Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Radio 80

Made In 80

 

 

 

 

Publié par Nostradam

James Brown, connu également sous les surnoms de « Godfather Of Soul », « Mr. Dynamite » et autre « Soul Brother N°1 », fut un compositeur-interprète américain qui pouvait se vanter d’avoir classé pas moins de 17 singles N°1 dans les Charts R&B américains, rien que ça ! Mais paradoxalement, il détient également le record du plus grand nombre de singles classé dans le Billboard Hot 100 n’ayant jamais atteint la place de N°1…

Chanteur au talent des plus précoces, il commence à se faire remarquer dès l’âge de 11 ans en remportant un concours de chants local avec un titre nommé « So long ». Lé début d’une belle aventure qui prend une tournure un peu moins glorieuse lorsqu’il est arrêté à l’âge de 16 ans pour vol et envoyé au pénitencier pour mineurs de Toccoa.

Fait incroyable, il a l’idée de monter un quatuor Gospel durant cette incarcération avec 4 autres prisonniers dont un certain Johnny Terry. Pari risqué mais pari gagné car cela va lui permettre de se faire remarquer de façon pour le moins positive et d’obtenir rapidement une libération anticipée…

On le retrouve à partir de l’année 1954 au sein d’un groupe R&B nommé Avons, lequel sera rapidement rebaptisé Toccoa Band puis The Flames. Groupe qui va commencer à rayonner sur les campus universitaires de Géorgie et de Caroline du Sud.

Un an plus tard, le groupe va prendre ne nom de The Famous Flames et c’est en 1956 que la carrière du groupe va décoller pour de bon avec la sortie du titre « Please, please, please ». Titre qui va se vendre à plus d’un million d’exemplaires !

Une montée en puissance qui va s’accélérer à partir de l’année 1958 avec la sortie du single « Try me ». Une montée en puissance qui va passer un nouveau pallier durant la décennie 60 avec la sortie de plusieurs singles de gros calibre que sont « Think » en 1960, « Bewildered » en 1961, « Night train » en 1962, « Prisoner of love » en 1963 et « Out of sight » en 1964.

Une année 1964 qui voit le groupe effectuer une performance qui fera date lors du film concert T.A.M.I. Show. La voix des Flames, la chorégraphie et le timing soignés ainsi que les mouvements de danse de Brown vont purement et simplement créer l’évènement et éclipser totalement un autre groupe présent pour le concert à savoir…les Rolling Stones !

La carrière solo de Brown trouve son véritable point de départ quant à elle en 1965 avec la sortie du titre « Papa’s got a brand new bag », titre qui va faire un véritable carton planétaire et propulser le jeune chanteur de façon fracassante sur le devant de la scène internationale. Année exceptionnelle qui le voit sortir dans la foulée le titre « I got you (I feel good) », titre qui va faire quasiment aussi fort que son prédécesseur.

Et comme si cela ne suffisait pas, il revient un an plus tard en 1966 avec le sublimissime titre « It’s a man’s man’s man’s world », titre qui restera comme l’un des joyaux de la décennie 60 et qui va le propulser à un niveau de notoriété planétaire qu’il n’aurait jamais imaginé.

Nouveau titre notoire en 1967 avec « Cold sweat », titre phare de sa discographie que certains critiques considèrent aujourd’hui comme l’un des titres précurseurs du futur courant Funk.  Un style ‘Brown’ qui s’impose de plus en plus comme unique autant au niveau musique qu’au niveau chant, notamment dans 2 nouveaux titres que sont « I got the feelin’ » en 1968 et « Mother ppcorn » en 1969.

Une carrière qui atteint son apogée en 1970 avec la sortie du désormais cultissime « Get up (I feel like being a) Sex Machine », titre qui restera incontestablement comme l’un de ses plus grands Chef d’œuvres si ce n’est le plus grand.

Une décennie 70 qui va s’avérer plus compliqué à gérer que prévue avec un James Brown qui décide de soutenir Richard Nixon pour l’élection présidentielle de 1972, soutien au détriment du candidat démocrate George McGovern. Un soutien qu’il va payer cher en termes de désaffection du public, notamment le public afro-américain. Sans compter des problèmes avec le Fisc américain qui lui réclame plus de 2 millions de dollars d’arriérés.

Il arrivera tout de même à sauver un tant soit peu les meubles avec des titres comme « Hot pants » en 1971, « The payback » et « My thang » en 1974 et « Get up offa thaht thing » en 1976.

Alors qu’on pensait que la messe était dite le concernant, il va effectuer un retour fracassant durant la décennie 80 avec l’un des titres phares de la BO du film Rocky IV à savoir l’énormissime « Living in America ». Le titre lui offre en 1985 l’un de ses plus gros succès planétaires et surtout le remet dans la course de façon spectaculaire.

Un retour en grâce qui lui permet de signer un nouveau titre d’envergure l’année suivante en 1986 avec le titre « Gravity ».

Il signera deux derniers titres de gros calibre en 1988 avec les singles « I’m real » et « Static ».

La suite sera nettement moins glorieuse avec un James Brown qui fera plus la une des faits divers durant sa dernière partie de vie.

Vie qui prendra fin le 25 Décembre 2006, date à laquelle il décédera à l’âge de 73 ans des suites d’une insuffisance cardiaque, elle-même liée à une pneumonie.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres…) :

  • Please, please, please 1956
  • Try me 1958
  • I want you so bad 1959
  • Think 1960
  • You've got the power 1960
  • Bewildered 1961
  • Baby you're right 1961
  • Night train 1962
  • Prisoner of love 1963
  • These foolish things 1963
  • Oh baby don't you weep 1964
  • Out of sight 1964
  • Try me 1965
  • Papa’s got a brand new bag 1965
  • I got you (I feel good) 1965
  • Ain't that a groove 1966
  • It’s a man’s man’s man’s world 1966
  • Bring it up 1967
  • Cold sweat 1967
  • I can't stand myself (When you touche me) 1967
  • I got the feelin' 1968
  • Say it loud - I'm black and I'm proud 1968
  • Give it up or turnit a loose 1969
  • Mother popcorn (You've got to have a mother for me) 1969
  • It's a new day 1970
  • Get up (I feel like being a) Sex Machine 1970
  • Super bad 1970
  • Hot pants 1971
  • Make it funky 1971
  • Talkin' loud and sayin' nothing 1972
  • King heroin 1972
  • Get on the good foot 1972
  • I got ants in my pants 1973
  • Sexy, sexy, sexy 1973
  • The payback 1974
  • Woman 1974
  • Reality 1975
  • Get up offa that thing 1976
  • Bodyheat 1976
  • Give me some skin 1977
  • The spank 1978
  • It’s too funky in here 1979
  • Rapp payback (Where iz moses) 1980
  • Stay with me 1981
  • Bring it on...bring it on 1983
  • Unity 1984
  • Living in America 1985
  • Gravity 1986
  • How do you stop 1987
  • I’m real 1988
  • Static 1988
  • Gimme your love 1989
  • (So tired of standing still we got to) Move on 1991
  • Can't get any harder 1993
  • Funk on Ah roll 1998
Mr. Dynamite...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1956...au début du commencement de la génèse. Qui imaginerait à cet instant que ce jeune chanteur survolté va devenir en quelques décennies une véritable légende...

1958...après un début de carrière pour le moins remarqué et une année 1956 qui l'aura vu obtenir un premier titre classé, le chanteur peine tout de même à confirmer tout le bien qu'on peut penser de lui durant l'année 1957. Il va donc falloir attendre l'année 1958 pour le voir revenir dans la course...

1959...ce qui est certain, c'est que ses prédispositions pour l'Intimiste sont évidentes. Et l'avenir va le prouver de façon pour le moins magistrale...

1960...ce qui ne l'empêche pas de faire également dans le rythmé et le festif. Cet artiste est donc complet et à toutes les raisons d'espérer de belles, voire de très belles réalisations par la suite...

1960...l'artiste monte en puissance de façon évidente et les titres classés commencent à s'enchainer. Certes, hits mineurs mais tout de même...

1961...le chanteur s'est imposé en seulement quelques années comme l'unes des valeurs sures du moment et ne compte surement pas en rester là. Quand on voit ce qui se profile à l'horizon, le meilleur est à venir le concernant, c'est certain...

1961...il va tout de même lui falloir encore quelque années pour espérer décrocher la timbale. Tout est réuni pour le grand feu d'artifice mais il doit désormais trouver le petit + qui va pouvoir faire toute la différence...

1962...la production de titres est pléthorique chaque année avec une moyenne de 3 à 4 titres minimum. Après, la quantité ne veut pas tout dire...

1963...année après année, titre après titre, le chanteur se rapproche doucement mais surement des 1ères places des Charts. Du moins, pour certains titres dont celui-ci car pour d'autres, c'est plutôt le passage 'à travers'...

1963...un savoir faire dans l'Intimiste qui se confirme lui aussi année après année. L'on se doute donc qu'il va forcément se passer quelque chose de grand, voire de très très grand dans les années à venir...

1964...pour le grand feu d'artifice, ce ne sera pas encore pour cette année 1964. Il va donc falloir être encore un peu patients...

1964...quoi qu'il en soit il continue sur un rythme endiablé au sens propre comme au sens figuré. Une marque de Fabrique qui sera sienne jusqu'à la fin...

1965...encore de l'Intimiste de gros calibre, un de plus. Une année 1965 qui démarre idéalement et qui pourrait nous réserver une énorme surprise...

1965...et l'énorme surprise, la voilà ! Il livre ici tout simplement un titre à l'efficacité redoutable et qui va devenir un énormissime hit planétaire. Un titre qui va le révéler de façon fracassante aux yeux du monde entier et du coup faire littéralement exploser sa notoriété à l'International !

1965...mais c'est sans compter sur CE titre ! En seulement 2 titres le chanteur sera devenu l'un des plus gros phénomènes planétaires du moment et compte bien profiter de l'énorme effet d'aspiration généré par ces 2 énormes succès pour monter encore un plus haut vers les étoiles !

1966...malheureusement, le soufflet va quelque peu retomber en ce début d'année 1966. Mais l'artiste ne se décourage pas pour autant et va rebondir de façon incroyable avec le titre suivant...

1966...ce qui restera incontestablement comme l'un de ses plus beaux titres. Il livre ici un titre Intimiste absolument incroyable et qui va marquer profondément la décennie 60, si ce n'est cette fin de XXième siècle. CHEF D'OEUVRE !

1967...impossible pour les titres suivants de rivaliser avec un joyau pareil tant la barre a été mise haute. Il faudra donc se contenter des miettes comme on dit...

1967...heureusement tout n'est pas perdu avec l'arrivée de ce titre. L'inspiration géniale de Brown va encore faire des merveilles et montrer de façon éclatante qu'il va falloir encore compter sur lui dans les années qui viennent !

1967...une belle année 1967 au final avec pléthore de titres et de la qualité à tous les étages. L'essentiel est préservé comme on dit !

1968...la production de titres reste à un niveau hallucinant et chaque titre qui sort est classé. Après, il y a les titres qui atteignent le sommet des Charts comme celui-ci et d'autres au destin plus banal...

1968...celui-ci connaitra aussi un joli parcour dans les Charts. Le problème avec le chanteur c'est que la production de titres est énorme avec bon nombre de titres qui se ressemblent. On ne retiendra que les meilleurs...

1969...même si les titres se ressemblent, l'engouement pour ce surdoué de la musique ne faiblit pas. La décennie 60 l'aura vu monter en puissance de façon phénoménale. Mais c'est la décennie 70 qui va le consacrer définitivement...

1969...une fin de décennie 60 qui le voit dérouler tranquillement sans trop forcer son talent. Il est clair qu'il ne peut pas produire des Chefs d'Œuvre à chaque titre. Il faudra donc attendre la décennie suivante pour voir arriver le prochain...Chef d'Œuvre justement

1970...il entame sa 3ème décennie au meilleur de sa forme. L'artiste maitrise parfaitement son sujet et le titre qui suit va le montrer de façon magistrale !

1970...le titre de la consécration, la vraie ! Cette fois-ci le chanteur décroche ici son ticket direct pour la postérité et grave dans le marbre son nom au Panthéon musical de cette fin de XXième siècle. MA-GIS-TRAL !

1970...comme toujours, un titre qui suit un titre d'exception ne peut que paraitre bien pale à côté. Celui-ci n'y fera pas exception...

1971...celui-ci par contre va connaitre un destin nettement plus favorable. Il faut dire qu'il s'est écoulé un an depuis 'Sex machine'. Ca aide...

1971...toujours ce style inimitable qui lui colle à la peau. Un style vraiment unique en son genre qui aura autant fait sa force que sa faiblesse...

1972...pour l'instant l'aventure continue de plus belle et voit l'artiste se maintenir dans le peloton de tête sans trop de difficultés. Espérons que ça dure...

1972...il aura connu la plupart de ses plus gros succès sur des titres particulièrement rythmés. Mais ce qu'il aura livré côté Intimiste vaut aussi largement le détour. Une nouvelle preuve avec ce titre...

1972...une GROSSE année 1972 avec une nouvelle pluie de titres à succès. Mais une nouvelle fois, de gros succès et de moins gros...

1973...le début de décennie l'a vu atteindre le sommet de la montagne mais il est clair qu'il va devoir maintenant en redescendre. Dure loi du métier...

1973...il est loin de démériter, c'est clair mais il n'arrive pas à se réinventer et reste bien à l'abri dans sa zone de confort. Stratégie totalement contre-productive...

1974...le fait de ne pas réussir à se réinventer va le contraindre à stagner dans les Charts et ce de façon durable. Jamais démodé mais plus jamais au top non plus...

1974...une très forte ressemblance avec "It's a man's man's man's world' qui montre une nouvelle fois sa difficulté désormais à faire du neuf. Attention à ne pas s'endormir sur ses lauriers...

1975...une deuxième partie de décennie 70 qui va se révéler nettement plus compliquée à gérer que prévue. Il faut dire que l'on sentait les problèmes, et surtout la désaffection progressive du public, arriver à grands pas...

1976...il va réussir à sauver les meubles durant cette année 1976 mais ce sera bel et bien la dernière année de la décennie 70 où il réussira à le faire. Attention danger...

1976...le second titre de gros calibre de l'année. Le tout grâce à une sonorité qui colle parfaitement aux dernières tendances du moment et qui lui permet surtout de montrer enfin un autre visage...

1977...le début de la dégringolade. Le chanteur n'est plus que l'ombre de lui-même et va désormais plus faire de la figuration qu'autre chose...

1978...il est plus que temps que la décennie s'achève car le chanteur n'arrive absolument pas à prendre la mesure de l'énormissime vague Disco qui est en train de tout submerger sur son passage. Sacré erreur d'appréciation...

1979...enfin un léger mieux. L'on peut donc espérer une éventuelle renaissance durant la décennie suivante. Affaire à suivre comme on dit...

1980...pour la renaissance, ce ne sera pas pour tout de suite. Mais il se pourrait bien qu'il nous réserve une énorme surprise en milieu de décennie...

1981...le chanteur remonte doucement mais surement vers la surface. La lumière au bout du tunnel n'est plus très loin à première vue...

1983...la production de titres a considérablement ralenti, force est de constater. Il faut dire que rien ne sert de produire pour produire...

1984...le choc des générations ! A un moment donné, il est clair qu'il faut tout tenter pour essayer de revenir dans la course. Y compris accepter de chanteur avec des p'tits jeunes qui ont au moins 20 ans de moins...

1985...et enfin le miracle arrive ! Alors que l'on pouvait craindre le pire le concernant, le voici qu'il renait de ses cendres de façon pour le moins spectaculaire. Il signe ici tout simplement l'un des plus gros hits Dance de la décennie et prouve de façon magistrale qu'avec lui rien n'est jamais fini. E-NOR-MI-SSIME !

1986...une renaissance inespérée qu'il confirme avec ce 2ème titre de gros calibre. Il aura mis du temps à s'adapter aux nouvelles tendances musicales mais maintenant que c'est fait, ça déroule !

1987...un milieu de décennie 80 qui le voit au meilleur de sa forme. A 50 ans passés, la performance est d'autant plus remarquable. Qui l'eut cru...?

1988...alors que tout semblait joué en fin de décennie 70, il aura réussi l'exploit de revenir en force durant cette décennie 80. Et de quelle manière !

1988...l'on se doute tout de même que ce retour en grâce ne va pas durer des décennies et des décennies. Mais ce qui est pris n'est plus à prendre....

1989...quand 2 des plus grandes gloires de la musique soul décident de pousser la chansonnette, l'on se doute que le résultat ne va pas être banal. Et il ne l'est pas forcément !

1991...on va même le retrouver la décennie suivante. Mais ce sera la décennie de trop, celle qui va le voir disparaitre des radars pour de bon...

1993...le monde musical a vraiment trop changé autour de lui et il est clair qu'un hypothétique retour n'est plus vraiment d'actualité. Une aventure incroyable qui arrive à son terme malheureusement...

1998...une aventure qui n'est pas encore tout à fait finie. Un peu plus de 40 ans après ses débuts, il livre ici un titre qui fera plus baroud d'honneur qu'autre chose. Mais quelle carrière et surtout quel talent !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article