Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Radio 80

Made In 80

 

 

 

Publié par Nostradam

Linda Ronstadt est une chanteuse américaine qui peut se vanter d’avoir remporté à ce jour pas moins de 11 Grammy Awards, 3 American Music Awards, 2 Academy of Country Music, 1 Emmy Award et 1 ALMA Award ! Chanteuse qui peut également se vanter d’avoir classé pas moins de 38 titres dans le Billboard Hot 100 américain et qui a également vendu pas moins de 100 millions de disques à travers le monde, rien que ça…

Artiste qui démarre sa carrière artistique de façon pour le moins précoce puisqu’on la retrouve à 14 ans au sein d’un trio qu’elle forme avec son frère Peter et sa sœur Gretchen. Trio qui connaitra un joli succès d’estime dans les environs de Tucson…

On la retrouve quelques années plus tard au sein des Stone Poneys, groupe qu’elle a formé avec un ami de Tucson Bobby Kimmel. Groupe qui sortira 3 albums entre 1967 et 1968 et qui ne passera pas inaperçu, loin de là, notamment grâce à l’énormissime titre « Different drum ». Titre qui reste encore à ce jour l’un des titres références de la chanteuse…

La carrière solo quant à elle démarre réellement à partir de l’année 1969, date à laquelle elle sort un premier album « Hand sown…Home grown ». Album au succès relatif mais à l’intérêt certain car considéré à ce jour comme le premier album féminin de Country alternative.

Le premier vrai succès arrive l’année suivante en 1970 avec la sortie remarquée de l’album « Silk purse ». Même si l’album ne satisfait pas pleinement la chanteuse, il va lui permettre en tout cas de décrocher son premier hit d’envergure avec le titre « Long, long time ».

Un succès grandissant qui n’empêche pas la chanteuse de découvrir que la concurrence masculine ne fait aucun cadeau en cette décennie 70 envers les jeunes chanteuses, en les rabaissant souvent au rang de chanteuse de seconde zone. Ou en refusant carrément de jouer pour elle…

Certains acceptent quand même de l’épauler comme les Swampwater ou les futurs Eagles dont le groupe naitra peu de temps après. C’est ainsi qu’on les retrouve en 1972 sur son troisième album, un album éponyme qui connaitra un succès un peu moindre que son prédécesseur car pauvre en single de gros calibre…

Les affaires reprennent l’année suivante avec la sortie en 1973 de l’album « Don’t cry now », album qui lui permet de remonter en tête de peloton de façon spectaculaire notamment grâce au titre « Love has no pride ». Une année 1973 qui la voit également rencontrer une certaine…Emmylou Harris avec laquelle elle va collaborer à de nombreuses reprises par la suite…

La carrière va soudainement s’emballer à partir de l’année 1974 avec la sortie en fanfare de l’album « Heart like a wheel », album qui lui offre pour la première fois une place de N°1 dans le Charts Albums. Et qui va également lui offrir son premier single N°1 dans le Billboard Hot 100 avec l’énormissime titre « You’re no good ».

A raison d’un album par an, c’est au tour de « Prisoner in disguise » de sortir l’année suivante en 1975, album au succès moindre mais qui s’en sortira in extremis grâce au succès du titre « The tracks of my tears ».

Le succès va s’étendre à toute la planète à partir de l’année 1976 avec la sortie de l’album « Hasten down the wind », album à la couverture particulièrement sexy et dont le single phare sera « That’ll be the day ».

Le début de consécration a lieu l’année suivante en 1977 avec la sortie de l’énormissime album « Simple dreams », album qui va se vendre à plus de 3 millions d’exemplaires en moins d’un an rien qu’aux Etats-Unis, un record pour une artiste féminine ! Album porté à bout de bras par 2 singles que sont « Bue bayou » et « It’s so easy », deux titres qui vont permettre à la chanteuse d’être la première artiste féminine à avoir réussi à classer 2 titres simultanément dans le Top10 du Billboard Hot 100, rien que ça !

Le succès est tel en cette fin de décennie 70 que la chanteuse est considérée comme l’artiste féminine la mieux payée du moment. Surtout que l’année 1978 la voit encore tout fracasser sur son passage avec l’album « Living in the USA », album dont le single phare sera « Back in the U.S.A. ».

En toute fin de décennie 70, elle avait déjà récolté 8 certifications ‘Or’, 6 ‘Platine’ et 4 ‘Multi-Platine’ coté albums, un véritable record pour l’époque !

Une aventure incroyable qui continue en début de décennie suivante avec la sortie de l’album en 1980 de l’album « Mad love ». Même si celui-ci à un niveau de succès moindre que ses prédécesseurs, il maintient quand même la chanteuse à un niveau de succès à en rendre jaloux plus d’un, en particulier grâce au titre « Hurt so bad »…

Une année 1980 qui la voit faire la couverture du magazine musical Rolling Stone pour…la 6ème fois, un nouveau record à mettre à son actif !

Fait nouveau et pas des moindres, elle décide de se lancer dans la comédie musicale la même année et c’est ainsi qu’on la retrouve dans la troupe de « The pirates of Penzance ». Et même dans ce registre si particulier elle va réussir d’emblée à s’imposer comme l’une des toutes meilleures du moment.

Retour en solo à partir de l’année 1982 avec l’album « Get closer », album qui la voit fléchir dans les Charts et ce pour la première fois depuis ses débuts. Un album qui sauvera les meubles grâce au single de gros calibre « I knew you when »…

L’album suivant « What’s new » qui sort l’année suivante en 1983 va la remettre sur le devant de la scène de façon pour le moins spectaculaire même s’il peinera à produire le moindre hit de très gros calibre. Les critiques sont particulièrement élogieuses sur ses prises de risque inattendues et l’album étonne par vraiment par son audace, y compris jusqu’à la pochette de l’album…

Les années se suivent mais ne se ressemblent pas forcément, la preuve avec sa relative contre-performance sur les albums « Lush life » en 1984 et « For sentimental reasons » en 1986. Deux albums au succès moyen, surtout le second et incapables surtout de produire de hits digne de la chanteuse…

L’année 1986 sera sauvée in extremis grâce à sa participation réussie dans la BO du film « An American tail », le tout sur un titre où elle partage l’affiche avec James Ingram.  

C’est un trio, et pas des moindres, qui va la remettre sous les feux de la rampe l’année suivante en 1987 grâce à son association le temps de l’album « Trio » avec Emmylou Harris et Dolly Parton. Une collaboration que les 3 chanteuses avaient déjà voulu tenter la décennie précédente mais qui n’avait pu voir le jour faute de temps à y consacrer pour les 3…

Une année 1987 qui la voit également sortir en solo l’album « Canciones de mi padre », un album où elle reprend des titres du folklore mexicain en hommage à certaines racines familiales. Un album qui ne produira aucun hit majeur mais qui va tout de même se vendre à plus de 2 millions d’exemplaires, faisant de cet album l’album non anglophone le plus vendu de l’histoire musicale américaine, rien que ça !

Elle va terminer la décennie 80 de la meilleure des manières avec la sortie ô combien réussie de l’album « Cry like a rainstorm, howl like the wind » en 1989. Album qui restera comme l’un de ses plus réussis notamment grâce à 2 singles de très gros calibre que sont « Don’t know much » et « All my life », deux titres où elle partagera l’affiche avec Aaron Neville.

On la retrouve une nouvelle fois en langue espagnole en début de décennie 90 sur les albums « Mas canciones » et « Frenesi », deux albums qui sortiront respectivement en 1991 et 1992. Deux albums au succès moyen à l’égal de leur prédécesseur sorti en 1987…

Retour en force et surtout en langue anglaise sur l’album suivant « Winter light » en 1993, et qui dit langue anglaise, dit normalement succès garanti. Ce qui ne va pas vraiment être le cas malgré des critiques pour le moins élogieuses. Seul le titre « Hearbeats accelerating » arrivera plus ou moins à tirer son épingle du jeu…

Album qui sera son dernier d’envergure car d’autres sortiront par la suite mais la chanteuse ne retrouvera jamais plus le niveau de succès incroyable qu’elle aura connu à la fin des années 70 et au début des années 80. Ce qui ne l’empêchera pas de rester dans l’histoire musicale de cette fin de XXIème siècle comme l’une des artistes parmi les plus douées de sa génération…

A découvrir ou redécouvrir.  

Discographie (entre autres...) :

  • Sweet summer blue and gold 1967
  • Different drum 1967
  • Up to my neck in high muddy water 1968
  • Baby you've been on my mind 1969
  • Will you love me tomorrow 1970
  • Long, long time 1970
  • (She’s a) Very lovely woman 1971
  • Rock me on the water 1972
  • Love has no pride 1973
  • Silver threads and golden needles 1974
  • Colorado 1974
  • I can't help it (If I'm still in love with you) 1974
  • You’re no good 1975
  • When will I be loved 1975
  • Heat wave 1975
  • Love is a rose 1975
  • The tracks of my tears 1975
  • It doesn’t matter anymore 1975
  • That’ll be the day 1976
  • Someone to lay down beside me 1976
  • Lose again 1977
  • Blue bayou 1977
  • It’s so easy 1977
  • Poor poor pitiful me 1977
  • Tumbling dice 1978
  • I never will marry 1978
  • Back in the U.S.A. 1978
  • Ooh baby baby 1978
  • Just one look 1979
  • Alison 1979
  • How do I make you 1980
  • Hurt so bad 1980
  • I can’t let go 1980
  • Get closer 1982
  • I knew you when 1982
  • Easy for you to say 1983
  • What’s new 1983
  • I’ve got a crush on you 1984
  • Skylark 1984
  • When I fall in love 1985
  • When you wish upon a star 1986
  • Somewhere out there 1986
  • To know him is to love him 1987
  • Telling me lies 1987
  • Those memories of you 1987
  • Wildflowers 1988
  • Don’t know much 1989
  • All my life 1989
  • When something is wrong with my baby 1990
  • Adios 1990
  • Dreams to dream 1991
  • Frenesi 1992
  • Perfidia 1992
  • Heartbeats accelerating 1993
  • Adonde voy 1994
  • Oh no not my baby 1994
  • Blue train 1995
  • Walk on 1995
  • Dedicated to the one I love 1996
  • If I should fall behind 1998
  • I go to pieces 1998
  • High sierra 1999
  • Feels like home 1999
  • The Christmas song 2000
  • Miss Otis regrets 2004
Fils d'argent et aiguilles d'or...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1967...les débuts timides d'une petite jeunette de 21 ans qui ne paie pas de mine comme on dit. Qui imaginerait à ce stade l'incroyable carrière qui l'attend derrière...

1967...il aura fallu très peu de temps pour qu'elle commence à faire parler d'elle. Certes, pour l'instant elle la joue en mode groupé mais il aura suffi d'un titre, ce titre, pour changer la donne...

1968...la carrière de la jeune Linda est bel et bien lancée et il lui faut juste trouver maintenant LE titre qui va pouvoir la démarquer de la masse. Laissons-lui encore un peu de temps...

1969...pour le grand décollage, il va falloir attendre encore un peu. Il n'aura pas lieu durant cette décennie 60 mais il se pourrait que les choses évoluent rapidement et forcément dans le bon sens...

1970...le début d'une décennie qui va se révéler exceptionnelle à tous points de vue pour l'artiste. Mais elle ne le sait pas encore forcément...

1970...c'est sur ce titre tout en finesse que les lignes vont sérieusement commencer à bouger. Un titre qui lui offre un premier succès d'envergure et qui n'est que le début d'une longue, très longue série de succès justement...

1971...le succès va monter crescendo d'année en année grâce à une montée en puissance lente mais régulière. Le scénario idéale pour éviter une montée trop rapide et une redescente derrière en conséquence...

1972...tout est réuni désormais pour le grand décollage. Toutes les bases sont posées et la jeune chanteuse n'a plus qu'à passer la vitesse supérieure pour passer dans la cour des Grands...

1973...c'est ce qui va être fait à partir de cette année 1973. Elle va entrer dans une dimension de succès qu'elle n'aurait jamais imaginé et qui va lui offrir l'un des plus beau palmarès de cette fin de XXième siècle...

1974...elle fait autant dans la nouveauté que dans la reprise. Elle nous revisite ici le titre de Wanda Jackson datant de 1956 et sur ce coup là la copie va dépasser l'original, c'est peu dire...

1974...un savoir faire dans les ballades qui s'étend d'année en année et qui montre que dans ce domaine elle excelle, force est de constater. On en redemande forcément !

1974...elle alterne également morceaux traditionnels avec des morceaux nettement plus orientés Country. Mais la deuxième catégorie est nettement moins rentable en termes de niveau de succès atteint forcément...

1975...et voici venir le grand décollage ! Le tout sur une version revisitée du titre de Dee Dee Warwick datant de 1963 particulièrement réussie. Tellement réussie qu'elle offre à la jeune chanteuse son premier méga hit planétaire. E-NOR-MI-SSIME !

1975...c'est un festival de versions revisitées qu'elle nous offre en cette année 1975. Cette fois-ci elle reprend ici le titre des Everly Brothers datant de 1960 et une nouvelle fois la copie va dépasser l'original. Mais comment fait-elle pour sublimer ainsi de vieux titres, bonne question...?

1975...cette fois-ci elle nous revisite le titre de Martha And The Vandellas datant de 1963 mais la copie n'arrivera pas à dépasser l'original sur ce coup là côté succès dans les Charts. Mais de très peu...

1975...une année 1975 qui la voit atteindre un niveau que personne n'aurait oser soupçonner quelques années en arrière. Tout lui réussit avec une facilité pour le moins déconcertante !

1975...l'année 1975 aura été indéniablement l'année des reprises et surtout des reprises réussies. Elle finit l'année en beauté avec cette version revisitée du titre des Miracles datant de 1965. Quel talent !

1975...allez, l'année n'est pas tout à fait finie. Il reste encore cette toute dernière reprise cette fois-ci du titre de Buddy Holly datant de 1959. Et comme les reprises précédentes, celle-ci va connaitre également son heure de gloire...

1976...l'année 1976 redémarre comme s'est finie l'année 1975, c'est à dire en mode reprise, et oui, une de plus. Elle revisite ici le titre toujours de Buddy Holly datant de 1956. Sur ce coup là la copie ne dépassera pas l'original mais s'en rapprochera de peu...

1976...étonnamment, dès qu'elle fait dans le titre original, ls résultats dans les Charts ne suivent pas. Ou du moins n'ont rien à voir avec le niveau atteint par ses reprises multiples et variées...

1977...celui-ci fera encore moins bien que son prédécesseur, c'est pour dire. Il va donc falloir qu'elle se ressaisisses et vite et quoi de mieux dans ces cas là que reprendre le bon vieux titre d'un autre...

1977...elle ne va pas reprendre n'importe quel titre car elle ose s'attaquer ici au titre phare de Roy Orbison datant de 1963. Une reprise de luxe qui va lui offrir tout simplement l'un des plus gros succès de toute sa carrière. MA-GIS-TRAL !

1977...du coup elle n'ose même plus sortir de titres originaux et continue dans la reprise de luxe. Toujours du Buddy Holly datant de 1958 et comme pour ses autres reprises, c'est carton assuré dans les Charts !

1977...c'est maintenant au tour de Warren Zevon et son titre datant de l'année précédente d'être remis au gout du jour. La chanteuse est devenue en quelques années la Championne incontestable et incontestée des versions revisitées, ça c'est clair !

1978...et pendant qu'elle y est elle se permet même de reprendre un titre des Rolling Stones datant de 1972. Difficile quand même de faire encore plus fort que l'original...

1978...il n'y a rien à faire, dès qu'elle revient en mode création, c'est la chute libre dans les Charts. Les gens se sont tellement habitués à ses reprises qu'ils ne veulent plus que ça désormais...

1978...du coup elle y retourne forcément. C'est au tour de Chuck Berry et son titre datant de 1959 d'avoir les faveurs de l'artiste. Et qui dit reprise dit forcément succès d'envergure...

1978...ce sont maintenant les Miracles et leur titre de 1965 qui vont avoir le droit à un léger dépoussiérage. Dépoussiérage réussi bien sur !

1979...autant finir la décennie en beauté avec...une bonne vieille reprise des familles, le contraire aurait été sacrément étonnant. Merci qui cette fois-ci ? Merci Doris Troy et son titre de 1963...

1979...un titre tout en finesse qu'elle emprunte cette fois à Elvis Costello, lequel l'a sorti deux ans auparavant. Reste maintenant à savoir si elle compte nous refaire le même scénario ou pas la décennie prochaine...

1980...et bien non ! Du moins pour l'instant avec ce titre qui est bien d'elle et qui s'en sortira pas si mal que ça au final. Comme quoi quand elle veut...

1980...il n'y a rien à faire, chassez le naturel, il revient au galop. C'est dans sa nature profonde de revisiter les titres des autres, cette fois-ci un titre de Little Anthony & The Imperials datant de 1964. On ne la refera pas à première vue...

1980...alors à qui doit-on ce titre ? Et bien à The Hollies, titres qu'ils ont sorti en 1966. Fait notable, même les reprises commencent à moins lui rapporter...

1982...les créations arrivent même à égaler les reprises désormais en termes de succès. On sent bien qu'il se passe quelque chose sur la planète Ronstadt et que les lignes commencent à bouger...

1982...les années passent, tout comme les décennies, et les reprises restent sa matière principale. Une nouvelle fois la preuve avec cette version revisitée du titre de Billy Joe Royal datant de 1965. Et ça marche comme toujours...

1983...alors, à votre avis, reprise ou pas reprise ? Vu le niveau de succès pour le moins mitigé, vous connaissez forcément la réponse...

1983...alors là, on repart carrément en 1939 ! Elle nous revisite ici le titre de Bob Crosby et son orchestre et ose s'aventurer sur un terrain musical aux antipodes de celui qui est le sien d'habitude. Et pourquoi pas...

1984...cette fois-ci c'est du Georges Gershwin datant de 1928 qu'elle remet au gout du jour. Un titre tout en finesse et en légèreté loin, très loin, de son univers habituel une nouvelle fois...

1984...dans la même veine. Qui aurait pu imaginer un jour qu'elle viendrait jouer dans cette catégorie musicale si particulière, pas grand monde c'est sur...

1985...elle s'attaque ici à un monument dont la version la plus célèbre est celle de Nat King Cole datant 1956. En vérité l'original fut interprété par Jeri Southern en 1952 et à chaque fois, quel que soit le chanteur ou la chanteuse, l'émotion reste la même en tout cas...

1986...des années 30 et 40 qui l'inspirent au plus haut point à première vue. Elle remet au gout du jour un titre de Cliff Edwards datant de 1940 et comme toujours, ça fonctionne !

1986...la voici en mode BO sur le film 'An american tail" en compagnie d'un certain James Ingram. Comme partenaire masculin, il y a pire comme on dit !

1987..."et si on chantait ensemble les copines" se sont dit ces 3 artistes hors normes . Et forcément, vu le potentiel de chacune d'elle, l'on se doutait que le résultat serait à la hauteur. Et il l'est forcément !

1987... après avoir revisité un titre des Teddy Bears datant de 1958, les 3 filles font cette fois-ci dans la nouveauté. Un peu de nouveauté ne nuit pas bien au contraire...

1987...voici venir un titre de 1978 interprété à l'origine par Bill et James Monroe. Paradoxalement, c'est la version des 3 filles qui restera comme la plus connue, comme quoi ça valait le coup de s'y intéresser...

1988...une collaboration de légende qui aura permis aux 3 filles de montrer le meilleur d'elle-même. Et il se pourrait bien qu'elles remettent ça par la suite...

1989...une décennie 80 qui aura été le moment idéal pour partager l'affiche à première vue. Après les 2 copines, voici venir le temps du duo 100 % glamour. Et pourquoi pas me direz-vous...

1989...une collaboration qui va parfaitement fonctionner et offrir aux 2 artistes deux énormes succès. Il faut dire qu'avec des titres de cette qualité, rien d'étonnant !

1990...une collaboration qui s'étendra même sur le début de décennie suivante. Avec à la clé un troisième succès d'envergure, certes de moindre ampleur que les 2 précédents mais tout de même...

1990...une décennie 90 qui démarre donc idéalement et qui lui permet de se maintenir au plus haut niveau sans trop de difficultés. Espérons que ça dure...

1990...elle avait déjà tenté l'expérience BO en 1986 et la revoilà pour la suite du film 'American tail : Fievel goes West'. Une suite musicale qui lui rapportera nettement moins que la première...

1992...la voilà maintenant en mode hispanique histoire de rendre un bel hommage à ses racines familiales. Cela part d'un bon sentiment que de vouloir revisiter ce standard d'Artie Shaw datant des années 40 mais cela ne touchera qu'un public des plus limités...

1992...elle revisite ici un titre rendu célèbre par Xavier Cugat en 1940 et comme pour le titre précédent, l'impact auprès du grand Public sera des plus limités une nouvelle fois...

1993...le retour en langue anglaise va lui permettre de revenir un tant soit peu dans la course. Mais il est clair que les meilleures années sont désormais derrière...

1994...étonnamment, elle retente dans la foulée l'expérience en langue hispanique et comme précédemment, le grand Public ne suivra pas. Après, c'est elle qui mène sa carrière comme elle l'entend...

1994...du coup, seul moyen de sauver le soldat Ronstadt, une bonne vieille reprise des familles. Cette fois-ci elle revisite le titre de Maxine Brown datant de 1964 mais même les reprises ne lui rapportent pas plus que ça désormais...

1995...une décennie 90 compliquée à gérer force est de constater. Il est de de plus en plus difficile pour la chanteuse d'exister au plus haut niveau, d'autant plus lorsque le décalage avec la concurrence est de plus en plus important...

1995...allez, encore une petite reprise pour la route. Et oui, encore une ! Elle revisite ici le titre de Matraca Berg datant de 1990 mais la copie ne fera pas mieux que l'original...

1996...un joli titre tout en finesse qu'on doit aux...Shirelles. Un titre de 1959 qu'elle remet en lumière pour notre plus grand plaisir mais qui ne lui rapportera pas plus que ça une nouvelle fois. Les temps sont de plus en plus durs...

1998...une fin de décennie qui la voit disparaitre doucement mais surement des radars, autant côté album que côté singles. Dure loi du métier...

1998...on ne peut que saluer sa volonté de continuer l'aventure coute que coute, mais les éléments deviennent tellement contraires qu'exister au plus haut niveau relève quasiment de la mission impossible...

1999...on retrouve le trio magique en cette fin de décennie. Une suite qui ne va pas vraiment rencontrer le même niveau de succès que le premier opus malheureusement...

1999...et pourtant les 3 filles sont loin de démériter, c'est clair. Mais même dans ce registre, qui pourtant leur a toujours réussi, le public n'est plus vraiment au rendez-vous, c'est pour dire...

2000...l'on se doutait qu'à un moment donné le passage par l'album de Noel allait devenir indispensable. C'est désormais chose faite...

2004...on va la retrouver en cette nouvelle décennie 2000 mais elle n'est plus que l'ombre d'elle-même. Surtout elle évolue dans un registre loin, très loin des aspirations du grand Public. Alors, affaire à suivre ou fin de l'aventure ? Il n'y a qu'elle désormais pour y répondre...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article