’être référencée aujourd’hui comme la chanteuse ayant eu le plus de tubes entre 1963 et 1982. Elle peut également se vanter d’avoir vendu pas moins de 85 millions de disques à ce jour et d’être une des très rares françaises à avoir été classée dans dans le Billboard américain, rien que ça !

C’est à la fin de l’année 1960 que démarre réellement la carrière de la jeune chanteuse lorsqu’elle joue les apprentis chanteuses pour un groupe de jeunes qui vient de se créer. Une aventure qui tourne court et qui la voit rallier un autre groupe nommé Guitares Brothers, groupe fondé par les frères Desplanches. Groupe qui ne restera dans l’histoire que par la présence de Sheila en son sein.

C’est quand même avec ce groupe qu’elle va se faire remarquer lorsqu’elle auditionne en 1962 à Paris devant les producteurs Jacques Plait et Claude Carrère. 2 producteurs de renom  qui cherchent alors une jeune chanteuse à produire. Audition réussie qui lui permet  de signer dès le lendemain un premier contrat alors qu’elle est encore mineure.

Une année 1962 qui la voit ainsi sortir un premier 45 tours nommé….« Sheila », titre d’un disque qui va devenir également son nom de scène. Titre qui passera malheureusement quelque peu inaperçu.

Ce qui n’est pas le cas du suivant, un 45 Tours nommé « L’école est finie », titre qui sort en 1963 et qui, non seulement va faire un véritable carton dans l’hexagone, mais va également cartonner dans toute l’Europe. La carrière de la jeune chanteuse est bel et bien lancée et de quelle façon !

Sortent dans la foulée « Pendant les vacances », « Première surprise party » et « Le sifflet des copains » qui vont devenir, eux aussi, d’énormes succès.

Succès confirmé mais surtout amplifié l’année suivante en 1964 avec la sortie de titres comme « Hello petite fille », « Chaque instant de chaque jour » mais aussi, et surtout, « Vous les copains, je ne vous oublierai jamais ».

Un succès fulgurant qui la dépasse rapidement tant la cadence des tournées et des enregistrements est épuisante. Âgée seulement de 18 ans, elle est victime d’un syndrome d’épuisement et se voit contrainte d’arrêter la scène pendant 1 an. Le traitement qu’on lui prescrit pour se remettre est à base d’hormones mâles, traitement qui risque de transformer sa voix vers une tonalité nettement plus masculine. La presse à scandales en fait ses choux gras et la rumeur comme quoi la chanteuse serait un homme commence à se diffuser dans tout le pays.

Rumeur que les producteurs de la chanteuse vont sciemment laisser se répandre pour faire parler d’elle durant toute son absence. Malheureusement, cette fausse rumeur poursuivra la chanteuse pendant des années et des années et impactera sa vie privée bien au-delà de ce que les producteurs imaginaient…

Les mêmes producteurs qui profitent au maximum du phénomène « Sheila » en commercialisant des vetements à son nom, des produits de beauté, des poupées à son effigie…

Retour en force à partir de l’année 1965 avec la sortie de plusieurs 45 tours à succès dont « Toujours des beaux jours », « C’est toi que j’aime » amis aussi, et surtout, « Le folklore américain » qui se vend à plus de 500 000 exemplaires. Nouveaux succès un an plus tard en 1966 avec des titres comme « Le cinéma », « L’heure de la sortie » et « Bang-Bang », titre phare de ses premières années et qui reste à ce jour l’un de ses titres parmi les plus emblématiques.

L’incroyable aventure continue en 1967 avec la sortie de nouveaux titres à succès comme « La famille », « Dans une heure » et « Adios amor ». Elle est même élue cette année là star préférée des jeunes par les magazines Elle, Salut Les Copains et Mademoiselle Age Tendre !

L’année 1968 amène son lot de nouveaux succès comme « Quand une fille aime un garçon », « Dalila » mais aussi, et surtout, « Petite fille de français moyen ». Une fin de décennie 60 qui la voit pourtant commencer à décliner, doucement mais surement…

Un léger déclin qui ne dure guère puisqu’on assiste à un retournement total de situation en ce début de décennie 70 lorsqu’elle sort le titre « Les rois mages », un titre qui, comme « L’ecole est finie », va non seulement cartonner en France mais également dans le monde entier !

Un début de décennie 70 où tout lui sourit puisqu’elle rencontre enfin l’amour en 1972 en la personne de Ringo. Duo magique qui réalise un an plus tard en 1973 l’énormissime 45 Tours « Les gondoles à Venise », titre qui va se vendre à plus de 600 000 exemplaires, faisant de ce duo l’un des duos les plus glamours du moment. Le même Ringo avec qui elle se marie la même année, mariage événement dont elle aura comme témoin officiel un certain…Claude François !

Retour en solo en 1974 côté chanson avec d’énormes succès avec « Le couple » et « Ne laisse pas tanguer le bateau ». Puis en 1975, ce sont les titres « C’est le cœur (Les ordres du docteur » » et « Quel tempérament de feu » qui vont devenir d’énormes hits. Une année 1975 exceptionnelle pour la chanteuse puisqu’elle accouche d’un petit garçon prénommé Ludovic, faisant ainsi taire pour de bon les rumeurs sur sa prétendue constitution masculine…

Les tubes se succèdent à une vitesse impressionnante avec en 1976 la sortie de « Patrick mon chéri », « L’amour qui brûlé en moi » et « Un prince en exil ».

Mais une nouvelle fois, les fins de décennie sont plus compliquées à gérer que les débuts pour la chanteuse. Elle ne supporte plus les critiques concernant le fait qu’elle chante trop souvent en playback et décide de quitter la France pour partir s’installer aux Etats-Unis.

Un exil qui va lui réussir puisqu’elle va se mettre à chanter en anglais et s’engouffre dans l’incroyable vague Disco qui est alors au summum  de sa puissance Outre-Atlantique. Elle en profite pour changer totalement de look, s’associe à 3 chanteurs noirs et monte le groupe B. Devotion avec qui elle sort un premier titre « Love me baby » en 1977. Le titre fait un véritable carton dans toute l’Europe et permet à la chanteuse d’effectuer un retour fracassant sur le devant de la scène française de cette fin de décennie 70. Succès largement confirmé avec la sortie la même année du titre « Singin’ in the rain », titre qui lui va carrément s’imposer au niveau planétaire.

En 1978, c’est le titre « You light my fire » qui connait à son tour les faveurs d’un public quasi-planétaire. La même année, le public français plébiscitera le titre « Kennedy airport » avec un peu plus de 400 000 exemplaires vendus.

La toute fin de décennie 70 est passablement contrastée avec des moments douloureux liés à son divorce d’avec Ringo et d’autres moments nettement plus joyeux avec l’incroyable succès du titre « Spacer », énormissime titre Dance réalisé par le tandem magique Edwards/Rogers du groupe Chic. Un titre qui restera incontestablement comme l’un des plus gros hits Dance de cette fin de décennie côté français.

Comme bon nombre de chanteuses issues de la même génération, le passage à la décennie 80 va être malheureusement plus compliqué que prévu à gérer. En effet, même si elle connait un nouveau succès sur le titre « Et ne la ramène pas » en 1981, force est de constater que la chanteuse se ringardise et n’arrive pas à s’adapter aux nouvelles tendances musicales du moment.

Elle continuera à sortir des titres durant la décennie mais la plupart ne connaîtront en rien le succès rencontrés par les titres sortis durant la décennie précédente. Et la chanteuse disparaîtra doucement, mais surement des radars. Et ne reviendra jamais dans la course malheureusement…

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Sheila 1963
  • L’école est finie 1963
  • Première surprise partie 1963
  • Pendant les vacances 1963
  • Le sifflet des copains 1964
  • Hello petite fille 1964
  • Chaque instant de chaque jour 1964
  • Vous les copains je ne vous oublierai jamais 1964
  • Le folklore américain 1965
  • Toujours des beaux jours 1965
  • C’est toi que j’aime 1965
  • Il fait chaud 1965
  • Devant le juke box 1965
  • Le cinéma 1966
  • Bang bang 1966
  • L’heure de la sortie 1966
  • La famille 1967
  • Adios amor 1967
  • Dans une heure 1967
  • Dalila 1967
  • Petite fille de francais moyen 1968
  • La vamp 1968
  • Long sera l’hiver 1968
  • Arlequin 1969
  • Love, maestro, please 1969
  • Oncle Jo 1969
  • Julietta 1970
  • Reviens, je t’aime 1970
  • Les rois mage 1971
  • Samson et Dalila 1972
  • Le mari de Mama 1972
  • Poupée de porcelaine 1972
  • Les gondoles à Venise 1973
  • Adam et Eve 1973
  • Mélancolie 1973
  • Le couple 1974
  • Tu es le soleil 1974
  • Ne fais pas tanguer le bateau 1974
  • C’est le cœur (Les ordres du docteur) 1975
  • Aimer avant de mourir 1975
  • Quel tempérament de feu 1975
  • Un prince en exil 1976
  • Patrick, mon chéri 1976
  • Les femmes 1976
  • L’amour qui brule en moi 1976
  • L’arche de Noe 1977
  • Love me baby 1977
  • Singin’ in the rain 1977
  • You light my fire 1978
  • Kennedy airport 1978
  • Seven lonely days 1979
  • Spacer 1979
  • Pilote sur les ondes 1980
  • Little darlin’ 1981
  • Et ne la ramène pas 1981
  • La tendresse d'un homme 1982
  • Runner 1982
  • Glori, Gloria 1982
  • Tangue au 1983
  • Jeanie 1983
  • Plus de problème 1984
  • Film à l'envers 1984
  • Je suis comme toi 1985
  • Chanteur de funky 1985
  • Comme aujourd'hui 1987
  • C'est ma vie 1987
  • Pour te retrouver 1988
  • Fragile 1988
  • Partir 1989
  • Le tam-tam du vent 1989
  • On s'dit plus rien 1992
  • Dense 1999
  • Confidences 1999
  • Vivre mieux 2002
  • Toutes ces vies 2002
Vous, les copains, je ne vous oublierai jamais...

1963...à l'origine du commencement de la genèse d'une des plus belles carrières musicales de cette fin de XXième siècle. La saga Sheila est désormais en marche et ça va durer un sacré paquet d'années...

1963...LE titre de la révélation ! C'est ce titre qui va tout changer, révéler de façon fracassante la jeune Annie et lancer sa carrière pour de bon. E-NOR- MI-SSIME !

1963...en seulement 1 année la jeune chanteuse sera devenue l'un des plus gros phénomènes du moment. Désormais, chaque titre qui sort se transforme immédiatement en or massif !

1963...des mélodies taillées sur mesure, un look top tendance, bref, la recette parfaite pour un succès garanti ! Et du succès, il va y en avoir. A profusion !

1964...la dynamique du succès est désormais bien en place et il ne reste plus à la jeune Annie qu'a dérouler. Et pour dérouler, ça va dérouler. Pendant près de 20 ans !

1964...chaque titre est inspiré et c'est ça qui fait toute la différence sur la concurrence. Parfaitement dans l'air du temps, elle fait mouche à chaque fois désormais !

1964...elle passe encore un palier dans son ascension irrésistible vers les plus hauts sommets avec CE titre ! Un titre qui restera incontestablement comme l'un de ses plus emblématiques. MA-GIS-TRAL !

1965...la voici arrivée en mode country. Et même dans ce registre si particulier, elle cartonne. Il n'y a pas à dire, un véritable phénomène !

1965...même si ce titre là fera moins bien que son prédécesseur, elle ne sort pas du Top10 côté hit parade. Aucune inquiétude à avoir pour la suite des évènements...

1965...quel que soit le domaine qu'elle explore musicalement parlant, tout fonctionne. Que ce soit dans les rythmes rapides ou plus doux comme sur ce titre, ça marche à tous les coups !

1965...une GROSSE année 1965 avec pléthore de titres et bien sur de la qualité à tous les étages. Mais avec elle, la qualité, c'est l'ingrédient de base de chacun de ses titres !

1965...la voici en mode duo de choc, mais surtout de charme, pour reprendre ce titre de Gene Pitney datant de 1962. Une version revisitée qui fonctionne ma foi fort bien !

1966...les années ont beau changer, la dynamique du succès incroyable dont elle bénéficie ne faiblit pas d'un Iota. Et c'est parti pour durer comme ça encore un paquet d'années...

1966...ellle reprend ici le titre de Cher sorti la même année et le moins que l'on puisse dire, c'est que la copie vaut presque l'original !

1966...toujours aussi léger, toujours aussi enjoué. Encore un titre qui restera parmi ses plus emblématiques et qui conforte, s'il le fallait encore, sa place incontestable de phénomène du moment

1967...même si l'on sent poindre comme un très léger début de ralentissement, la jeune Annie continue de dérouler de façon pour le moins impressionnante. Personne à ce stade n'est capable de rivaliser avec elle, c'est clair !

1967...le nombre de titres sortis chaque année continue d'être pléthorique. C'est au minimum 5 à 6 titres par an avec à la clé au minimum 3 titres majeurs. Proprement stupéfiant !

1967...elle est capable d'explorer tous les domaines, du plus léger au plus grave. Une palette de possibilités qui écrase littéralement la concurrence et qui ne lui laisse que quelques miettes...

1967...dans la série des reprises de luxe, voici venir celle du titre phare de Tom Jones datant de la même année. Du bon boulot, tout simplement !

1968...on repart dans le léger et l'aérien, un domaine où son efficacité musicale est redoutable. Voici venir une chanson populaire faite par une chanteuse populaire pour une France populaire. Que demander de plus !

1968...il est clair que personne ne sera en mesure de la contrer durant cette décennie 60. La concurrence n'a qu'à ronger son frein en attendant des jours meilleurs...

1968...la belle aventure continue. Certes, le niveau de production de titres commence à ralentir mais cela n'affecte en rien le niveau qualitatif global...

1969....une décennie 60 qui l'aura vu éclore pluis littéralement exploser et tout fracasser sur son passage. A ce stade, l'on imagine que la décennie 70 devrait ressembler peu ou prou à la précédente...

1969...il va tout de même falloir penser à évoluer en suivant de près les dernières tendances musicales du moment. Rien d'inquiétant pour l'instant mais la vigilance s'impose...

1969...on finit la décennie 60 dans la joie et l'allégresse. Une décennie 60 qui aura consacré la jeune Annie comme l'une des chanteuses majeures du moment. Mais également à venir...

1970...qui dit nouvelle décennie, dit nouvelles opportunités et surtout nouvelles possibilités. Bon, pour l'instant, on repart sur les mêmes bases que durant la décennie précédente. Attention à bien penser à évoluer...

1970...force est de constater qu'elle n'a pas l'intention de changer quoi que ce soit pour l'instant. Attention à ne pas trop faire dans la facilité...

1971...puis arrive CE titre ! Un titre providentiel, en vérité une reprise de luxe du titre "Tweedle dee, tweedle dum" des Middle of the Road datant de la même année, qui va faire un carton pénoménal dans l'hexagone et positionner idéalement la chanteuse pour la suite des évènements...

1972...un groupe Middle of the Road qui l'inspire au plus haut point puisqu'elle reprend ici une nouvelle fois l'un de leurs titres à savoir "Samson & Delilah". Et comme précedemment, ça fonctionne du feu de dieu !

1972...une année 1972 qui la voit au top de sa forme. Tous les titres qui sortent cette année là vont quasiment se transformer instantanément en or massif !

1972...une année 1972 qui se finit en apothéose avec ce titre. La chanteuse a parfaitement négocié le virage des années 70 et ne compte surement pas céder une once de succès à la concurrence...

1973...un couple qui restera surement comme l'un des plus glamours de la décennie. Elle reignait déjà haut la main sur le paysage musical français et elle assoit encore plus sa domination en y rajoutant un amoureux transit. E-NOR-MI-SSIME !

1973...à 2, c'est forcément mieux ! La chanteuse est au top de sa forme, de sa carrière et de sa vie personnelle. Que demander de plus !

1973...la production de titres n'a plus rien à voir avec celle des années 60 mais il est clair que le niveau qualitatif, lui, est contant. C'est l'essentiel comme on dit !

1974...la décennie 60 aura été la décennie des chansons légères et enjouées. Force est de constater que la décennie 70 n'en prend pas vraiment le même chemin...

1974...on sent bien que tout ce qui touche à l'émotionnel et aux relations amoureuses, voire passionnées, obsèdent la chanteuse autant qu'elles l'inspirent. Atttention à ne pas s'y noyer...

1974...et ça continue dans le même registre. Une année 1974 placée décidément sous le signe des interrogations existentielles et surtout amoureuses...

1975...un changement d'année qui n'amène pas beaucoup de nouveauté côté thème abordé mais qui permet au moins au tempo de s'emballer quelque peu. Le tout grâce à cette excellente version revisitée du titre de Carol douglas "Doctor's orders" datant de la même année

1975...d'un extrême à un autre. Après le titre qui met le feu au Dancefloor, on passe directement en mode Intimiste avec un titre sombre mais particulièrement envoutant version gros calibre. Sacrè transition !

1975...et on refait le chemin en sens inverse. La voilà qui remet le feu au Dancefloor sans qu'on ait eu le temps de reprendre nos esprits...

1976...on repart dans un registre déjà un plus léger et nettement plus festif. Après un début et un milieu de décennie 70 où elle s'est cherchée de façon évidente, l'on sent bien comme un début de relachement...

1976...nouvelle reprise de luxe avec cette version revisitée du titre de Kiki & Pearly datant de la même année. Rien d'extraordinaire mais le titre se suffit à lui-même...

1976...une Sheila décompléxée au top de sa forme et qui fait plaisir à voir. Tout déroule tranquillement avec une facilité déconcertante. Espérons que ça dure...

1976...une jolie ballade qui flotte littéralement dans l'air et qui ne demande qu'à faire du bien à nos oreilles. Et bien c'est pari gagné !

1977...on continue dans la reprise de luxe ave cette fois une version revisitée du titre de Gianni Morandi "Sei forte papa" datant de la même année. Sympathique, certes mais il est plus que temps de regarder ce qui se passe Outre-Atlantique et surtout les nouvelles tendances musicales qui s'y dessinent...

1977...la métamorphose ! Ca, pour s'adapter, la chanteuse s'est adaptée ! Et le résultat est pour le moins stupéfiant. Tout bon comme on dit !

1977...la nouvelle Sheila n'a plus rien à voir avec celle de l'année précédente et surtout de la décennie précédente. Une métamorphose salutaire et qui devenait complètement indispensable pour pouvoir survivre en cette fin de décennie 70...

1978...une orientation Disco qui porte ses fruits titre après titre même si celui-ci ne sera pas forcément son plus gros succès dans ce domaine...

1978...ce qui ne l'empêche pas d'alterner morceau en anglais et morceau en français, histoire de faire plaisir à ses fans de base. Tout en gardant une ryhtmique top tendance, chose indispensable !

1979...une fin de décennie 70 qui rime toujours autant avec le mot Dance et qui la voit se maintenir à un niveau qualitatif plus que certain...

1979...puis arrive CE titre ! Elle signe ici tout simplement le plus gros hit Dance de toute sa carrière et atteint par la même occasion un niveau de notoriété planétaire qu'elle n'aurait jamais cru atteindre. MA-GIS-TRAL !

1980...on a l'impression d'être revenu 5 ans en arrière. Entre la Sheila de l'année 1979 et la Sheila de l'année 1980, il y a comme un chaînon manquant. Mais que s'est-il bien passé...

1981...la voici de retour en langue anglaise et comme par hasard, le niveau de succès remonte en flèche. Même si son accent en anglais a toujours laissé à désirer, elle ne se débrouille pas si mal que ça au final...

1981...la décennie 60 aura eu son lot de reprises, tout comme la décennie 70. Il n'y a pas de raison que ce ne soit pas le cas durant la décennie 80 : cette fois-ci, elle reprend le titre de Joe Dolce "Shaddap your face" datant de la même année. Et comme pour les autres reprises, ça marche !

1982...la suite va s'avérer un peu plus compliquée à gérer que prévue. La concurrence ne fais plus aucun cadeau et la chanteuse fait désormais partie du passé pour les jeunes générations. Attention danger...

1982...retour furtif en langue anglaise pour essayer de sauver ce qui peut encore l'être. Malheureusement, cela ne suffira pas pour remettre la chanteuse à flot durablement...

1982...on aurait pu espérer qu'avec cette reprise du titre phare d'Umberto Tozzi "Gloria" datant de 1979, le vent tourne enfin et ramène la chanteuse sur le devant de la scène. Le succès du single ne sera pas suffisant pour produire le miracle tant attendu...

1983...ce qu'elle continue de proposer tient largement la route mais elle doit faire face à une concurrence de petites jeunettes qui ont pour la plupart 20 ans de moins qu'elle. Impossible de lutter à armes égales dans ces conditions...

1983...elle continue d'y croire en tout cas. Elle fait tout pour coller aux dernières tendances du moment et sa bonne volonté fait plaisir à voir. Mais quand ça ne veut plus, ça ne veut plus...

1984...la 2ème partie de décennie 80 va la voir disparaitre progressivement des radars. Le fossé qui la sépare de la concurrence s'aggrandit année après année malheureusement...

1984...près de 20 ans après ses débuts, force est de constater que la chanteuse fait désormais plus de la figuration qu'autre chose. Dure loi du métier...

1985...sonorité tendance, style tendance, tout est là pour que ce titre fonctionne. Et pourtant, rien n'y fera...

1985...elle s'accroche et résiste contre vents et marée et on ne peut que saluer cette volonté de ne rien lacher. Respect comme on dit !

1987...cette version fort sympathique du titre des Ronettes "Be my baby" datant de 1964 fonctionne ma foi fort bien. Certes, un peu désuet mais on s'en contera largement !

1987...une nostalgie des années 60 et 70 qui transpire quasiment dans chaque titre produit durant les années 80. On ne la refera pas !

1988...une traversée des années 80 des plus honorables et qui montre surtout qu'une chanteuse de son gabarit n'est jamais finie. La preuve une nouvelle fois avec ce titre qui tient largement la route !

1988...elle aura traversé la décennie 60, puis la décennie 70 et la voilà qui termine tranquillement la décennie 80 sans chichi ni chacha. Une longévité pour le moins exceptionnelle et qu'elle ne doit qu'à une chose : son talent !

1989...une toute fin de décennie qui rime avec finesse et légèreté. C'est donc une Sheila apaisée qui finit sa 3ème décennie de carrière de la meilleure des manières...

1989...elle y aura cru jusqu'au bout. Et même s'il y a longtemps qu'elle ne tutoie plus les étoiles, elle n'aura jamais été ridicule durant cette décennie 80. Ce qui n'aura pas forcément été le cas d'autres chanteuses issues de sa génération...

1992...elle tentera même le passage aux années 90. Un passage à hauts risques et qui malheureusement ne donnera rien...

1999...si, si, c'est bien la même qui chantait "L'école est finie" il y a 35 ans. Elle aura traversé toutes les époques, les styles, les sonorités et les modes pendant près de 40 ans sans jamais être réellement démodée. Pas beau ça !

1999...aucune chanteuse issue de sa génération n'aura autant essayé de s'adapter et d'évoluer au fil des années et surtout des décennies. Et comme toujours, sans jamais tombé dans le ridicule !

2002...près de 40 ans après le début d'une aventure qui se sera révélée absolument extraordinaire, la chanteuse nous livre ici un titre Intimiste de grande classe en forme en forme de bilan de vie. Un bilan pour le moins incroyable coté carrière. Malheureusement, côté vie privée, le destin n'aura pas épargné la chanteuse avec la disparition en 2017 de son fils Ludovic dans les conditions que l'on connait...

2002...un début de décennie 2000 qui la voit en pleine introspection. On sent qu'il est temps pour elle de faire le bilan de sa vie et surtout de le mettre par écrit. Avec les bons moments, comme les moins bons. Quoi qu'il en soit, on ne retiendra qu'une chose : quelle carrière !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article