Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Robert Charlebois est un auteur-compositeur-interprète québécois qui démarre sa carrière artistique en commençant par prendre des cours à l’Ecole nationale de Théâtre de Montréal entre 1962 à 1965, tout en menant en parallèle une carrière de chansonnier. Carrière de chansonnier qui le voit faire notamment les premières parties des spectacles de Félix Leclerc.

Il sort un premier album « Vol.1 » en 1965, album qui passera quelque peu inaperçu mais qui obtiendra tout de même un joli succès d’estime.

Il va lui falloir attendre encore 3 ans et l’année 1968 pour voir enfin ses efforts récompensés. L’album « Robert Charlebois avec Louis Forestier » qui sort cette année là contient notamment un titre nommé…« Lindberg », titre qui va faire un véritable carton et le propulser sous les feux de la rampe de façon spectaculaire.

L’année 1969 le voit fouler pour la premières les planches de l’Olympia à Paris. Une prestation qui fera date avec un Charlebois survolté dont la prestation va pourtant quelque peu laisser de marbre le public et qui va surtout voir l’artiste en jeter sa batterie de rage sur le 1er rang des spectateurs… !

Ce qui ne l’empêche pas de continuer son ascension vers les sommets au début de la décennie 70 avec deux nouveaux succès d’envergure que sont « Ordinaire » et « Conception ».

Une ascension qui trouve son point d’orgue en 1974 lors du méga concert « SuperFrancofête », concert qui va attirer pas moins de 125000 personnes et qui le voit rayonner autour de ses ‘pères spirituels’ que sont Gilles Vigneault et Félix Leclerc.

Touche à tout et délaissant quelque peu la musique en milieu de décennie, on le voit apparaître au cinéma en 1975 dans un western spaghetti haut de gamme version Sergio Leone  nommé…« Un génie, deux associés, une cloche ».

Retour triomphal à la musique l’année suivante en 1976 avec la sortie du titre « Je reviendrai à Montréal », titre phare de sa carrière extrait de l’album « Longue distance » sorti la même année.

La fin de décennie 70 va s’avérer malheureusement plus compliquée à gérer que prévue avec la sortie de plusieurs titres au succès somme toute relatif. Des semi-échecs qui le pousse à réfléchir sérieusement à la suite des événements.

Le début de décennie 80 le voit réorienter totalement sa vie, tant au niveau privée qu’au niveau musical. Côté vie privée, il se sépare de Mouffe, sa femme qui lui servait autant d’épouse que de parolière émérite depuis de nombreuses années. Côté musique, il se tourne vers deux pointures du moment à savoir Didier Barbelivien et Luc Plamondon.

Deux changement radicaux qui ne vont produire que peu d’effets et qui vont même, au contraire, étouffer la folie créatrice du chanteur et le reléguer petit à petit en queue de peloton.

Un déclin qu’il n’arrivera jamais à enrayer malgré la sortie de nombreux albums par la suite.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Demain l'hiver 1968
  • Lindberg 1968
  • Tout ecartillé 1969
  • Québec love 1969
  • Miss Pepsi 1970
  • Les ailes d’un ange 1970
  • Ordinaire 1970
  • Dolores 1971
  • Limoilou 1971
  • Conception 1972
  • Fu man chu 1972
  • Avril sur Mars 1973
  • Je rêve à Rio 1974
  • Urgence 1974
  • Quand les hommes vivront d’amour 1975
  • Tendresse et amitié 1975
  • Je reviendrai à Montréal 1976
  • The frog song 1976
  • J’veux d’l’amour 1979
  • Moi Tarzan, toi Jane 1981
  • Meurs pas 1981
  • J’t’aime comme un fou 1982
  • News 1982
  • Les talons hauts 1983
  • C’est pas physique c’est électrique 1985
  • Jukebox 1986
  • J'veux pu qu'tu m'aimes 1990
  • Silence on danse 1990
  • Vivre en ce pays 1990
  • Indépendantriste 1992
  • Immensément 1993
  • Le batteur du diable 1997
Il reviendra à Montréal...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1968...des débuts totalement délires et qui cernent tout de suite le personnage : ce chanteur ne va rien faire comme tout le monde, c'est clair...

1968...des débuts délires mais une suite qui montrent un talent bien au-dessus de la moyenne. Dès sa première année d'existence, le jeune chanteur frappe fort et se positionne d'entrée comme l'une des plus belles découvertes de l'année grâce à ce titre. Il a tout pour faire de grandes choses et les années futures vont le prouver de façon éclatante. E-NOR-MI-SSIME !

1969...il confirme avec ce titre tout le bien qu'on pense déjà de lui. Ce qui est fort avec lui, c'est qu'il rajoute toujours une petite touche de délire dans des titres parfaitement structurés et aboutis. Un détail qui restera pour toujours sa marque de Fabrique...

1969...un style tout simple, tout comme les mélodies, mais à l’efficacité redoutable. Il a su trouvé la recette parfaite entre la barré et le conventionnel, une véritable prouesse...

1970...il mélange toutes les influences du continent Nord-américain, qu'elles soient américaines ou canadiennes. Un subtil mélange quasi unique en son genre et qui fait sa force forcément !

1970...une décennie 60 pour montrer de quoi on est capable et une décennie 70 pour passer à la vitesse supérieure et rentrer dans la légende. C'est plus ou moins le programme à venir. En commençant par ce titre...

1970...il alterne titres totalement barrés et titres à la gravitude certaine. Un grand écart permanent très étonnant qui montre une maturité plus qu'évidente de la part d'un chanteur qui vient juste de démarrer. Bluffant !

1971...ça ne s'arrange pas côté barré. Surtout lorsqu'il rajoute un tempo fou qui fait de certains titres des donneurs de tournis. Attention tout de même à la survitesse...

1971...on revient à un tempo à peu près normal, on a eu peur à la sortie de route. Le problème avec lui, c'est que trop de barré pourrait tuer à un moment donné le barré...

1972...il mélange tous les styles, les tempos, les sonorités, les influences comme rarement d'autres artistes avant lui. Il est un véritable OVNI en cette décennie 70 où la plupart des chanteurs et chanteuses sont tous préformatés de la même manière...

1972...on repart dans la survitesse et le total barré. Il va quand même falloir qu'à un moment donné il arrive quelque peu à se poser faute de lasser les gens, c'est clair...

1973...quand il veut, il peut ! Un titre posé, à l'inspiration évidente nettement plus en adéquation avec les attentes du public. On en redemande !

1974...on repart à fond les gamelles mais le style sud-américain s'y prête déjà nettement plus d'où un résultat à la hauteur. Mais mélanger les influences Country sur certains titres et des influences sud-américaines sur d'autres est pour le moins unique en son genre...

1974...un joli titre tout en finesse qui repose, c'est le moins que l'on puisse dire. Une efficacité dans l'Intimiste qui se confirme titre après titre et qui montre bien qu'il devrait y aller beaucoup plus souvent...dans ce domaine

1975...le trio de légende. Un moment unique qui réunit 3 des plus grosses pointures de la chanson québécoise, que ce soit en confirmés ou en futur Grand. Des instants rares qui écrivent un peu plus la légende...

1975...une jolie ballade où il démontre une nouvelle fois tout son énorme potentiel dans le registre 'à émotions'. Et c'est justement dans ce domaine si particulier qu'il connaîtra ses plus gros succès...

1976...le titre de la consécration. Il va écrire ici tout simplement l'une des plus belles pages de son histoire musicale et obtenir son ticket direct pour la postérité. Un pur moment de magie qui fait du bien, tout simplement. MA-GIS-TRAL !

1976...avec lui, on passe sans arrêt d'un extrême à un autre. On passe direct de la magie pure à la folie pure, il n'y a pas d'autre mot. Mais on ne le refera pas comme on dit !

1979...une fin de décennie qui se finit tranquillement, en douceur et ce n'est pas plus mal. La question est maintenant de savoir comment va se faire la transition aux années 80...

1981...on aurait pu penser qu'en tant que pur produit des années 70, la transition aux années 80 serait violente et surtout fatale. Pour l'instant, ça se passe plutôt pas mal...

1981...il n'aura jamais été aussi efficace que dans l'Intimiste. Une nouvelle preuve avec ce titre qui fonctionne parfaitement et lui permet de se maintenir dans la cour des Grands avec une facilité évidente !

1982...il a su s'adapter aux nouvelles tendances et ça paie. Certes, il ne finira pas en haut des Charts mais ce qu'il continue à proposer tient largement la route et c'est ça l'essentiel !

1982...après une décennie 70 ou il aura alterné le pire comme le meilleur, la décennie 80 le voit apaisé et nettement plus structuré. La décennie de la pleine et totale maturité !

1983...des titres rythmés, enjoués, tout en étant légers et aériens comme on les aime. Fini les élucubrations et les délires endiablés, tout ce qu'il produit dorénavant est des plus aboutis !

1985...ce qui restera incontestablement son plus gros succès de la décennie. Un excellent titre qui prouve qu'il va encore falloir compter sur lui dans les années qui viennent, c'est clair !

1986...et même quand il repart dans le barré, c'est structuré et ça colle parfaitement à l'air du temps. Espérons que ça dure...

1990...après une fin de décennie 80 pour le moins en demi-teinte, le voici de retour en cette année 1990 dans une forme certaine. Il livre ici un titre qui tient parfaitement la route et qui montre qu'il ne compte pas s'arrêter en si bon chemin...

1990...il a perdu ce grain de folie qui le caractérisait pendant la décennie 70 au profit d'un style plus ajusté à son époque. Qui s'en plaindrait...

1990...un excellent début de décennie 90 qui le voit particulièrement inspiré, c'est le moins que l'on puisse dire. Quand on repense à ce qu'il faisait durant les années 70, c'est carrément le grand écart !

1992...une aventure qui continue, vaille que vaille, année après année, décennie après décennie. C'est qui est sur, c'est que ce qu'il continue de proposer est loin d'être ridicule !

1993...encore un joli titre, tout simple mais à la mélodie taillée sur mesure. Le Charlebois des années 90 n'a plus vraiment grand chose à voir avec le Charlebois d'avant, c'est clair

1997...l'on se doutait quand même qu'à un moment donné, la belle aventure allait tirer à sa fin. Certes, on n'y est pas tout à fait encore mais l'on s'en rapproche doucement mais surement. Mais quoi qu'il en soit, que l'aventure fut belle !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article