Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Radio 80

Made In 80

 

 

 

Publié par Nostradam

Un rêve américain... Partie 2

___________________________________

Suite...

Toujours en 1978, Alan Parker va demander à l’artiste de composer un thème pour le nouveau film qu’il compte réaliser nommé Midnight Express. Et le résultat va dépasser toutes les espérances du réalisateur avec un titre « Chase » qui va devenir un véritable phénomène et booster le film de façon inespéré.

Fort de cet incroyable succès pour le moins inattendu, l’artiste surfe sur la vague et enregistre un nouveau succès l’année suivante avec l’album « E=MC2 ». Notamment grâce à 2 titres phare que sont « Baby blue » et « E=MC2 ».

L’artiste va livrer un nouveau titre qui fera date en 1980 avec le titre « Call me » qui apparait sur la BO du film « American gigolo » et qui reste à ce jour l’un des titres parmi les plus emblématiques du groupe Blondie. Le titre va faire un véritable carton planétaire cette année là et rajouter une étoile de prestige à un palmarès qui commence déjà à en contenir un certain nombre.

Nouvelle BO de renom en 1982 pour le film « Cat people », BO portée à bout de bras par l’énorme titre « Cat people (Putting out fire) » interprété par David Bowie.

Mais c’est sans compter sur la nouvelle BO qu’il va livrer un an plus tard en 1983, BO pour un petit nommé…Flashdance ! Le titre phare de la BO « What a feeling » va booster le film comme jamais et reste à ce jour l’une des BO parmi les plus emblématiques de cette fin de XXième siècle.

La même année il livre une nouvelle BO de renom pour l’un des films parmi les plus marquants de la décennie à savoir Scarface.

C’est une déferlante de BO à laquelle on assiste en cette année 1983 puisqu’il va aussi produire la BO du film D.C. Cab et offrir à Irene Cara la possibilité de rayonner une nouvelle fois avec le titre « The dream (Hold on to your dream) ».

Toujours en 1983 on le retrouve au côté de Joe Esposito sur l’album « Solitary man », album dont le titre phare restera le single qui porte le nom de l’album.  

L’année suivante en 1984 c’est une nouvelle BO qui sort pour la version restaurée du film Métropolis datant de 1927. Après Debbie Harry, après David Bowie, après Irene Cara, après Paul Engemman, c’est au tour de Freddy Mercury d’avoir les faveurs du compositeur sur le titre « Love kills ». Et comme pour tous les autres, le succès sera planétaire…

Toujours en 1984, l’artiste travaille avec le chanteur Philip Oakey des Human League et comme pour les autres associations celle-ci ne va pas passer inaperçue loin de là. Ils livrent le titre « Together in electric dreams », titre phare de la BO du film Electric dreams.

Une année 1984 incroyable qui le voit produire également le thème des Jeux Olympiques qui se déroulent cet été là à Los Angeles avec le titre « Reach out ».

Et enfin elle va même se finir en apothèose avec la sortie de l’énormissime titre « Neverending story » interprété par Limahl, titre phare de la BO du film L’histoire sans fin.

On le retrouve avec Philipp Oakey en 1985 sur l’album « Philipp Oakey & Giorgio Moroder », album cette fois-ci au succès relatif et qui ne s’en sortira de justesse que grâce au titre « Good-Bye bad times ».

Mais l’histoire est loin, très loin de s’arrêter là car l’artiste va produire l’année suivante en 1986 ce qu’il considére à ce jour comme son joyau à savoir la BO d’un petit film qui va devenir un véritable phénomène de société cette année là, un petit film nommé…Top Gun ! Deux titres majeurs vont en être extraits d’abord «Danger zone » interprété par Kenny Logins mais aussi et surtout le monumental « Take my breath away », titre hors norme qui va faire la fortune et la gloire du groupe qui l’interprète à savoir Berlin. 

A suivre...

___________________________________

 

Discographie (entre autres...) :

Décennie 70 :

  • Love now hurt later (Giorgio) 1978
  • Chase 1978
  • Baby blue 1979
  • E=MC2 1979
  • On the radio (Donna Summer) 1979

Décennie 80 :

  • What a night 1980
  • Call me (Blondie) 1980
  • Night drive 1980
  • Cat people (Putting out fire) (David Bowie) 1982
  • What a feeling (Irene Cara) 1983
  • Scarface (Push it to the limit) (Paul Engemann) 1983
  • The dream (Hold on to your dream) (Irene Cara) 1983
  • Solitary man (Joe Esposito) 1983
  • My girl (Joe Esposito) 1983
  • Lady, lady (Joe Esposito) 1983
  • Love kills (Freddy Mercury) 1984
  • Together in electric dreams (Philip Oakey) 1984
  • Now you’re mine (Helen Terry) 1984
  • Never ending story (Limahl) 1984
  • Reach out (Paul Engemann) 1984
  • American dream (Paul Engemann) 1984
  • Good-bye bad times (Philipp Oakey) 1985
  • Be my lover now (Philipp Oakey) 1985
  • Danger zone (Kenny Logins) 1986
  • Take my breath away (Berlin) 1986

___________________________________

1978...ce titre là ne fera pas mieux que son prédécesseur mais ce qui est en préparation risque de sacrément changer la donne. Et le compositeur n'imagine même pas à quel point...

1978...il va signer ici tout simplement l'une des BO parmi les plus emblématiques de cette fin de décennie, rien que ça. Et cerise sur le gâteau, sur un tempo qui va enflammer tous les Dancefloor de la planète. MA-GIS-TRAL !

1979...impossible pour ce titre de rivaliser avec son prédécesseur tant la barre a été mise haute. Il devra donc se contenter des quelques miettes qu'il lui aura laissé...

1979...on aurait pu craindre le pire avec cette dégringolade dans les Charts pour le moins violente. Juste un petit trou d'air passager comme on dit...

1980...il continue à vouloir sortir des titres sous son nom vu l'énorme succès rencontré par 'Chase'. Mais l'avenir va l'inciter de plus en plus à faire confiance aux autres pour valoriser au plus haut point ses compositions. La preuve avec ce titre une nouvelle fois !

1980...encore un titre qui passera totalement sous les radars. Il va vraiment falloir qu'il se pose les bonnes questions quant à son avenir personnel en tant qu'interprète...

1980...après avoir offert à Donner Summer plusieurs compositions somptueuses, il décide d'élargir le cercle des chanteuses potentielles et offre à Debbie Harry un cadeau dont elle n'imaginait même pas qu'il serait d'une telle valeur !

1980...il ne peut pas produire que des joyaux, ça c'est clair. Mais même le plus simple de ses titres n'est en aucune manière dénué d'intérêt...

1982...après Donna Summer, après Debbie Harry, le voilà qui s'adresse à une autre star du moment à savoir David Bowie. Belle brochette d'artistes ma foi !

1983...un film qui à la base n'était pas parti pour tout fracasser au niveau planétaire. Mais c'était sans compter sans ce titre hallucinant qui va tout changer et qui restera incontestablement comme l'un des titres parmi les plus marquants de la décennie. GE-NIA-LI-SSIME !

1983...la qualité des titres qu'il aligne en ce début de décennie frôle la quasi perfection. Son inspiration est tout simplement au top du top et personne à ce stade n'est en mesure de le concurrencer c'est indéniable !

1983...certes certains titres passeront plus inaperçus que d'autres mais il est clair qu'il ne peut pas non plus produire des Chefs d'Œuvre à chaque fois...

1983...il s'associe le temps d'un album avec Joe Esposito, association de qualité mais qui ne produira pas de hit majeur. On prend quoi qu'il arrive !

1983...ce qui est sur c'est qu'aucun titre dont il sera à l'origine durant cette décennie 80 ne sera dénué d'intérêt. Une véritable prouesse !

1983...ce qui impressionne d'autant plus c'est le nombre de titres produits année après année. Son inspiration est en perpétuelle ébullition et ne faiblit pas d'un Iota ce qui souligne d'autant plus l'incroyable talent de cet homme...

1984...nouvelle BO de gros calibre sur la version revisitée du film Metropolis datant de 1927. La version revisitée du film n'apportera pas grand chose de plus que l'original mais la BO, elle, produira un nouveau hit majeur en tout cas...

1984...c'est un déluge de BO auquel on assiste et que des BO de très très haut niveau. Cette fois-ci ce sera pour le film "Electric dreams", une BO qui ne sera pas la dernière, oh que non...

1984...un autre présent toujours sur la même BO. Celui-ci n'aura pas le même niveau de retentissement mais il aurait été dommage de l'occulter...

1984...et ça continue ! Encore une BO qui restera comme l'un des grands moments de la décennie et qui restera incontestablement comme l'un des titres parmi les plus emblématiques de l'ancien chanteur de Kajagoogoo...

1984...il s'associera à de nombreuses reprises avec Paul Engemann et en fera l'un de ses chanteurs parmi plus utilisés dans les titres qu'il aura composé...

1984...un chanteur qui existera principalement à travers les cadeaux offerts par le compositeur. A chaque fois des cadeaux de grande valeur qui lui auront permis d'exister au plus haut niveau...

1985...après avoir offert à Philip Oakey l'une des BO parmi les plus emblématiques de la décennie, ils s'associent de nouveau sur cet album mais cette fois-ci au seul profit du chanteur...

1985...une nouvelle association qui ne produira pas de hit majeur mais qui sera loin de démériter, c'est clair. Suffisante en tout cas pour booster la carrière solo du chanteur...

1986...et voilà qui arrive l'année de tous les records. A commencer par ce titre qui va apparaitre sur la BO d'un petit film où il est question d'avions et de testostérone...

1986...sauf que le petit film va devenir un énormissime succès planétaire, un succès colossal autant dû aux acteurs et à l'histoire du film qu'à la BO exceptionnelle dont le film va profiter. Avec en point d'orgue ce titre oufissime, chef d'œuvre du compositeur offert sur un plateau au groupe Berlin et qu'il considère à ce jour comme sa plus belle réussite. CUL-TE !

___________________________________

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article