Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

The Rolling Stones est un groupe anglais formé à Londres en 1962 et composé à l’origine de Brian Jones, Mick Jagger, Keith Richards, Bill Wyman, Charlie Watts et Ian Stewart. Groupe qui peut se vanter d’avoir vendu aux alentours de 200 millions de disques à ce jour, rien que ça !

L’histoire commence quand Richards et Jagger, deux copains d’enfance monte un premier groupe nommé The Blue Boys en 1961. Avant de rencontrer un an plus tard en 1962 Jones, Stewart et Watts, membres d’un autre groupe nommé Blues Incorporated.

Une rencontre providentielle qui voit la formation quelques mois plus tard d’une nouvelle formation baptisée The Rollin’s Stones, formation qui sera rejoint rapidement par 2 autres protagonistes que sont Wyman et Watts.

C’est le label Decca Records qui s’intéressent en premier à eux, le même label qui a refusé de signer un autre groupe nommé…The Beatles ! Label qui leur permet de sortir un premier titre en 1963 « Come on », en vérité une reprise d’un titre de Chuck Berry. Un premier titre pour le moins réussi puisqu’il leur offre leur premier titre classé. Suivi de peu de « I wanna be your man », un titre offert en cadeau par un duo nommé…Lennon et McCartney !

Mais le véritable décollage a lieu l’année suivante en 1964 avec la sortie du titre « Not fade away », une nouvelle reprise de luxe cette fois-ci d’un titre de Buddy Holly. Le titre leur offre leur premier succès planétaire et lance pour de bon leur carrière.La même année sort leur premier album, album qui porte le nom du groupe et qui connait à son tour un succès de classe mondiale.

Une année 1964 qui va s’avérer exceptionnelle en tous points puisqu’ils obtiennent 5 nouveaux succès de très gros calibre avec les titres « Telle me », « It’s all over now » , « Time is on my side », « Little red rooster » et « Heart of stone » ! La même année sort un deuxième album nommé « 12X5 », album qui ne connaîtra pas vraiment le même niveau de succès que son prédécesseur et qui ne produira en 1965 qu’un petit hit mineur avec le titre « Under the boardwalk », une nouvelle reprise cette fois du titre des Drifters datant de l’année précédente.

Nouvel album « The Rolling Stones N°2 » en 1965, album qui voit le groupe revenir sur le devant de la scène sans pour autant produire de hit notoire. Ce qui n’est pas le cas de l’album suivant, « Out of our heads » qui sort lui aussi en 1965. Album événement du groupe, il va produire l’énormissime single « (I cant get no) Satisfaction », titre qui va tout fracasser sur son passage au niveau planétaire et propulser le groupe à un niveau de notoriété qu’il n’aurait jamais imaginé auparavant.

Une année 1965 qui voit la sortie d’un autre album « December’s children ( And everybody’s) », album au succès moyen mais qui va produire à son tour un autre énormissime single avec le titre « Get off of my cloud », permettant ainsi au groupe de de venir l’un des plus gros phénomènes musicaux du moment.

Nouvel album « Aftermath » un an plus tard en 1966, album qui confirme la montée en puissance incroyable du groupe avec la sortie d’un nouveau titre de très gros calibre qu’est « Paint it black » et dans une moindre mesure « Mother’s little helper ». Année qui voit également la sortie d’une première compilation nommée « Big hits ( Hide tide and green grass) », compilation dont seront extraits 2 énormes inédits que sont « 19th nervous breakdown » et « Have you seen your mother, baby, standing in the shadow ? ».

A raison d’un album par an, c’est au tour de « Between the buttons » de sortir en 1967, album au succès moindre que ses prédécesseurs, tout comme le single « Let’s spend the night together » qui en est le premier extrait. Seul le single suivant, « Ruby Tuesday », connaîtra son heure de gloire notamment auprès du public américain.

Une réussite éclatante quelque peu ternie au début de l’année 1967 lorsque Jagger, Richards et Jones font l’objet d’un reportage télé relatant leur consommation ‘récréative’ de drogue, reportage qui va alerter les autorités anglaises concernées. Autorités qui vont les mettre ‘sous surveillance renforcée’ du coup. Avec à la clé l’arrestation de Jones en milieu d’année pour possession de cannabis et l’incarcération de Jagger et Richards le temps d’une journée pour consommation de stupéfiants.

Ce qui ne les empêche pas continuer à produire des titres en parallèle avec en point d’orgue la sortie du titre « We love you » durant l’été 67 et la sortie d’un nouvel album « Their satanic majesties request » en fin d’année. Album démoli par la critique mais qui produira tout de même le single phare sera « She’s a rainbow ».

Les affaires reprennent en 1968 avec la sortie de l’album « Beggars banquet » et surtout du single « Jumpin’ Jack flash », énormissime single qui rajoute une étoile supplémentaire à un palmarès de plus en plus fourni.

Un album qui se fait quasiment sans la participation de Jones, lequel sombre dans la drogue et sera retrouvé mort en court d’année 1969 flottant dans la piscine de sa résidence personnelle d’Hartfield.

Le groupe arrive tout de même à sortir un nouvel album « Let it bleed » fin 69, album au succès notoire mais qui paradoxalement ne produira aucun hit digne de ce nom, hormis le titre « Gimme shelter » qui sera le seul titre à tirer son épingle du jeu. Un autre single « Honkey tonk women » connaîtra son heure de gloire cette année là, single extrait de leur nouvelle compilation « Through the past, darkly (Big hits, Vol.2) ».

La décennie suivante démarre sur les chapeaux de roue avec la sortie en 1971 de l’album « Sticky fingers », album qui voit le groupe atteindre des niveaux de vente record notamment grâce à l’énormissime single « Brown sugar ». Un album dont la pochette est réalisée par Andy Warhol. Une pochette qui fait polémique puisqu’on y voit la taille et les jambes d’un hommes portant un jean serré, jean dont la braguette est amovible. Laquelle, lorsque elle est descendue, laisse apparaître les sous-vêtements de l’homme…

C’est également le premier album qui voit apparaître leur fameux logo rouge représentant une bouche ouverte dont sort une langue démesurée, logo dessiné par John Pasche à l’initiative de Jagger. Un logo inspiré en vérité de la déesse indoue Kali…

Nouvel album « Exile on Main St. » en 1972, album qui confirme une nouvelle fois la suprématie du groupe au niveau planétaire mais qui ne produira qu’un seul single de classe planétaire avec le titre « Tumbling dice ».

Une suprématie planétaire qui devient insolente l’année suivante lorsque sort en 1973 l’album « Goats head soup », album qui va produire ce qui restera incontestablement comme de leurs plus gros titre à savoir l’énormissime « Angie ». Et dans une moindre mesure « Doo doo doo doo doo (Heartbraker) ».

En 1974 sort l’album « It’s only Rock ‘n Roll », album qui ne devra son succès qu’au titre « It’s only Rock ‘n Roll (But I like it) ». Une année 1974 qui voit la consommation de drogue de Richards commençait à poser sérieusement problème…

Exceptionnellement, le groupe ne sortira pas de nouvel album en 1975 mais l’aventure continue tout de même d’être belle avec la sortie de leur nouvelle compilation « Metamorphosis », compilation dont seront extraits deux nouveaux inédits à succès que sont « I don’t know why » et « Out of time ».

Nouvel album « Black and blue » en 1976, album qui produira principalement le single « Fool to cry ». Un milieu de décennie 70 qui les voit quelque peu stagner et revenir de plus en plus au niveau moyen de succès rencontré par la concurrence, certaines critiques allant même jusqu’à dire qu’ils sont dépassés, voire finis….

Nouveau trou d’air en 1977 mais c’est pour mieux revenir en force en 1978 avec la sortie de l’énormissime album « Some girls », album qui restera incontestablement comme l’une de leurs plus belles réalisations, notamment grâce au single phare « Miss you ». Single qui va littéralement enflammer tous les Dancefloor de la planète cette année là et les ramener en tête de peloton de façon pour le moins spectaculaire.

Autant le milieu de décennie 70 leur aura quelque peu défavorable, autant la fin de décennie va les voir rebondir de façon impressionnante. Après le succès de « Some girls », c’est au tour de l’album « Emotional rescue » de faire parler de lui en 1980. Album porté à bout de bras par l’énormissime single qui porte le nom de l’album et dans une moindre mesure « She’s so cold ».  Seul bémol de l’affaire, de plus en plus de tensions naissent entre Jagger et Richards, ce qui n’est forcément de bon augure pour la suite des événements…

Des dissensions qui n’empechent pas l’album suivant « Tatoo you » de tout fracasser sur son passage en 1981 notamment grâce au titre « Start me up », single qui restera incontestablement comme l’un des plus gros titres Dance de la décennie.

Pas d’album en 1982 mais une reprise particulièrement inspirée du titre des Miracles « Going to a Go-Go » datant de 1965, version revisitée qui va connaitre son heure de gloire cette année là.

L’année 1983 voit la sortie de l’album « Undercover », album au succès quelque peu décevant et qui ne sauvera les meubles que grâce au single « Undercover of the night ». Une contre-performance qui voit la rivalité Jagger-Richards s’accroitre au point que Jagger commence à s’investir de plus en plus sur sa carrière solo au détriment du groupe.

Du coup, pas de sortie d’album ni en 1984, ni en 1985. Retour en 1986 avec l’album « Dirty word », album écrit principalement par Richards. Album dont sera extrait principalement le titre « Harlem suffle », nouvelle reprise de luxe cette fois-ci du titre duo Dob & Earl datant de 1963.Et dans une moindre mesure « One hit (To the body) ». Un album qui voit le groupe au bord de la rupture avec un Mick Jagger de plus en plus aux abonnés absents…

La hache de guerre est enterrée en 1989 pour produire l’album « Steel wheels », une réunification inespérée qui produit un album pour le moins inspiré. Avec à la clé la sortie de 3 singles de très gros calibre que sont « Mixed emotions », « Rock and a hard place » et « Almost hear you sigh ».

Nouveau gros trou d’air de 5 ans hormis une parenthèse en 1991 qui permet la sortie du titre « Highwire », titre issu de l’album live « Flashpoint ».

On les retrouve donc en 1994 pour la sortie d’un nouvel album nommé « Voodoo lounge », retour gagnant compte tenu du succès atteint pat l’album et les 3 singles phares qui vont en être extraits la même année à savoir « Love is strong », « You got me rocking » et « Out of tears ». Mais également « I go wild » qui sortira quant à lui un an plus tard en 1995.

Une décennie 90 qui va voir la sortie d’un nouvel album « Bridges to Babylon » en 1997, album au succès moindre mais qui produira tout de même deux nouveaux titres d’envergure avec les singles « Anybody seen my baby ? » en 1997 et « Saint of me » en 1998.

Plus grand-chose à se mettre sous la dent jusqu’en 2002 date à la quelle sort le single « Don’t stop », single présent dans la compilation « Forty licks ».

Côté albums, cette fois-ci c’est un trou d’air de 8 ans qui va séparer le dernier album du nouveau nommé « A bigger band ». Album qui sort en 2005 et qui permet au groupe de renouer une nouvelle fois avec le succès malgré une disparition progressive des radars amorcée depuis plusieurs années. Album qui produira principalement les singles « Streets of love » and « Rain fall down ».

Le groupe va continuer d’exister par la suite mais ne rencontrera plus jamais le niveau de succès atteint durant les décennies précédentes. Ce qui ne les empêchera pas de sortir un nouvel album « Blue & Lonesome » en 2016, montrant par la même qu’avec eux, rien n’est jamais fini !

Affaire à suivre comme on dit…

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Come on 1963
  • Not fade away 1964
  • Tell me 1964
  • It’s all over now 1964
  • Time is on my side 1964
  • Little red rooster 1964
  • Heart of stone 1964
  • The last time 1965
  • (I can't get no) Satisfaction 1965
  • Get off my cloud 1965
  • As tears goes by 1965
  • 19th nervous breakdown 1966
  • Paint it, black 1966
  • Mother’s little helper 1966
  • Lady Jane 1966
  • Have you seen your mother, baby, standing in the shadow ? 1966
  • Let’s spend the night together 1967
  • Ruby Tuesday 1967
  • We love you 1967
  • Dandelion 1967
  • She’s a rainbow 1967
  • Jumpin’ Jack Flash 1968
  • Street fighting man 1968
  • Sympathy for the devil 1969
  • Honky tonk women 1969
  • Brown sugar 1971
  • Wild horses 1971
  • Tumbling dice 1972
  • Happy 1972
  • Angie 1973
  • Doo doo doo doo doo (Heartbraker) 1973
  • Star star 1974
  • It’s only Rock ‘n Roll (But I like it) 1974
  • Ain’t too proud to beg 1974
  • I don’t know why 1975
  • Out of time 1975
  • Fool to cry 1976
  • Miss you 1978
  • Beast of Burden 1978
  • Shattered 1978
  • Emotional rescue 1980
  • She’s so cold 1980
  • Start me up 1981
  • Waiting for a friend 1981
  • Hang fire 1982
  • Going to a go-go 1982
  • Undercover of the night 1983
  • She was hot 1984
  • Harlem shuffle 1986
  • Ont hit (To the body) 1986
  • Mixed emotions 1989
  • Rock and a hard place 1989
  • Almost hear you sigh 1990
  • Terrifying 1990
  • Highwire 1991
  • Love is strong 1994
  • You got me rocking 1994
  • Out of tears 1994
  • I go wild 1995
  • Like a rolling stone 1995
  • Anybody seen my baby ? 1997
  • Saint of me 1998
  • Out of control 1998
  • Don’t stop 2002
  • Streets of love 2005
  • Rain fall down 2005
  • Biggest mistake 2006
  • Plundered my soul 2010
  • Doom and gloom 2012
  • Just your fool 2016
  • Hate to see you go 2016
  • Living in a ghost town 2020
They can't get no satisfaction...

1963...premier titre et déjà premier succès pour ce petit groupe sorti de nulle part. Une joyeuse bande d'inconnus qui ne vont pas le rester très longtemps...inconnus !

1964...et dès le 2ème titre, c'est le jackpot dans toute la sphère Anglo-saxonne. Le tout grâce à cette version revisitée du titre des Crickets datant de 1957 à la qualité plus que certaine

1964...une année 1964 qui va se révéler absolument bluffante avec l'obtention de ce premier top hit planétaire. On ne pouvait rêver meilleur démarrage !

1964...c'est encore avec le titre d'un autre groupe, à savoir The Valentinos, que le groupe va carrément décrocher la timbale. Cette fois-ci, le titre submerge toute la planète et fait littéralement exploser la cote des Stones. MA-GIS-TRAL !

1964...une année 1964 incroyable et surtout qui n'en finit pas. Et qui n'en finit pas également dans les reprises puisque cette fois-ci ils reprennent le titre de Kai Winding datant de l'année précédente. Et ça fonctionne une nouvelle fois du feu de Dieu !

1964...puisque la recette marche à tous les coups, pourquoi s'en priver ? Nouvelle reprise de luxe, cette fois-ci du titre d'Hoxlin' Wolf datant de 1961. Et une nouvelle fois, c'est carton plein !

1964...l'année 1964 n'est toujours pas finie et le groupe décroche un nouveau top hit ! Les p'tits gars marchent littéralement sur l'eau, il n'y a pas d'autres mots !

1965...la montée en puissance est spectaculaire d'année en année et l'on se doute qu'il va se passer quelque chose de grande dans les années à venir...

1965...puis arrive CE titre ! En seulement 3 ans ils auront tout fracassé sur leur passage et livré un premier titre d'anthologie. Et ce n'est que le début !

1965...et de 2 ! Deux méga hits rien que pour cette année 1965. Un réussite pour le moins insolente et qui fait d'eux l'une des plus grosses révélations planétaires du moment !

1965...les méga hits s’enchaînent désormais à une vitesse stupéfiante. Sans compter que le groupe démontre déjà une polyvalence de style digne des plus grands. Ça promet !

1966...l'année 1966 repart quasiment sur les mêmes bases que les 2 années précédentes. Avec un niveau de succès toujours aussi stratosphérique !

1966...ce titre là va faire encore plus fort que son prédécesseur. Si, si, c'est possible. Avec à la clé l'une des pages musicales parmi les plus emblématiques du groupe. OUF-I-SSIME !

1966...les années 1964 et 1965 ont été pléthoriques en termes de titres produits. L'année 1966 ne va pas y déroger. Avec un niveau de succès encore plus important. De véritables Extra-Terrestres !

1966...fait incroyable, ce titre à la qualité évidente ne rencontrera qu'un niveau de succès somme toute limité. Allez comprendre...

1966...les affaires reprennent direct derrière avec ce nouveau méga hit. L'on se doutait que le léger trou d'air précédent n'allait pas durer...

1967...ils entament leur quatrième année au sommet de la hiérarchie planétaire. Qui aurait pu imaginer une telle réussite lorsqu'ils ont démarré en 1963 ? Pas grand monde, c'est certain...

1967...chaque titre qui sort désormais devient quasiment un événement planétaire à lui tout seul. La rançon de la gloire comme on dit...

1967...le groupe écrase littéralement la concurrence sauf peut être un autre groupe anglais avec un nom qui commence par B. L'Angleterre domine littéralement le monde en cette décennie 60, force est de constater !

1967...la production de titres se maintient à niveau proprement hallucinant. Mais d'où leur vient cette inspiration sans limite ?!

1967...et un p'tit dernier pour l'année 1967. L'on se demande vraiment s'ils vont être capables de continuer à produire autant de titres dans les années à venir. Bonne question...

1968...côté inspiration, le changement d'année ne va rien bouleverser, ça c'est clair. Avec à la clé un nouveau méga hit !

1968...par contre, ce qui était prévisible est en train de se réaliser. La production de titres va se ralentir de façon considérable. Le contraire aurait été étonnant...

1969...nouveau titre de légende. Ce groupe est devenu une véritable machine de guerre et rien, ni personne à ce stade n'est capable de stopper leur ascension vers les étoiles !

1969...une décennie 60 qui se finit en apothéose avec ce titre. La décennie 60 les aura vu éclore puis exploser. Reste à voir maintenant ce que leur réserve la décennie 70...

1971...étonnamment il ne se passera pas grand chose d’intéressant les concernant en 1970. On les retrouve donc en 1971 dans une forme olympique avec à la clé une nouvelle étoile à rajouter à leur palmarès déjà copieusement garni...

1971...ce titre là ne connaîtra pas vraiment le même niveau de succès que son prédécesseur mais l'on s'en contentera largement...

1972...le changement d'année leur est profitable puisque qu'ils renouent avec le succès de masse. Les concernant, le contraire aurait été très étonnant...

1972...une année 1972 légèrement en-dedans avec deux énormes titres dont celui-ci et 2 autres qui passeront relativement inaperçus. Incident de parcours sans conséquence ?

1973...ils vont répondre de façon magistrale à la question précédente avec CE titre. Ils livrent ici tout simplement l'un des titres parmi les plus marquants de la décennie et inscrivent définitivement leur nom au Panthéon musical de cette fin de XXième siècle. OUF-I-SSI-ME !

1973...depuis leurs débuts, c'est quasiment 1 méga hit chaque année auquel se rajoute 1 ou plusieurs top hits. On se doute donc du niveau atteint par celui-ci...

1974...le groupe surclasse en permanence la concurrence avec une facilité insolente. Une concurrence qui ne peut que ronger son frein en attendant des jours meilleurs...

1974...le méga hit de l'année. Certes de moindre niveau que ses prédécesseurs mais largement suffisant pour maintenir le groupe en tête de peloton...

1974...il y avait longtemps qu'ils ne l'avez pas joué version reprise de luxe. Ils revisitent ici le titre des Temptations datant de 1966 et une nouvelle fois la copie tient largement la route !

1975...décidément, ils jouent dans la facilité avec cette nouvelle reprise cette fois-ci du titre de Stevie Wonder datant de 1969. Des reprises qui leur rapportent mais sans plus...

1975...comme par hasard, dès qu'ils se remettent à composer, le succès massif revient dans la foulée. A méditer forcément...

1976...une nouvelle preuve de leur savoir faire incroyable dans l'Intimiste. Encore l'un de leurs titres parmi les plus emblématiques. La liste s'allonge, s'allonge, s'allonge...

1978...nouvelle année à vide en 1977 suivi d'un nouveau retour fracassant en cette année 1978. Le groupe livre ici l'un de ses plus gros tubes Dance et écrase une nouvelle fois la concurrence en cette fin de décennie 70. Mais qui pourra les arrêter...

1978...le méga hit de l'année ayant été livrée précédemment pour l'année 1978, l'on se doute que les titres suivants seront forcément un cran en-dessous. Peu importe, on prend quand même !

1978...leur dernier hit notoire de la décennie. Ils auront régné sur la décennie 60 puis sur la décennie 70 de façon magistrale et s'apprêtent à entamer la décennie 80 sous les meilleurs auspices. Voyons voir ce que l'avenir leur réserve...

1980...on aurait pu imaginer que la décennie 80 les verrait quelque peu baissé au niveau régime et réintégrer le commun des mortels. C'était bien mal les connaitre. La preuve avec cet énormissime titre !

1980...bien que la concurrence ait quasiment 15 ans de moins en moyenne, les 'papys' continuent à dérouler avec une insolence évidente. Totalement bluffant !

1981...leur Joconde des années 80. Qui aurait pu imaginer en 1963 qu'ils seraient encore là en 1981 et de quelle manière. MA-GIS-TRAL !

1981...et l'aventure continue de plus belle. Il est clair que la décennie 80 sera encore une décennie pour eux. La concurrence n'a donc qu'a bien se tenir !

1982...le groupe prend un plaisir plus qu'évident à donner la leçon aux p'tits jeunes du moment. Il est clair que ce groupe unique restera un modèle encore pour des décennies et des décennies...

1982...pour l'année 1982, leur gros titre, ce sera celui-ci. Encore un coup facile avec cette version revisitée du titre des Miracles datant de 1965. Mais avec eux, tout est trop facile !

1983...on les retrouve l'année suivante dans une forme une nouvelle fois éblouissante. Avec à la clé une nouvelle étoile de prestige à rajouter à un palmarès qui en compte déjà tant !

1984...l'on sent quand même pour l'une des premières fois comme un semblant de décélération. Tendance de fond ou léger trou d'air. Affaire à suivre...

1986...nouvelle année à vide. Des années à vide qui leur permettent à chaque fois de faire des retours fracassants. Ce sera encore le cas cette fois-ci avec cette reprise de luxe du titre de Bob & Earl datant de 1963 !

1986...année après année, le groupe perd de son emprise sur les évènements et surtout sur la concurrence. Rien d'inquiétant mais l'on sent que le vent commence à tourner...

1989...rien en 1987 et pas grand chose d'intéressant en 1988. Ouh là, attention danger. Que néni, les revoilà en 1989 dans une forme olympique avec à la clé un nouveau titre de ouf qui leur permet de clôturer la décennie de façon magistrale !

1989...Ils en remettent même un coup avec ce tout dernier titre de la décennie. Qui eut cru qu'ils seraient encore là un peu plus de 25 ans après leurs débuts...

1990...ils entament leur 4ème décennie en fanfare avec ce nouveau top hit. Toujours dans le coup, toujours autant la patate, bref, c'est reparti pour 10 ans de plus !

1990...le 'petit' hit de l'année. Il est clair que le millésime 1990 ne restera pas comme leur meilleur. Mais peu importe, ils sont toujours là et c'est ça l'essentiel !

1991...les affaires reprennent de façon spectaculaire avec ce titre. Le groupe arrive à se maintenir à un niveau d'excellence pour le moins bluffant. Mais de leur part, on n'en attendait pas moins !

1994...cette fois-ci l'on assiste à un trou d'air de 3 ans. Et comme à chaque fois, les retours après les break sont pour le moins fracassants. La preuve avec ce premier titre de l'année !

1994...une année 1994 exceptionnelle qui va rester comme le meilleur Millésime de la décennie pour le groupe. Tout leur sourit de façon pour le moins impressionnante une nouvelle fois !

1994...la passe de 3 ! L'inspiration du groupe est encore au top près de 30 ans après leurs premiers pas. La marque des Très Très Grands !

1995...l'année 1995 sera un cran en-dessous par rapport à l'année précédente mais vu le niveau atteint précédemment, l'égaler aurait relevé de l'exploit pur et simple !

1995...un cran en-dessous mais pas très loin. Ils se seront adaptés à tous les styles, toutes les modes et surtout toutes les sonorités spécifiques à chaque époque. Une véritable prouesse !

1997...année 1996 sans grand relief étonnamment. Retour donc en 1997 et cette fois-ci dans une forme relative, chose inhabituelle les concernant. Ce titre là connaitra les faveurs du public mais ce sera bien le seul de l'année...

1998...même si le niveau de succès global a baissé d'un cran durant cette décennie 90, le groupe arrive quand même à se maintenir dans l'Elite avec une facilité évidente. Rien d'inquiétant à ce stade comme on dit...

1998...le dernier hit d'envergure de la décennie. L'année 1999 n'apportera pas grand chose de plus malheureusement. Rendez-vous donc en début de décennie suivante...

2002..les revoilà donc 4 ans après pour entamer leur 5ème décennie ! A chaque fois l'on se dit que ce sera la dernière. Mais c'est bien mal les connaitre...

2005...l'année 2003 verra la ressortie particulièrement réussie du mythique 'Sympathy for the devil' et 2004 quant à elle sera une année à vide. On les retrouve en 2005 avec ce nouveau succès. Un de plus !

2005...le niveau de succès continue à chuter d'année en année mais reste assez élevé pour maintenir le groupe dans le peloton de tête. Ouf...

2006...une décennie 2000 qui les voit continuer l'aventure avec enthousiasme mais force est de constater que le déclin est en marche. Et rien, ni personne, ne pourra l'enrayer désormais...

2010...puis plus rien pendant 4 ans sauf d'anciens titres déjà sortis et qu'ils remettent au gout du jour. Ce titre là date de 1972 mais n'était jamais sorti. C'est désormais chose faite !

2012...les breaks sont de plus en plus nombreux mais le peu de titres qui sortent tiennent encore largement la route. On s'en contentera donc largement !

2016...puis plus rien d'intéressant jusqu'à cette année 2016 où ils la jouent une nouvelle fois reprise de luxe. Cette fois-ci, c'est le titre de Buddy Johnson datant de 1954 qu'ils remettent au gout du jour. Et comme à chaque fois, ça marche !

2016...une année 2016 qui les voit revenir temporairement dans la course. Un énième retour en grâce mais pour combien de temps encore, ça, c'est une autre question...

2020...ils clôturent leur 5ème décennie d'existence avec ce titre magistral. Un titre totalement surréaliste pour une année qui ne le restera pas moins ! Une carrière extraordinaire qui est loin d'être terminée, faisons leur confiance...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article