Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Gérard Blanchard est un auteur compositeur interprète français qui peut se vanter d’avoir été un des premiers à utiliser l’accordéon dans des compositions rock.

Il s’intéresse à la peinture et à la musique dès son plus jeune âge, ce qui va pousser sa mère à l’inscrire aux Beaux-Arts.

C’est en 1973 que les choses vont s’accélerer lorsqu’il va prendre conscience que malgré son niveau assez faible en accordéon, il est quand même assez doué pour mettre de l’ambiance dans les bals, ce qui le pousse rapidement à composer ses premières chansons.

Il crée un premier groupe « Roxy Musette », qu’il qualifie lui-même de rock décadent. Groupe qui ne durera que deux ans.

En pleine mouvance punk, courant 1977, il crée un nouveau groupe « Gueule d’amour » qui ne durera que…1 mois ! Suivi de « Jo BB Folk » qui durera plus d’un an et demi et qui connaîtra à l’inverse du précédent un joli succès d’estime.

Début 80, fini les groupes, retour aux sources avec comme unique compagnon son accordéon. Il fait le tour de la France et enchaîne les cafés- concerts.

Arrive l’année 1981, année qui va tout changer. De retour à Paris, il se fait remarquer un soir par deux directeurs artistiques du label Barclay qui sente en lui un énorme potentiel et ce malgré son côté rustique. Ils le signent dans la foulée.

Son premier album « Troglo dancing » sort peu de temps après, album dont va être extrait l’énormissime hit transcosmico-nanardien « Rock Amadour ». Single phare qui va se vendre à plus d’un millions sept cent milles exemplaires ! L’accordéon, instrument has been par excellence à cette époque là, redevient grâce à ce titre soudainement très tendance…

Un deuxième titre « Marylou » suit dans la foulée et cartonne à son tour, fruit de l’énorme engouement du public pour ce chanteur fantasque.

En 1983 sort l’album « Matinée et soirée », suivi en 1984 du « Lac des Cygnes ». Mais la Blanchardmania commence à battre de l’aile et les deux albums sont des échecs.

S’en suit une mini traversée du désert et il faut attendre l’année 1987 pour que le chanteur renoue une nouvelle fois avec le succès grâce à la sortie de l’album « Amour de voyou ». Album qui va produire un deuxième hit transcosmico-nanardien à savoir le pétillant « Elle voulait revoir sa Normandie ». Reprise d’un tube des années 40 de Jean Lumière.

D’autres albums sortiront par la suite mais le chanteur retombera progressivement dans l’anonymat. Anonymat qu’il consacrera principalement à la peinture et au graphisme.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Rock Amadour 1981
  • Marylou 1982
  • Anachronique 1983
  • Papous 1983
  • Gabriel le pyromane 1984
  • Les escrocs Rock’N’Roll 1986
  • Amour de voyou 1987
  • Elle voulait revoir sa Normandie 1987
  • Moi, Nous, Vous, Ils 1989
  • Dans les nouilles 1989
  • La ballade de Piou Piou 1989
  • Les filles du Cardinal 1991
  • Quand elles s'en vont 1991
  • Johnny revient de la guerre 1994
  • La lune dans mon verre 1994
Elle voulait revoir le loup dans les grottes de Rockamadour...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1981...l'ENORMISSIME hit transcosmico-nanardien qui va le révéler. Il souffle tout à coup comme un vent de folie sur la France. Le tout sur fond de notes d'accordéon, instrument de musique Has Been par excellence. Trop fort le Gérard !

1982...une suite nettement plus en finesse et surtout en rondeurs. Malheureusement, ce titre là n'aura pas vraiment le même niveau de succès que son prédécesseur...

1983...le maître mot chez lui, c'est : aux taquets ! Des chansons qui filent à 200 km/h. Les Dancefloor sont carrément en fusion tellement ça va vite !

1983...Gérard ralentit enfin ! Un titre délire à la qualité certaine mais qui ne trouve pas, ou plus, son public...

1984...ce qui est très paradoxal, c'est que plus Gérard est barré, et plus ça marche. Et plus il la joue dans la catégorie intimiste et moins il trouve d'écho dans le public... Franchement dommage !

1986...Gérard, mais où est donc passé ton p'tit accordéon ?? Seulement à la fin du morceau, décidément, rien ne va plus...

1987...en mode reggae. Plus ça va et plus ça ralentit. Va bientôt nous faire un Ultimate Slow le Gérard...

1987...la résurrection ! Le Phoenix renaît de ses cendres, retrouve son côté barré et comme par hasard, le succès est de retour ! Et quel succès ! Nouveau top hit qui le fait rentrer définitivement dans l'histoire musicale des années 80 côté Français

1989...l'embellie aura été de courte durée. La rechute est violente et le chanteur va disparaître de nouveau des radars. Dure loi du métier...

1989...son style déjanté a trouvé ses limites en cette fin de décennie 80. Il y met pourtant une bonne volonté évidente mais cela ne suffit plus...

1989...le voici qui ralentit le tempo de façon drastique. Comme quoi, quand il veut, il peut aussi faire soft. Mais cela ne paiera pas plus...

1991...il va tenter le passage à la décennie 90 mais le pari est quasiment perdu d'avance tant la concurrence est à des années lumières devant...

1991...le voici, l'Ultimate Slow qui manquait à sa discographie ! Autant ce titre aurait pu marcher durant la décennie précédente, autant il est en décalage flagrant avec les dernières tendances musicales du moment...

1994...il y croit encore dur comme fer mais il n'y a bien que lui pour y croire malheureusement. Le public est déjà passé à autre chose depuis belle lurette...

1994...quoi qu'il en soit, Gérard, tu nous auras franchement bien amusé avec ton coté disjoncté. Merci Monsieur !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article