Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Shakin’ Stevens, de son vrai nom Michael Barratt, est un compositeur-interprète gallois qui fait un premier pas dans la carrière artistique en créant un groupe de rock’n’roll avec des copains d’école au milieu des années 60. Groupe qui s’appellera The Oympics, puis The Cossacks pour finir par s’appeler The Denims. Groupe éphémère qui connaitra tout de même son heure de gloire du côté de Cardiff…

C’est plutôt au sein des Backbeats, qu’il intègre en fin de décennie 60, qu’il va commencer à faire parler de lui et qu’il va surtout prendre pour la première fois le nom de Shakin‘ Stevens. Le groupe va rapidement être rebaptisé Shakin’s Stevens And The Sunsets et produire un album nommé « A legend » en 1970, album qui ne connaitra qu’un succès très modeste.

Toujours à la fin de la décennie, il intègre la comédie musicale « Elvis ! » pour y tenir l’un des rôles principaux. Une 2ème occupation qui va prendre rapidement le pas sur la 1ère et le forcer à quitter le vaisseau Shakin’s Stevens And The Sunsets. Un rôle qui va lui permettre de passer souvent dans des shows télévisés et qui va lui apporter rapidement un début de renommée quasi planétaire.

Une forte exposition médiatique qui lui permet de signer rapidement avec le label Epic, lequel lui permet d’enregistrer son premier album solo « Take one ! » en 1980. Album qui va produire son premier single classé avec le titre « Hot dog ».

Un succès qui se confirme, et surtout s’amplifie considérablement un an plus tard en 1981 lorsque sort l’album « This ole house », album qui produira principalement le single phare du nom de l’album. Un single qui va faire un véritable carton planétaire et faire littéralement exploser la notoriété du chanteur.

Une année 1981 exceptionnelle en tous poins pour lui puisque sort dans la foulée l’album « Shaky », album qui va faire encore plus fort que son prédécesseur et reste à ce jour son plus gros succès discographique côté album. Album aux 3 mégas hits que sont « Green door”, “It’s raining » mais aussi, et surtout, l’énormissime single « You drive me crazy » qui va mettre le feu à tous les Dancefloor de la planète.

Une aventure incroyable qui continue en 1982 avec la sortie de l’album « Give me your heart tonight », album au succès moindre mais au succès conséquent tout de même. Album porté à bout de bras par le single phare « Oh Julie », single qui va devenir le plus gros succès du chanteur dans cette catégorie.

Nouvel album « The bob won’t stop » un an plus tard en 1983, album qui confirme un début de déclin certain dans les Charts mais qui va tout de même produire deux top singles que sont « Cry just a little bit » et « A rockin’ good way » .

L’album « Lipstick, powder and paint » sort quant à lui en 1985 et confirme la tendance de fond à savoir que le chanteur fait de moins en moins recette. Il sauvera tout de même les meubles avec le single du nom de l’album, single qui sera le dernier succès notoire de l’artiste.

D’autres albums sortiront par la suite mais le chanteur ne retrouvera jamais plus le niveau de succès incroyable rencontré au début de la décennie.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Spirit of Woodstock 1970
  • Jungle rock 1976
  • Somebody touched me 1977
  • Treat her right 1978
  • Hot dog 1980
  • Marie, Marie 1980
  • This ole house 1981
  • You drive me crazy 1981
  • Green door 1981
  • It's raining 1981
  • Oh Julie 1982
  • Shirley 1982
  • Give me your heart tonight 1982
  • I'll be satisfied 1982
  • It's late 1983
  • Cry just a little bit 1983
  • A rockin’ good way 1983
  • A Love Worth Waiting For 1984
  • A letter to you 1984
  • Teardrops 1984
  • Breaking up my heart 1985
  • Lipstick, powder and paint 1985
  • Merry Christmas everyone 1985
  • Turning away 1986
  • Because I love you 1986
  • A little boogie woogie (In the back of my mind) 1987
  • Come see about me 1987
  • What do you want to make those eyes at me for ? 1987
  • Feel the need in me 1988
  • How many tears can you hide 1988
  • Jezebel 1989
  • Love attack 1989
  • I might 1990
  • Yes I do 1990
  • Pink Champagne 1990
  • The best Christmas of them all 1990
  • I'll be home this Christmas 1991
  • Radio 1992
  • Trouble 2005
Une fille l'a rendu fou...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1970...les tous premiers pas. Des premiers pas pour le moins confidentiels et qui ne laissent en rien augurer de l'énormissime réussite qui attend le chanteur dans les années à venir...

1976...il va passer la majeure partie de la décennie 70 à courir après le succès. Sans pour autant le trouver. Il va donc falloir être patient...

1977...un succès qui se rapproche doucement mais surement. A commencer par ce titre qui permet au jeune chanteur de commencer sérieusement à faire parler de lui...

1978...ce qui est clair, c'est qu'il ne percera pas durant cette décennie. Les bases sont posées, certes, mais pas suffisantes pour lui permettre d'accéder à la cour des Grands...

1980...l'année de la révélation avec un premier succès Outre-Manche, enfin. Une décennie 80 qui va le voir réellement éclore et surtout littéralement exploser !

1980...un succès qui s'étend maintenant à toute l'Europe. Il lui aura fallu du temps pour accéder à la cour des Grands mais maintenant qu'il y est, il compte y faire tout sauf de la figuration !

1981...en seulement 2 ans, il va littéralement exploser sur la scène internationale. A commencer par ce titre, en vérité une reprise du titre de Stuart Hamblen datant de 1954, titre qui lui permet d'obtenir son premier méga hit planétaire

1981...mais c'est CE titre qui va faire littéralement exploser sa notoriété à l'international. Il livre ici l'un des plus gros titres de sa carrière et en profite pour mettre le feu à tous les Dancefloor de la planète. MA-GIS-TRAL !

1981...une année 1981 exceptionnelle en tous points. Le chanteur aligne de façon incroyable les mégas hits avec une facilité des plus déconcertantes et s'impose de façon incontestable comme l'un des plus gros phénomènes du moment

1981...3 méga hits et 1 top hit en une seule année, qui dit mieux ?! Certes, il livre ici une nouvelle copie de luxe mais une nouvelle fois, ça fonctionne parfaitement. Cette version revisitée du titre d'Irma Thomas datant de 1961 n'a pas grand chose à envier à l'original...

1982...LE titre de la consécration. Toujours dans ce style RockaBilly totalement improbable pour l'époque mais qu'il a su parfaitement remettre au gout du jour. Qui l'eut cru !

1982...quand une recette fonctionne parfaitement, pourquoi en changer ? Il continue donc sur sa lancée et compte ne rien changer pour l'instant. Et ça marche !

1982...dans cette décennie 80 où le synthétiseur règne en maître incontesté, il fait vraiment figure d'extra-terrestre. Pari osé mais pari gagnant pour l'instant !

1982...on se dit qu'après 2 années passées à tutoyer les étoiles dans un style totalement improbable, la belle aventure risque de tourner court. C'est bien mal le connaitre. Il lui suffit simplement de faire du neuf avec du vieux et ça fonctionne ! La preuve avec cette reprise de luxe du titre de Jackie Wilson datant de 1959...

1983...et c'est reparti pour la grand show ! Rien, ni personne, n'est en mesure d'arrêter le rouleau compresseur Stevens surtout quand il copie un titre de Ricky Nelson datant de 1959 !

1983...encore l'un de ses titres parmi les plus emblématiques. Non seulement il se maintient en haut de l'affiche avec une facilité déconcertante mais il arrive en plus à durer avec un style qui aurait du le marginaliser depuis belle lurette...

1983...les reprises de luxe, c'est encore mieux à 2 ! Duo de choc et surtout de charme sur cette version revisitée du titre de Priscilla Bowman datant de 1958 et surtout méga hit planétaire à la clé !

1984...la belle aventure continue avec ce titre et surtout ce nouveau succès. Il entame sa 4ème année sans complexe et ne compte surement pas s'arrêter en si bon chemin...

1984...rien ne change, et surtout, tout est sous contrôle. Le public suit une nouvelle fois sur ce titre alors pourquoi changer quoi que ce soit...

1984...il signe ici un Ultimate Slow de grande classe, en mode Crooner des années 50. Et vu le niveau de succès encore atteint par ce titre, personne ne se risquerait à le traiter de ringard...

1985...quelque chose a changé, c'est clair. Autant dans le style que dans la sonorité. Renversement de situation durable ou éphémère. C'est l'avenir qui va le dire...

1985...chassez le naturel, il revient au galop. La remise au gout du jour n'aura pas duré longtemps, c'est clair. Que va donner la suite, bonne question...

1985...ah, il ne lui manquait plus que la chanson de Noel pour compléter un palmarès déjà copieusement fourni. C'est désormais chose faite !

1986...une version revisitée du titre de Crystal Gayle datant de 1984 pour le moins réussie ! La copie égale, si ce n'est dépasse l'original, force est de constater. De l'excellent travail !

1986...une pause Intimiste qui fait du bien et qui montre surtout qu'il peut faire autre chose. Une autre facette de son talent qu'il aurait vraiment été dommage d'occulter !

1987...une magnifique aventure qui va commencer à se gripper à partir de cette année 1987 et ce malgré cette version revisitée pour le moins réussie du titre de Garry Glitter datant de 1977. Il y a le AVANT ce titre et il y a le APRES. Et le APRES va lui être nettement moins favorable...

1987...le niveau de succès est en chute libre dans les Charts et n'a plus rien à voir avec ce qu'il était quelques années plus tôt. Cette fois-ci, son style est bel et bien passé de mode...

1987...encore une version revisite cette fois-ci d'un titre datant de 1917, titre interprétée à l'époque par une certaine Ada Jones. Et sur ce coup là, le chanteur s'en tire un peu mieux que prévu et revient le temps d'un instant dans la course...

1988...un titre survolté au demeurant fort sympathique mais passera quelque peu sous les radars. Comme la plupart des titres à venir malheureusement...

1988...une année 1988 qui le voit vraiment à la peine dans les Charts. Et pourtant il tente de s'adapter aux dernières tendances tout en gardant une partie de son style de base. Une adaptation insuffisante à ce stade...

1989...cette fois-ci c'est le titre de Frankie Laine datant de 1951 qu'il remet au gout du jour. Cette version revisitée ne changera pas la donne mais a le mérite d'exister comme on dit...

1989...encore un titre qui file à la vitesse de la lumière, une constante chez lui. Mais comme on dit, il ne faut pas confondre vitesse et précipitation...

1990...20 ans de carrière, déjà ! Et le voilà qui entame la décennie 90 sans complexe et sans trop se poser de questions. A tort ou à raison. Sur ce coup là, l'histoire va plutôt aller dans son sens...

1990...une année 1990 qui sera sa dernière année d'envergure. Il est clair que désormais les meilleures années sont derrière. Les choses vont sérieusement se compliquer par la suite...

1990...ce qui ne l'empêche pas de continuer à produire un nombre de titres pour le moins impressionnant. Surtout en cette année 1990. Le baroud d'honneur comme on dit...?

1990...on se rapproche de plus en plus de la porte de sortie. Il résiste contre vents et marées mais il est clair qu'il fait plus désormais de la figuration qu'autre chose...

1991...il est loin d'être ridicule mais comment réussir à exister durant cette décennie 90 avec un style typé 'années 50'. Pari fou et surtout pari perdu d'avance !

1992...il continue à y croire mais il n'y a bien que lui pour le faire. La messe est dite depuis belle lurette mais il est bien le seul à ne pas en prendre conscience. Ce titre signe la fin officielle d'une carrière pour le moins exceptionnelle et qui aura fait de ce chanteur l'un des chanteurs phare de cette fin de XXième siècle...

2005...quand Shakin reprend du Pink, qui l'eut cru ?! Il revisite ici le morceau de la chanteuse sorti 2 ans auparavant et la copie vaut presque l'original. Jamais fini le Shakin !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article