Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Boy George, de son vrai nom George O’Dowd, est un compositeur-interprète anglais plus particulièrement connu pour avoir été le leader ô combien charismatique du groupe Culture Club.

Une carrière artistique qui démarre réellement bien avant Culture Club et dont les prémices s’effectuent au sein du club Blitz, point de rencontre obligé du mouvement New Romantic. Un mouvement principalement axé sur le port de vétements efféminés auquel s’accompagne souvent un maquillage outrancier et dont il va rapidement devenir l’une des membres parmi les plus influents.

C’est Malcolm McLaren, ancien producteur des Sex Pistols, qui le remarque en premier au début de la décennie 80 et lui propose de participer à l’aventure Bow Wow Wow. Aventure qui tourne court malheureusement court en raison d’une totale incompatibilité entre le jeune George et la chanteuse Annabella Lwin.

C’est alors que va démarrer l’aventure Culture Club après que le chanteur ait décidé de monter son propre groupe en compagnie du bassiste Mikey Craig. Aventure incroyable qui démarre en 1981, qui va durer 5 ans et qui va faire de ce groupe l’un des groupes phares de cette décennie.

Une belle aventure qui se gâte sérieusement à partir de 1986 lorsque le chanteur commence à faire la une des tabloid par rapport à sa consommation de drogues. A cela se rajoute à cela la découverte du corps du musicien américian Michael Rudetsky mort par overdose dans le propre appartement de Boy George. Deux faits marquants qui vont profondément affecter le chanteur, plomber momentanément sa carrière et précipiter la fin de Culture Club.

Ce qui ne l’empêche pas de revenir un an plus tard en 1987 sur le devant de la scène et surtout en solo, après avoir suivi une cure de désintoxication. Retour gagnant avec la sortie de l’album « Sold », album qui va produire 4 top hits planétaires dont 1 méga avec le titre « Everything I own ». Un album qui ne sortira pas aux Etats-Unis car le chanteur y est interdit de séjour suite aux multiples problèmes qu’il a rencontré l’année précédente.

Des Etats-Unis ne lui ont pas tout à fait tourné le dos puisqu’il obtient un succès notoire avec le titre « Live my life » l’année suivante en 1988, titre qui fait partie de la BO du film « Hiding out ».

La fin de décennie va s’avérer plus compliquée à gérer que prévue avec la sortie de 2 albums qui, une nouvelle fois, ne seront pas distribués pas aux Etats-Unis. En commençant par « Tense nervous headache » en 1988 puis « Boyfriend » en 1989. Deux albums qui verront leur succès considérablement limités par cette restriction.

Année 1989 qui le voit démarrer un nouveau groupe nommé Jesus loves you, groupe avec lequel il réussit à refaire enfin surface deux ans plus tard en 1991 grâce à la sortie de l’album « The martyr mantras ». Album qui va produire le top hit « Bow down mister ».

La même année, nouveau succès notoire avec la sortie du single « Generations of love », toujours avec le même groupe.

Les BO lui portent plutôt chance puisqu’il remet ça en 1992 avec le titre « The crying game » pour le film du même nom. Titre qui va connaitre un succès non négligeable au niveau planétaire. Mais qui sera malheureusement son dernier d’envergure car les albums qui sortiront par la suite ne connaitront qu’un succès très limité…

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Everything I own 1987
  • Keep me in mind 1987
  • Sold 1987
  • To be reborn 1987
  • Live my life 1988
  • No clause 28 1988
  • Don’t cry 1988
  • Something strange called love 1988
  • Don’t take my mind on a trip 1989
  • One on one 1990
  • Bow down mister 1991
  • Generations of love 1991
  • The crying game 1992
  • Funtime 1995
  • Il adore 1995
  • Same thing in reverse 1995
  • Love is leaving 1996
  • When will you learn 1998
Tout ce qu'il possède...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1987...premier titre solo et premier méga hit planétaire, rien que ça. Le tout grâce à cette somptueuse reprise de luxe du titre des Bread datant de 1972. MA-GIS-TRAL !

1987...la première - et meilleure - année solo de l'artiste. Les top hits s’enchaînent à une vitesse impressionnante et même si ce titre là n'aura pas le même niveau de succès que son prédécesseur, il connaîtra lui aussi un joli parcours dans les Charts

1987...déjà 3 top hits au compteur ! Même si l'aventure Culture Club n'a pas connu une fin des plus heureuses, le chanteur quant à lui bénéficie toujours du soutien du public. Espérons que ça dure...

1987...il va aligner pas moins de 3 top hits et 1 méga hit au niveau planétaire rien que pour cette année 1987, une véritable prouesse. Pour un artiste qu'on pensait fini, il prouve ici de façon éclatante qu'il va encore falloir compter sur lui !

1988...l'année 1988 ne va pas vraiment ressembler à l'année 1987 malheureusement. La quantité de titres produite sera équivalente mais c'est surtout le niveau de succès qui va considérablement baisser. Et pourtant ce qu'il continue de proposer est loin d'être ridicule...

1988...il aura su parfaitement s'adapter aux nouvelles tendances de cette fin de décennie 80 mais cela ne suffira pas à le faire recoller au peloton de tête. Dure loi du métier...

1988...on se demande si c'est bien le même chanteur qui chante sur ce titre tant la voix diffère des titres précédents. Un changement pour le moins déstabilisant et qui ne va pas vraiment lui profiter...

1988...une métamorphose vocale qui ne durera heureusement que le temps d'un titre. On retrouve donc le vrai Boy George sur ce titre qui ne sera même pas classé et ce malgré une qualité certaine une nouvelle fois

1989..retour furtif du succès pour clore cette décennie. Une année 1989 riche en titres, elle aussi, mais au niveau de succès des plus modestes. Quand ça ne veut plus, ça ne veut plus...

1990...les affaires reprennent quelque peu en ce début de nouvelle décennie. Certes, de façon timide mais l'on sent comme un frémissement de renouveau...

1991...un frémissement qui se confirme et qui surtout s'amplifie de façon inattendue sur ce titre quelque peu décalé. Résultat des courses : nouveau top hit. Comme quoi, rien n'est jamais perdu !

1991...une belle et GROSSE 1991 année qui le voit revenir dans la course de façon spectaculaire. On le pensait définitivement perdu, c'était sans compter sur sa capacité extrême à s'adapter...

1992...nouvelle reprise de luxe, cette fois-ci du titre de Dave Berry datant de 1964. Des reprises qui lui portent particulièrement chance puisqu'il décroche un nouveau top hit grâce à ce titre

1995...gros trou d'air de 3 ans et retour dans une forme qu'on qualifiera de moyenne. Il nous la joue une nouvelle fois reprise de luxe avec cette version revisité du titre d'Iggy Pop datant de 1977. Mais cette fois-ci la mayonnaise ne va prendre que moyennement...

1995...un titre tout en finesse qui tranche radicalement avec ce qu'il proposait jusqu'alors. Un domaine Intimiste dans lequel il a toujours montré des aptitudes plus qu'évidentes !

1995...peu de réussite à l'international mais un niveau de succès qui se maintient plutôt bien Outre-Manche. Suffisant en tout cas pour continuer un tant soit peu l'aventure...

1996...la sonorité est tendance mais cela ne suffit plus malheureusement. Cette fois-ci, ça sent bel et bien la fin...

1998...il s'accroche et tente de résister par tous les moyens. Mais il fait déjà désormais partie du passé et rien, ni personne, ne pourra stopper sa disparition progressive des radars. Quoi qu'il en soit, il aura profondément marqué son époque, à plusieurs ou en solo, et il est, et restera pour toujours, l'incarnation parfaite de la démesure de cette décennie 80. Décennie proprement incroyable à tous points de vue !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article