Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Neil Diamond est un compositeur-interprète américain qui peut se vanter d’avoir vendu à ce jour pas moins de 100 millions de disques à travers le monde et d’avoir placé pas moins de 38 titres dans le Top10 du Billboard Adult Comtemporary, rien que ça !

Artiste qui commence réellement sa carrière artistique à l’âge de 21 ans au sein d’un duo nommé Neil & Jack, duo qu’il a monté avec son ami d’école Jack Packer. Duo qui enregistre en 1962 deux singles qui passeront malheureusement totalement inaperçus…

C’est la signature avec le label Columbia Records un an plus tard en 1963 qui va lui permettre de faire enfin parler de lui grâce à la sortie de son premier single solo « At night. Single encensé par la critique même s’il ne sera pas classé. Un échec qui lui vaudra tout de même d’être remercié purement et simplement par le label…

Ce qui ne l’empêche pas de rebondir 3 ans plus tard grâce au label Bang, label qui lui permet de sortir plusieurs singles de gros calibre au cours de l’année 1966 tels que « Solitary man », « I got the feelin’ (Oh no no) » mais aussi, et surtout, « Cherry Cherry ». Trois singles qui le projettent de façon fracassante sur le devant de la scène et qui seront extraits de son premier album « The feel of Neil Diamond », album qui sort la même année.

Il va lui falloir attendre 3 années supplémentaires pour atteindre en 1969 un début de reconnaissance planétaire grâce au single « Sweet Caroline » et dans une moindre mesure « Holly Holy », deux titres extraits de l’album « Touching you, touching me ».

Un niveau de succès qui s’accroit encore un peu plus l’année suivante avec la sortie en 1970 de l’album « Tap roop manuscript », album qui offre au chanteur son premier méga hit planétaire avec le titre « Cracklin’ Rosie ». Un premier méga hit qui en appelle un autre l’année suivante en 1971 avec « I am…I said », titre extrait de l’album « Stones » qui sort également en 1971.

Nouveau méga hit en 1972 avec « Song sung blue », titre librement inspiré du second mouvement du concerto pour piano N°21 de Mozart. Titre extrait de l’album « Moods » qui connaitra lui aussi un joli parcours dans les Charts.

En 1973, le chanteur s’illustre grâce à la BO du film Jonathan Livingston Seagull, BO qu’il signe et qui lui permet d’obtenir un Grammy Award de la meilleure BO de l’année. Par contre, tous les singles qu’il sortira en dehors de la BO cette année là ne connaitront, quant à eux, qu’un succès somme toute limité.

Retour en force en 1974 avec l’album « Serenade », album qui va produire le single phare « Longfellow serenade » et dans une moindre mesure « I’ve been this way before ».

Nouveau succès notoire deux ans plus tard en 1976 avec la sortie de l’album « Beautfilul noise », album dont les principaux succès seront le titre du même non mais aussi, et surtout « If you know what I mean », titre qui offre au chanteur un nouveau succès de classe planétaire.

Un succès notoire qui ne se dément pas l’année suivante quand sort l’album « I’m glad you’re here with me tonight » en 1977, album qui apporte une nouvelle étoile à son palmarès avec l’énormissime « Desiree ».

Une fin de décennie 70 sur les chapeaux de roue qui le voit se maintenir avec une facilité évidente dans le peloton de tête notamment grâce au titre « You don’t bring me flowers », titre extrait de l’album du même nom qui sort un plus tard en 1978. Titre qu’il partage avec Barbra Streisand et qui va faire un véritable carton cette année là.

L’année 1979 apportera 2 nouvelles étoiles au palmarès du chanteur avec les titres « Forever in blue jeans » et « September morn », tous deux extraits de l’album « September morn ». Une année 1979 qui n’apportera pas que de bonnes nouvelles puisque le chanteur s’effondre sur scène à St-Francisco, malaise qui est en vérité la conséquence d’une tumeur à la colonne vertébrale et qui nécessitera 12 h d’intervention chirurgicale à haut risque afin de l’enlever.

Ce qui ne l’empêche pas de revenir en 1980 de façon fracassante sur le devant de la scène grâce sa BO du remake du film The Jazz Singer, BO qui produit deux titres phares que sont «  « Love on the rocks » en 1980 et « Hello again » qui sortira quant à lui un an plus tard en 1981.

Un démarrage de décennie 80 plutôt réussi avec en 1982 un nouveau succès notoire grâce au titre « Heartlight », single extrait de l’album du même nom qui sort lui aussi en 1982.

Malheureusement les choses vont sérieusement se gâter dans les années qui vont suivre avec la sortie de plusieurs albums qui peineront sérieusement à produire un quelconque hit de classe planétaire. Que ce soit « Primitive » en 1984, « headed for the future » en 1986 ou « The best years of our lives » en 1988.

Paradoxalement, c’est une reprise d’un de ses titres datant de 1967 qui va faire le buzz en fin de décennie 80 et pas des moindres : en effet, la version revisitée de son titre « Red red wine » par les UB40 en 1987 va faire un véritable carton cette année-là et faire littéralement exploser la notoriété du groupe à l’international.

Il continuera à exister durant les décennies suivantes mais autant les album sortis connaitront un certain succès tout autour de la planète, autant les singles qui en seront extraits seront incapables d’exister en dehors des frontières Nord Américaines….

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Solitary man 1966
  • Chery Chery 1966
  • Girl, you’ll be a woman soon 1967
  • Red red wine 1968
  • Holly holly 1969
  • Sweet Caroline 1969
  • Shilo 1970
  • Soolaimon 1970
  • Cracklin’ Rosie 1970
  • He ain't heavy, he's my brother 1970
  • Do it 1970
  • I am…I said 1971
  • I'm a believer 1971
  • Stones 1971
  • Song song blue 1972
  • Play me 1972
  • The long way home 1973
  • Be 1973
  • Longfellow serenade 1974
  • I've been this way before 1975
  • If you know what I mean 1976
  • Beautiful noise 1976
  • Desiree 1977
  • You don’t bring me flowers 1978
  • Forever in blue jeans 1979
  • September morn 1979
  • Love on the rocks 1980
  • Hello again 1981
  • America 1981
  • Yesterday's songs 1981
  • On the way to the sky 1982
  • Heartlight 1982
  • I’am alive 1983
  • Front page story 1983
  • Turn around 1984
  • Sleep with me tonight 1984
  • Headed for the future 1986
  • The story of my life 1986
  • I dreamed a dream 1987
  • This time 1987
  • Baby can I hold you 1989
  • If there were no dreams 1991
  • Don't turn around 1991
  • Hooked on the memory of you 1992
  • Will you love me tomorrow 1993
  • Marry me 1996
  • You are the bast part of me 2001
  • Delirious love 2006
  • Pretty amazing grace 2008
Douce Caroline...

1966...après plusieurs essais restés sans lendemain, le jeune chanteur obtient enfin un premier titre classé. Le début officiel d'une carrière qui va se révéler pour le moins exceptionnelle...

1966...une année 1966 qui le voit littéralement exploser et devenir l'un des gros phénomènes du moment. Certes, le succès est limité à quelques pays mais c'est déjà ça !

1967...il ne sait pas encore à cette époque là que ce titre restera incontestablement comme l'un de ses plus connus. Et paradoxalement, il ne connaitra qu'un succès somme toute limité...

1968...idem pour ce titre. Peu de gens fans de UB40 se doutraient une seule seconde que l'un des plus gros tubes du groupe est en vérité une chanson datant de 1968. Et pourtant...

1983...vous avez écouté l'original, voici maintenant ce que les UB40 en ont fait. Et chose incroyable, ,la copie va largement dépasser l'original en termes de renommée planétaire. Incroyable non !

1969...LE titre du grand décollage ! Le niveau de succès est sacrément monté d'un cran pour devenir planétaire. Fini de jouer avec les amateurs, bienvenue chez les Grands !

1969...une fin de décennie 60 qui le voit quasiment marcher sur l'eau. Nouveau succès notoire avec ce titre et surtout début de consécration !

1970...la décennie 60 l'aura vu naître et grandir, la décennie 70 va le voir exploser. Pas sur ce titre là mais sur l'un des suivants...

1970...ce ne sera pas non plus celui-ci. Mais l'on s'en rapproche doucement mais surement. Il se pourrait que ce soit le prochain...

1970...LE titre qui va faire littéralement exploser sa notoriété ! Il signe ici le plus gros succès de sa carrière et s'offre un ticket direct pour la postérité par la même occasion. MA-GIS-TRAL !

1970...une année 1970 exceptionnelle en tous points pour l'artiste. Que ce soit dans le registre Folk ou dans le registre Intimiste comme sur ce titre là, tout fonctionne parfaitement. Quand ça veut, ça veut !

1970...une année 1970 qui n'en finit pas. L'inspiration du chanteur est en pleine ébullition et produit titre de gros calibre sur titre de gros calibre. Que demander de plus !

1971...les années se suivent et se ressemblent ! Il obtient ici un nouveau méga hit planétaire qui vient renforcer encore un peu plus son statut de véritable phénomène planétaire du moment !

1971...l'année 1970 fut pléthorique en termes de titres, 1971 va s'en rapprocher peu ou prou. Son inspiration se renouvelle en permanence et lui permet de produire titre sur titre à une vitesse pour le moins impressionnante...

1971...un savoir faire dans l'Intimiste plus qu'évident. Ses ballades sont de haut niveau et permettent à son talent de s'exprimer de la meilleure des manières !

1972...son deuxième plus gros succès et surement son plus emblématique ! Il livre ici l'un des titres parmis les plus marquants de la décennie et se voit consacrer de façon définitive comme l'un des meilleurs artistes de sa génération. E-NOR-MI-SSIME !

1972...encore une jolie ballade dont il a le secret. Il excelle vraiment dans ce domaine et n'a rien à envier à la concurrence, c'est clair...

1973...les années se suivent mais ne se ressemblent pas cette fois-ci. Après 2 années euphoriques, le niveau de succès va chuter quelque peu et ramener le chanteur au niveau du commun des mortels. Dure loi du métier...

1973...il signe ici une BO absolument somptueuse pour le film 'Jonathan Livingston Seagull'. Un titre qui flotte littéralement dans l'air et qui lui permet de donner le meilleur de lui-même. MA-GI-QUE !

1974...les affaires reprennent en cette nouvelle 1974 et prouvent surtout que le chanteur en a encore sous la pédale. Pas d'inquiétudes donc à avoir pour l'instant...

1975...encore un titre Intimiste de toute beauté mais qui, paradoxalement, ne connaitra qu'un niveau de succès somme toute limité. Des fois il ne faut pas chercher à comprendre...

1976...ce titre là connaitra un destin bien différend de son prédecesseur avec un niveau de succès sans comparaison. Et pourtant ils jouent tous les 2 dans la même catégorie, c'est à dire 'à émotions'...

1976...on passe d'un extrême à un autre. Le voici désormais en mode folko-country, une transition pour le moins féroce. Mais cette sonorité si spécifique est aussi sa marque de Fabrique, pas étonnant donc qu'il y revienne à un moment où à un autre...

1977...nouveau méga hit qui lui permet de rester au contact des meilleurs. Les hauts et les bas se succèdent mais la qualité globale reste de haut niveau et c'est surtout ça l'essentiel...

1978...duo de choc mais surtout de charme qui permet à 2 artistes parmi les plus influents du moment de donner le meilleur d'eux-mêmes. Comme un air de magie qui flotte dans l'air...

1979...alors que la vague Disco est en train de submerger la planète, lui reste arc-bouté sur son style immuable. A tort ou à raison, seul l'avenir le dira...

1979...l'avantage de l'Intimiste, c'est qu'il est intemporel. Il n'y a pas réellement de phénomène de mode le concernant et n'importe quel artiste peut toujours espérer décrocher la timballe dans ce domaine et ce quel que soit son positionnement au niveau carrière. La preuve avec ce titre...

1980...un passage à la décennie 80 qui se fait dans les meilleures conditions avec un nouveau méga hit à la clé. Et une nouvelle fois dans le domaine Intimiste, un domaine qui lui réussit tout particulièrement

1981...les BO lui réussissent également tout particulièrement puisque ce titre là, tout comme son prédécesseur, sont issus en verité de la BO du film "The Jazz singer", film qui sortira la même année

1981...et 1, et 2, et 3 titres rien que pour la même BO. Cette fois-ci, le chanteur livre un titre nettement plus rythmé et surtout, fait nouveau, qui commence enfin à coller aux dernières tendances du moment. Il était temps...

1981...machine arrière toute sur ce titre et retour dans un style et une sonorité qu'on pensait ne plus voir le concernant durant cette décennie. Attention danger comme on dit...

1982...un titre complètement en dehors du temps et surtout des standards du moment. Il continue à n'en faire qu'à sa tête et fait fi du qu'en dira-t-on. Et ma foi, sur ce titre là, il aurait plutôt raison...

1982...côté bonne nouvelle, ce titre là va offrir au chanteur un nouveau succès planétaire d'envergure. Côté mauvaise nouvelle, ce sera le dernier malheureusement...

1983...il essaye de recoller au peloton par tous les moyens mais la concurrence a déjà pris plusieurs longueurs d'avance. Un retard qu'il n'arrivera plus jamais à combler...

1983...le succès se limitera désormais exclusivement aux Etats-Unis. Un peu plus de 20 ans après ses débuts, sa carrière est en train de prendre une tournure que tout artiste redoute à un moment où à un autre...

1984...pourtant il est loin de démériter mais face à des p'tits jeunots qui ont 20 ans de moins, difficile de lutter à armes égales...

1984...une décennie 80 qui le voit se cantonner quasi-exclusivement au registre Intimiste. La qualité est là mais un peu de diversité musicale ne nuirait pas, bien au contraire...

1986...le message semble être passé puisque le voici soudainement en mode Dance. Il était impératif qu'il passe par cette étape là pour espérer se maintenir un tant soit peu à flot...

1986...une parenthèse Dance aussitot refermée pour revenir direct en mode Intimiste. Un jusque boutisme relativement contre productif vu le peu de succès atteint par ce titre...

1987...quand Neil chante du Claude-Michel Schönberg ! Un titre présent dans la comédie musicale 'Les misérables' et qu'il remet au gout du jour en version anglaise. La copie ne vaudra pas l'original mais elle tient largement la route !

Top Bonus : la version originale du titre datant de 1980. Une comédie musicale passée quelque peu inaperçue en France alors qu'elle avait tout pour figurer parmi les meilleures. Par contre, à l'international, son destin va être bien différent et surtout nettement plus favorable !

1987...encore un joli titre qui flotte littéralement dans l'air, un de plus. Malheureusement, le décalage avec la concurrence est devenu tellement important que le chanteur fait plus de la figuration désormais qu'autre chose...

1989...cette version revisitée du titre de Tracy Chapman datant de l'année précédente est loin d'être ridicule, c'est clair. Rien d'exceptionnel mais du bon boulot, tout simplement...

1991...il va tenter le passage à la décennie 90 mais le pari est très risqué et surtout perdu d'avance. Trop de décalage désormais avec la concurrence...

1991...cette fois-ci il reprend du Tina Turner datant de 1986. Mais ce n'est pas cette version revisitée qui restera la plus célèbre mais celle d'Aswad sortie quant à elle en 1988...

1992...nouveau duo de choc et de charme cette fois-ci avec Kim Carnes. Certes, les 2 artistes sont un peu en bout de course mais leur talent respectif suffit à sublimer ce titre et c'est ça l'essentiel !

1993...désormais il en est réduit à reprendre les titres des autres. Et ma foi, force est de constater que ces reprises tiennent la route. Cette fois-ci, il reprend un titre des Shirelles datant de 1960 et le moins que l'on puisse dire, c'est que sa version dépoussière sacrément l'original...

1996...soit il la joue reprise de luxe, soit il la joue duo de choc et de charme. Sur ce coup là, ce sera la deuxième possibilité qu'il aura choisi. Le tout accompagné de la chanteuse country Buffy Lawson. Un duo sympathique mais qui n'empechera pas ce titre de passer totalement sous les radars...

2001...le voilà qui entame sa cinquième décennie avec une volonté d'y croire encore qui force le respect. Il n'y a plus que lui pour y croire mais ça, c'est autre chose...

2006...une aventure qui n'en finit pas et ce malgré une traversée du désert de plus en plus évidente. La décennie 2000 aura été celle de trop mais il est le seul à ne pas s'en apercevoir...

2008...une aventure qui prend presque fin avec ce titre. Tout ce qui sortira par la suite relevera plus de l'anecdotique qu'autre chose. Mais quoi qu'il en soit, quelle carrière !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article