Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Florent Pagny est un chanteur français qui démarre sa carrière musicale dès l’âge de 13 ans en chantant dans les bars et télé-crochets du Luis Mariano, Michel Sardou et autre Gérard Lenormand.

Il arrête les études à 16 et monte sur Paris pour y prendre des cours de théâtre puis fréquente le Conservatoire de Levallois-Perret pendant 3 ans. Trois années où il se forme au chant classique et explore toutes les possibilités de sa voix de baryton-martin.

Mais c’est par le biais de la télévision et plus particulièrement du cinéma qu’il démarre réellement sa carrière artistique à travers des petits rôles dans des films comme La balance, L’As des as, Fort Saganne, Inspecteur la Bavure…

En 1987, sa carrière de chanteur va soudainement prendre de la hauteur lorsqu’il compose sa première chanson « N’importe quoi ». Premier essai et coup de maître car le single fait un véritable carton et restera huit semaines à la première place du Top50. Sa notoriété explose.

Nouveau succès l’année suivante avec le single « Laissez nous respirer ». Suivi en 1989 d’une reprise qui ne passe pas inaperçue de « Comme d’habitude ».

Le premier album « Merci » sort en 1990 et connaît un succès notoire qui lui permet de finir Disque d’Or.

Deux ans plus tard en 1992 sort l’album « Réaliste », album en échec en partie dû aux relations houleuses du chanteur avec la presse et du boycott qui en découle.

Il revient en 1994 avec l’album « Rester vrai » coécrit avec un certain Sam Brewski qui n’est autre que…Jean Jacques Goldman. Le premier single extrait « Est-ce que tu me suis » est un nouvel échec. Ce qui n’est pas le cas du suivant, « Si tu veux m’essayer » justement écrit par Goldman.

L’album se vendra au final à plus de 300 000 exemplaires.

En 1995 sort le single « Bienvenue chez moi » et nouveau succès. Pagny est de nouveau sur la pente ascendante. Regain de notoriété confirmée par le titre « Caruso » en 1996.

Arrive l’année 1997 et sa collaboration avec Pascal Obispo. Collaboration très fructueuse qui va lui amener sur un plateau l’un des plus beaux titres de la décennie à savoir le magnifique « Savoir aimer ».

L’album du même nom sort dans la foulée et la qualité de ce dernier permettra à l’artiste d’obtenir une Victoire de la musique de l’artiste interprète masculin l’année suivante !

D’autres titres et pas des moindres sortiront par la suite. Mais nous aurons l’occasion d’en reparler….

Discographie (entre autres...) :

  • N’importe quoi 1988
  • Laissez nous respirer 1988
  • Comme d’habitude 1989
  • J’te jure 1990
  • Ça fait des nuits 1990
  • Presse qui roule 1990
  • Prends ton temps 1991
  • Tue moi 1992
  • Qu'est-ce qu'on a fait ? 1993
  • Est-ce que tu me suis ? 1994
  • Si tu veux m’essayer 1995
  • Caruso 1996
  • Oh happy day 1996
  • Savoir aimer 1997
  • Chanter 1998
  • D'un amour l'autre 1998
  • Dors 1998
  • Jolie môme 1999
N'importe naouak ! ....

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1988...c'est là que tout commence. Le démarrage fracassant d'un petit jeunot qui va devenir l'un des plus grands chanteurs français de cette fin de XXième siècle, rien que ça !

1988...un deuxième titre qui confirme un talent indéniable et une voix vraiment au-dessus de la moyenne. Un potentiel énorme qui va exploser dans les années à venir...

1989...allez, ce n'est que la 6245ème reprise de cette chanson mythique... Mais il le fait bien donc on profite, tout simplement

1990...changement de décennie, changement de look, une sonorité qui évolue de façon évidente. Le début de la métamorphose...

1990...un titre taillé qui mesure qui permet au chanteur de montrer la puissance hors norme de sa voix. La montée en puissance est linéaire et préfigure de façon évidente d'énormes réalisations par la suite...

1990...le titre polémique qui voit le chanteur s'en prendre ouvertement à la presse à scandales. Un règlement de compte par chanson interposé qu'il paiera dans les années futures par un exil à l'étranger et par un début de marginalisation inévitable...

1991...un titre étonnant en dehors des standards musicaux du moment, c'est clair. Avec à la clé un succès assez mitigé dans les Charts...

1992...l'année de la rupture. Le bad boy prend le pas sur le chanteur d'exception. Une bascule qui va se payer au prix fort avec un début de désaffection de la part du public...

1993...après un début de carrière pour le moins fracassant, le chanteur n'arrive pas à trouver un nouveau souffle qui lui permettrait de passer dans la cour des Très Grands. Dure loi du métier...

1994...dans la même veine. Ce milieu de décennie 90 voit le chanteur stagner à un niveau moyen. Pourtant ce qu'il propose tient la route mais il manque ce petit + qui pourrait faire toute la différence...

1995...le titre qui va tout changer et réhabiliter le chanteur de façon spectaculaire. La deuxième partie de carrière commence...merci qui, merci Jean-Jacques !

1996...le titre qui va montrer une nouvelle facette de chanteur, qu'on avait sous-estimée. Une puissance vocale quasi unique dans les chanteurs pop du moment et qui va faire des merveilles sur ce titre. E-NOR-MI-SSIME !

1996...le chanteur livre ici une copie ma foi fort sympathique du titre des Edwin Hawkins Singers datant de 1967. Un des plus gros standards gospel qu'il remet au gout du jour et qu'il interprète avec une maestria évidente !

1997...puis arrive la MERVEILLE. Un joyau offert sur un plateau par l'un des plus grands compositeurs de la décennie 90 à savoir Pascal Obispo. Le chanteur livre ici tout simplement l'une des plus belles chansons de cette fin de XXième siècle côté français avec à la clé une notoriété qui explose en conséquence. MA-GIS-TRAL !

1998...le retour en grâce est évident et fait de l'artiste de façon incontestable l'un des plus gros phénomènes du moment. Comme quoi, dans la musique, tout peut se retourner comme par miracle !

1998...un titre qui flotte littéralement dans l'air et qui paradoxalement passera quelque peu inaperçu. Quoi qu'il en soit, pas d'inquiétudes à avoir pour la suite des événements...

1998...un léger trou d'air qui ne dure que l'espace d'un titre. Ce titre connaîtra un sort bien différent et surtout permettra au chanteur de recoller direct au peloton de tête

1999...une version revisitée du titre de Léo Ferrée datant de 1960 pour le moins étonnante. Un titre survolté pour finir la décennie en beauté, une décennie 90 qui l'aura vu littéralement exploser !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jerry OX 12/08/2016 14:39

Une sacrée carrière que celle de Florent Pagny !! Quel chemin depuis le célèbre "N'importe quoi" de 1988 !! Une carrière avec des hauts et quelques bas mais , sa superbe voix lui a ouvert la voie et la porte de grands auteurs compositeurs (Goldman , Obispo, Calogéro ..) afin de lui confectionner de beaux tubes sur-mesure "Savoir aimer", "Chanter", "Le soldat" . Un sacré chanteur et une forte personnalité !!