Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Murray Head est un chanteur et acteur anglais dont la particularité est d’écrire des chansons dès son plus jeune âge.

Il démarre réellement sa carrière musicale en 1971 en interprétant le rôle de Judas Iscariot dans la comédie musicale Jésus Christ Superstar. Rôle qui le voit chanter le titre « Superstar », titre phare qui va faire un véritable carton dans les Charts.

Mais c’est surtout en 1975 que sa notoriété va exploser quand il interprète la magnifique ballade « Say it ain’t so, Joe », titre majeur de sa discographie et qui reste culte à ce jour.

Il va falloir attendre l’année 1984 pour le voir rééditer un quasi exploit lorsque va sortir le single « One night in Bangkok », autre single phare qui mettra le feu à tous les Dancefloor.

Il connaîtra un dernier succès d’envergure en 1993 avec un titre en langue française « Une femme un homme » qu’il interprète en duo avec Marie Carmen. Titre qui connaîtra son heure de gloire au Québec.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • The bells of Rhymney 1965
  • She was perfection 1967
  • Superstar 1969
  • Say it ain't so, Joe 1975
  • Never even thought 1977
  • Mademoiselle 1978
  • Los Angeles 1979
  • Sorry I love you 1979
  • How many ways 1979
  • Cocktail Molotov 1980
  • Corporation corridors 1982
  • One night in Bangkok 1984
  • When you're in love 1984
  • Picking up the pieces 1985
  • Some people 1986
  • Move closer 1990
  • You are 1993
  • Une femme, un homme 1993
  • Shadows of the truth 1995
Murray a toujours eu la Tête sur les épaules...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1965...à l'origine des débuts du commencement de la genèse....il y a des milliards d'années.... Difficile d'imaginer à ce stade la carrière grandiose qui attend ce jeune chanteur...

1967...une sonorité et un style typiques de ces années là. Tout à fait dans l'air du temps. Mais cela ne suffit pas pour l'instant à démarquer le chanteur de la masse...

1969...le titre et le rôle qui vont tout changer. Un passage de l'ombre à la lumière qui se fait de façon fracassante. E-NOR-MI-SSIME !

1975...mais le véritable début de consécration, le voilà ! Il signe ici l'une des plus belles ballades des années 70 et du XXième siècle tout court. Un monument musical qui le hisse One Shot au rang de star planétaire. MA-GIS-TRAL !

1977...et que dire de celle-là ! Il récidive un an plus tard avec un titre tout aussi fort et tout aussi inspiré. Deux titres coup sur coup qui font de lui, et incontestablement, l'un des meilleurs artistes de sa génération

1978...toujours en mode minimaliste, limite acoustique. Et ça fonctionne une nouvelle fois. Quand l'inspiration est là, pas besoin d'un orchestre symphonique pour sublimer un titre...

1979...toujours aussi fin, toujours aussi doux. Un registre 'à émotions' qu'il maîtrise parfaitement et qui le voit produire titre de gros calibre sur titre de gros calibre...

1979...un domaine Intimiste qu'il maîtrise vraiment à la perfection. La preuve une nouvelle fois avec ce titre au lyrisme fou et qui paradoxalement ne connaîtra qu'un succès très limité dans les Charts...

1979...la sonorité évolue, comme le style. Doucement mais surement. Une mutation obligatoire et surtout salutaire en vue de ce qui s'annonce à l'horizon durant la prochaine décennie...

1980...une nouvelle décennie qui démarre en beauté grâce à la BO du film de Diane Kurys "Cocktail molotov". Certes, ce titre là ne fera pas mieux que son prédécesseur dans les Charts mais il n'est pas dénué d’intérêt, c'est clair

1982...son premier gros hit de la décennie. Juste un galop d'essai pour ce qui va suivre...et qui sera encore plus ENORMISSIME !

1984...l'ultime consécration planétaire avec cet ENORMISSIME hit intergalactique qui met le feu à tous les Dancefloor et qui restera surement comme l'un des plus gros hits Dance de la décennie. MA-GIS-TRAL !

1984...une année qui va se révéler exceptionnelle pour l'artiste. Et le consacrer définitivement comme l'un des plus grands artistes de la décennie 80 !

1985...une suite de qualité mais comment rivaliser avec une année précédente aussi inspirée ? Mission quasi impossible...

1986...Murray va à la facilité et nous reprend, sans trop de convictions, un titre des Belouis Some. Mauvaise pioche comme on dit...

1990...une fin de décennie 80 qui s'avère plus difficile à négocier que prévue. Du coup, il assure avec une nouvelle reprise, cette fois-ci de Phylis Nelson. Ça devient une habitude les reprises. Attention danger...

1993...retour en force avec un titre nettement plus inspiré qui montre que Murray en a encore sous la pédale. Il était temps !

1993...le même titre en version duo de choc mais surtout de charme. Un titre sympathique pour finir une magnifique aventure qui aura produit plusieurs titres de très très gros calibre. Que demander de plus...

1995...allez, ce n'est pas tout à fini mais il est clair qu'il ne fait plus que de la figuration désormais. Cela ne l'empêche de produire encore ce genre de titre à l'inspiration plus que certaine...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article