Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Julio Iglesias, né Julio José Iglesias De La Cueva, est un compositeur-interprète espagnol dont la particularité, hormis la carrière artistique particulièrement faste, est d’avoir été également footballeur professionnel en tant que gardien de but du Réal de Madrid, rien que ça !

Mais il peut également se vanter d’être l’artiste ayant chanté dans le plus grand nombre de langue à ce jour et d’être également l’artiste d’origine Latine ayant vendu le plus de disque au monde avec pas moins de 250 millions de disques vendus dans 14 langues différentes !

C’est un accident de la route qui va ruiner sa carrière sportive et le forcer à se reconvertir dans la chanson, un accident de la route qui va l’empêcher de marcher pendant 2 ans et lui laissera de nombreuses séquelles. C’est pendant sa convalescence qu’une infirmière va lui procurer une guitare pour l’aider à retrouver la dextérité de ses mains. Et c’est en apprenant à en jouer  qu’il va se découvrir  un talent certain pour la musique.

C’est en 1968 que démarre réellement sa carrière artistique lorsqu’il remporte le Festival International De La Chanson de Benidorm avec une chanson nommée « La vida sigue igual ». Un titre qui lui permet d’être remarqué par le label Discos Columbia, filiale espagnole du label mondialement connu Columbia Records. Label qui lui permet de sortir un an plus tard en 1969 son premier album nommé « Yo canto ».

Album qui va faire un véritable carton en Espagne et propulser le jeune chanteur sur le devant de la scène de façon fracassante. A tel point qu’il est choisi pour représenter l’Espagne au Concours de l’Eurovision en 1970, concours où il va finir à la très honorable 4ème place avec un titre nommé « Gwendolyne ». Le même titre qui va finir N°1 des Charts espagnols cette année là.

C’est à partir de 1971 que sa renommée commence à dépasser les frontières espagnoles lorsque sort le titre « Un canto à Galicia », titre qui va le faire connaitre sur tout le Vieux Continent. Un titre qui se vendra à plus d’un million d’exemplaires rien qu’en Allemagne ! Succès européen confirmé en 1972 avec le titre « Rio Rebelde » qui, lui aussi, va connaitre les faveurs du public.

Un tournant majeur a lieu à partir de l’année 1974 lorsque sort le titre « Manuela », titre qui va le propulser à un niveau de notoriété planétaire sans précédent pour lui. Nouveaux succès notoires avec la sortie des album s« A mis 33 anos » en 1977 et « Emociones » en 1978, deux album qui marcheont principalement dans tous les pays à langage hispanique. Deux albums qui, paradoxalement, ne produiront aucun hit majeur.

La toute fin de décennie 70 le voit changer de stratégie, une stratégie nettement plus mondialiste qui le voit ainsi commencer à chanter dans différentes langues, dont le français. Une ré-orientation qui lui profite notamment sur des titres comme « Pauvres diables » mais aussi, et surtout, « Je n’ai pas changé », deux énormissimes singles extraits de l’album « A vous les femmes », qui sortent tous deux en 1979 et qui lui permettent de devenir une véritable star en France.

Le début de décennie 80 le voit sortir l’album « Hey ! », album qui devient son premier gros succès Outre-Atlantique. Album qui produira principalement le single du même nom. Dans le même temps, il sort l’album « Sentimental », album qui le voit triompher une nouvelle fois dans l’hexagone avec le titre « Il faut toujours un perdant ».

L’année 1981 voit la sortie de 2 albums :  « De niña a mujer », album en hommage à sa fille et « Begin the beguine », deux albums qui lui permettent d’enregistrer ses premiers gros succès Outre-Manche. Albums qui produiront principalement les titres « Begin the beguine » et « Quiéreme mucho (Yours) ».

Succès confirmé et amplifié un an plus tard en 1982 avec la sortie de l’album « Momentos », album qui hisse l’artiste à un niveau de popularité mondiale sans précédent. Le chanteur devient l’un des plus gros phénomènes du moment notamment grâce au titre « Amor ».

Mais c’est sans compter sur l’album « 1100 Bel Air Place » qui sort quant à lui en 1984, album qui va faire un véritable malheur dans toute la sphère anglo-saxonne, se vendre à plus de 3 millions d’exemplaires rien qu’aux Etats-Unis et produire le méga hit « To all the girls I’ve loved before ». Single phare de l’album qu’il interprète en duo avec Willie Nelson.

L’album produira un autre top hit avec le titre « All of you » qu’il interprétera toujours en duo mais cette fois-ci avec une femme et pas des moindres puisqu’il s’agira de Diana Ross.

Nouvel album à succès en 1985 avec « Libra », album qui paradoxalement ne produira aucun hit digne de ce nom. Il va donc falloir attendre la sortie de l’album « Un hombre solo » en 1987 pour le voir revenir de façon fracassante dans la course grâce aux singles « Lo mejor de tu vida » et « Que no se rompa la noche ».

Nouveau duo de luxe en 1988 avec Stevie Wonder sur le titre « My love », titre extrait de l’album « Non stop ». Album et singles qui lui offrent une nouvelle étoile de grande classe à son palmarès déjà passablement fourni.

Une fin de décennie 80 qui voit la sortie d’un nouvel album « Raices », album qui tirera péniblement son épingle du jeu et qui ne produira qu’un hit mineur avec le titre « Caballo viejo ». Une décennie 80 qui s’achèvera de façon nettement moins brillante qu’elle n‘avait commencé.

La décennie suivante commence elle de façon nettement plus favorable avec la sortie en 1990 de l’album « Starry night », album au succès certain mais qui, une nouvelle fois, peinera à produire un quelconque hit.

L’album « Calor » qui sort 2 ans plus tard en 1992 ne fera pas vraiment mieux et il va donc falloir attendre la sortie de l’album « Crazy » en 1994 pour le voir enfin renouer avec le succès côté singles grâce à l’énormissime single qui porte le nom de l’album.

Nouveaux gros succès côté albums avec les sorties de « La carretera » en 1995 mais aussi, et surtout, « Tango » en 1996. Mais comme la plupart des albums précédents, ils ne produiront quasiment aucun hit de classe planétaire.

Malgré cela, la belle aventure continuera la décennie suivante mais ça, c’est une autre histoire…

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • La vida sigue igual 1968
  • No llores, mi amor 1968
  • Yo canto 1969
  • Chiquilla 1970
  • Gwendolyne1970
  • En un rincón del desván 1971
  • Un canto a Galicia 1971
  • Rio Rebelde 1972
  • Minueto 1973
  • A flor de piel 1974
  • Manuela 1974
  • Abrázame 1975
  • Quiero 1975
  • El amor 1975
  • Júrame 1976
  • Soy un truhán, soy un señor 1977
  • Le monde est fou, le monde est beau 1978
  • Me olvidé de vivir 1978
  • Quiéreme 1978
  • Pauvres diables 1979
  • Où est passé ma bohème ? 1979
  • Je n'ai pas changé 1979
  • Il faut toujours un perdant 1980
  • Begin the beguine 1981
  • De niña a mujer 1981
  • Quiéreme mucho (Yours) 1981
  • Amor 1982
  • All of you 1984
  • Moonlight lady 1984
  • To all the girls I’ve loved before 1984
  • Ni te tengo, ni te olvido 1985
  • Intentando otra vez enamorarte 1987
  • Lo major de tu vida 1987
  • Que no se rompa la noche 1987
  • I know it's over 1988
  • My love 1988
  • Caballo viejo/Bamboléo 1989
  • Crazy 1994
  • Fragile 1994
  • When you tell me that you love me 1994
  • Agua dulce, agua salá 1995
  • Baila morena 1995
  • La carretera 1995
  • El dia que me quieras 1996
  • Pudes llegar 1996
  • La gota fria 1998
Pour toutes les filles qu'il a aimé avant...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1968...terminée la carrière professionnelle de footballeur, bienvenue dans la carrière de chanteur. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le destin lui a fait un sacré cadeau en le faisant arrêter le foot...

1968...il est clair qu'il a toujours été fait pour être chanteur. Son talent crève l'écran, tout comme son physique des plus avantageux. Et ce n'est que le début !

1969...une décennie 60 qui l'a vu éclore et durant laquelle il se sera très rapidement imposé comme l'une des grosses révélations du moment...

1970....un positionnement sur le registre ballade romantique de plus en plus évident. Et qui va devenir très rapidement sa Marque de Fabrique...

1970...le concours qui va lui permettre d’apparaître pour la première fois sur la scène internationale. Même s'il ne gagera pas ce concours de l'Eurovision, il aura quand même tout gagné au niveau notoriété...

1971...une année de transition qui va lui permettre de capitaliser sur l'Eurovision et surtout de commencer à faire sérieusement parler de lui à l'International...

1971...et son premier succès à l'International, le voilà. L'on sentait bien qu'il ne lui manquait vraiment pas grand chose pour passer dans la cour des Grands...

1972...la montée en puissance est évidente mais il lui manque encore LE titre qui va faire exploser sa notoriété. Patience, patience...

1973...ce ne sera pas encore pour ce coup là. Mais il est clair que tout est prêt désormais pour le grand feu d'artifice...

1974...une année 1974 qui démarre tranquillement et qui va se finir en apothéose. Ça commence vraiment à sentir bon tout ça...

1974...la fin d'année en apothéose, la voilà ! Il livre ici un énormissime titre qui va faire littéralement exploser sa carrière, au sens propre comme au sens figuré. La légende Julio est désormais en marche!

1975...rien, ni personne, ne pourra désormais arrêter l’ascension du chanteur vers les sommets. Surtout quand on voit, surtout qu'on entend, la qualité mélodique des titres qu'il produit désormais. MA-GI-QUE !

1975...même si son fond de commerce restera toujours l'Intimiste haut de gamme, force est de constater qu'il assure aussi tout particulièrement dans le registre Festif avec cette reprise pour le moins étonnante du titre phare de Narciso Yepes "Romance" (qui restera pour toujours l'incroyable BO du film 'Jeux interdits'). Une polyvalence affichée digne des plus Grands !

1975...quand Julio revisite du Daniel Guichard datant de 1973. Et oui, à ce stade, le premier est un peu moins connu que le second. Chose qui ne va pas durer bien sur...

1976...le style 'Julio' est désormais parfaitement en place. Il ne lui reste plus qu'à dérouler et pour dérouler, ça, ça va dérouler. Et le mot est faible...

1977...un style 'Latin lover' vraiment unique qui restera pour toujours son point fort. Ce qui est sur, c'est que jamais personne n'arrivera à rivaliser avec lui...

1978...la version francisée de son titre 'A veces tu, a veces yo' datant de 1975. Une version française qui va presque supplanter l'original. C'est pour dire...

1978...cette fois-ci Julio revisite du Johnny Hallyday datant de l'année précédente. Cette version de "J'ai oublié de vivre' tient parfaitement la route, c'est le moins qu'on puisse dire !

1978...le voici qui s'essaye même au Disco, dernières tendances obligent. Et ma foi, même dans ce domaine, il assure. Une polyvalence de style digne des plus Grands...

1979...LE titre qui va faire littéralement exploser sa notoriété en France. Il devient avec ce titre la coqueluche des ménagères de moins de 50 ans et c'est parti pour durer quelques années. E-NOR-MI-SSIME !

1979...chaque titre qui sort se transforme immédiatement en or massif. Du moins ceux sortis dans l'hexagone...

1979...mais s'il y a bien 1 titre qui restera pour toujours le symbole de sa toute puissance, c'est bien ce titre. Au summum de son pouvoir d'attraction, il livre ici un titre tout simple mais à l'efficacité ô combien redoutable !

1980...mais c'est sans compter sur CE titre. Il assoit définitivement sa domination complète sur le paysage musical français du moment et ne compte surement pas s’arrêter en si bon chemin

1981...il faut remonter à 1938 pour trouver l'original de cette chanson, c'est pour dire. Cette version revisité du titre d'Artie Shaw And His Orchestra tient fort bien la route et permet au bellâtre d'obtenir son premier méga succès de la décennie

1981...une jolie ballade toute simple qui ne restera pas comme son plus gros succès mais qui tient largement la route. On s'en contentera...

1981...dans la série des titres qui remontent à la création du monde, voici venir cette version revisitée d'un titre originaire d'Espagne datant des années 1910. Et comme toutes les reprises qu'il a proposé jusqu'alors, ça fonctionne une nouvelle fois !

1982...nouvelle version revisitée d'un titre des temps anciens. Cette fois-ci, c'est le titre de Gabriel Ruiz, dont la première version date de 1944 et a été interprétée par Bing Crosby, qu'il remet au gout du jour. Bonne pioche une nouvelle fois !

1984...après une année 1983 en demi-teinte, le chanteur revient en force en cette année 1984 et nous livre sur un plateau ce duo taillé sur mesure. Forcément, avec une partenaire du calibre de Diana Ross, l'on se doutait que le résultat serait énorme. Et il l'est forcément !

1984...une GROSSE année 1984 avec pléthore de titres et un Julio au meilleur de sa forme. Dans ces conditions, le succès ne peut qu'être au rendez-vous. Et pas du succès low cost, du succès XXL !

1984...des duos qui lui portent décidément chance, et peu importe que ce soit un homme ou une femme. Il revisite ici le titre d'Albert Hammond datant de 1975 et décroche un nouveau méga hit au passage. Méga hit qui sera le dernier malheureusement...

1985...après une année 1984 où tout lui aura souri, l'année 1985 va paraître quelque peu pâlichonne avec un niveau de succès en chute libre. Et pourtant, il est loin de démériter. La preuve avec ce titre Intimiste de haute facture...

1987...nouveau trou d'air durant l'année 1986 et retour dans une forme certaine en cette année 1987. Malheureusement, ça ne suffira pas à inverser la tendance durablement...

1987...seul les Etats-Unis lui accordent encore un peu d'attention. Il est clair que le meilleur est désormais derrière lui. Ce qui faisait sa force hier fait désormais sa faiblesse en cette fin de décennie...

1987...son style est vraiment désormais désuet. A l'heure des boites à rythmes et du tout électronique, force est de constater qu'il ne peut plus lutter à armes égales...

1988...il essaye tout de même de coller un minimum aux dernières tendances du moment mais le retard pris avec la concurrence est désormais impossible à combler...

1988...c'est un nouveau duo de luxe qui va sauver sa fin de décennie. Tous les méga hits qu'il aura obtenu durant cette décennie 80 l'auront été à 2. Merci les copains et les copines !

1989...il tente le tout pour le tout en s'essayant à la musique Gitane. Malheureusement, n'est pas Gipsy King qui veut. Bien tenté mais cela ne suffira pas pour le remettre à flot...

1994...la décennie 80 se sera révélée nettement plus compliquée à traverser que prévue pour le bellâtre. La décennie 90 le sera encore plus. Il sauvera les meubles avec cette reprise du titre de Billie Nelson écrit pour Patsy Cline et datant de 1961. Merci une nouvelle fois les copains !

1994...alors, cette fois-ci, Julio, on dit merci qui ? Et bien merci Sting ! Malgré cela, même les duos de stars ne paient plus et le succès de ce titre sera des plus limités...

1994...celui-ci ne fera pas mieux malheureusement. Les duos de luxe ont atteint leur limite le concernant et cela ne suffit plus à assurer le minimum. Quand ça ne veut plus, ça ne veut plus...

1995...il essaye d'explorer toutes les pistes possibles et s'essaye à tous les styles latinos possibles et imaginables. Cela part d'un bon sentiment mais il n'y plus que lui pour y croire...

1995...une aventure qui continue vaille que vaille. On ne peut que saluer cette volonté d'avancer encore et encore et ce malgré une désaffection évidente de la part du public...

1995...il est clair qu'on se rapproche de plus en plus de la porte de sortie mais avec lui, tout est toujours possible. Surtout quand il livre des titres de cette qualité...

1996...il est clair que le meilleur est derrière mais cela ne l'empêche pas de continuer à nous livrer des titres à la qualité plus que certaine. Jamais fini le Julio !

1996...c'est encore mieux à plusieurs ! Plus on est de fous, plus on rit ! Le genre de réunion qui produit souvent des titres d'exception. Bon, ce ne sera pas le cas pour celui-ci mais il tient largement la route !

1998...une décennie 90 qui l'aura vu ne jamais baisser les bras. Une volonté de ne rien lâcher qui force le respect et qui montre surtout qu'avec lui, tout est possible. Rendez-vous donc la décennie prochaine...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article