Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Forum Spécial 80 & 90

Publié par Nostradam

Gerard Berliner, de son vrai nom Raymond Berliner,fut un chanteur, auteur compositeur français dont la particularité, hormi le fait d’avoir interpreté l’une des plus belles chansons de la décennie 80, est d’être le demi-frère d’un gangster notoire des années 80 à savoir Bruno Berliner du Gang des Postiches.

Il démarre sa carrière artistique dès l’âge de 13 ans comme acteur dans de petits rôles au cinéma et au théâtre. Et c’est en 1974 que démarre sa carrière de chanteur lorsqu’il connait son premier succès avec le titre « Pour toi je veux vivre ».

Remarqué par Serge Lama en 1978, ce dernier le fait passer en première partie de ses concerts.

Mais c’est en 1982 que tout bascule pour lui lorsque sort le magnifique titre « Louise » extrait de l’album « Voleur de maman », titre qui se vendra à plus d’un million et demi d’exemplaires !

Sortent en 1983 l’album « Je porte ma vie » et « La mémoire profane » en 1984, albums qui malgré une qualité évidente ne rencontreront pas le succès escompté. D’autres albums sortiront dans les années 90, album au succès très relatif.

Le destin du chanteur basculera définitivement le 13 Octobre 2010 lorsqu’il sera terrassé par une crise cardiaque.

Mais l’on se rappellera encore longtemps de ces sublimes paroles : « Mais qui a soulagé sa peine, porté son bois porté les seaux, offert une écharpe de laine, le jour de la foire aux chevaux… ».

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Pour toi je veux vivre 1974
  • C'est la vie à 20 ans 1978
  • L’amitié après l’amour 1978
  • L'amore perdonera (Gino Lorenzi) 1980
  • Louise 1982
  • Le voleur de mamans 1982
  • Les mémés 1983
  • Je porte ma vie 1983
  • C’était pas moi 1984
  • La maladie 1985
  • Comme des millions d’histoire d’amour 1986
  • Où es-tu 1986
  • La vie est au bout des doigts 1987
  • Le messager 1988
  • L’amour de l’amour 1990
  • Aimer 1990
  • Les amants d'Oradour 1992
  • Je suis là 1994
  • Trompe moi 1995
  • Bénie sois-tu 1996
  • Je vous l'avoue 1998
  • Tu m'oublieras 1998
Hommage à un Poilu...

1974...les débuts très années 70. Impossible d'imaginer à ce stade que c'est le même chanteur qui va produire l'un des plus beaux titres de cette fin de XXième siècle coté français...

1978...certes, au bout de quelques années, le style et la voix se mettent en place mais il est clair qu'il reste encore du travail...

1978..le travail porte ses fruits et force est de constater que l'artiste est désormais aux portes d'une aventure qui va très rapidement prendre des proportions incroyables. Patience, patience...

1980...cette fois-ci, tout est là. Le style, la voix, tout est enfin prêt pour l'arrivée de la Merveille. Mais à ce moment précis, difficile d'imaginer ce qui va arriver 2 ans plus tard...

1982...la MERVEILLE ! Ce qui restera surement comme l'une des plus belles chansons de la décennie 80 côté français. Des paroles et une inspiration incroyables qui transcendent littéralement un morceau oufissime qui va faire la gloire et le succès de son interprète. MO-NU-MEN-TAL !

1982...une année 82 absolument exceptionnelle qui le voit littéralement exploser sur la scène musicale. Certes, dans un registre qui lui est tout particulier, mais qu'il maîtrise à la perfection !

1983...il récidive un an plus tard avec une magnifique ballade en hommage cette fois-ci aux mémés ! Un talent vraiment unique dans le domaine Intimiste qui lui permet d'aligner morceau d'exception sur morceau d'exception. MA-GNI-FI-QUE !

1983...encore un titre au lyrisme incroyable et qui flotte littéralement dans l'air une nouvelle fois. Un savoir faire vraiment unique côté français en ce milieu de décennie 80. MA-GI-QUE !

1984...les années passent sans que la qualité d'écriture ne faiblisse d'un Iota. Certes, son obstination à se maintenir dans le domaine Intimiste va forcément finir par le marginaliser mais tant que ça marche...

1986...il sort temporairement du domaine Intimiste pour basculer dans un domaine totalement improbable pour ce milieu de décennie où tout normalement doit tourner autour de la Dance. Un pari sacrément osé...

1986...il ose enfin prendre des risques et essaye de recoller aux standards musicaux qui prédominent à ce moment là. Et même si ce titre là est de qualité, il est malheureusement trop tard, le train de la nouveauté est passé et il l'a raté...

1987...du coup, il repart de nouveau dans l'unique domaine qui semble lui convenir. Malheureusement, le public attend désormais autre chose de sa part et est déjà passé à autres choses. Dommage...

1990...et on a beau changer de décennie, lui ne change pas et s'obstine contre vents et marées à se maintenir dans le registre 'à émotions'. Un talent au dessus de la moyenne qui aurait vraiment mérité une reconnaissance bien supérieure à ce qu'elle fut. Mais le destin en aura décidé autrement...

1992...on a l'impression d'être repartis 10 ans en arrière tant la musique et le style ressemblent trait pour trait à ce qu'il faisait à cette époque là. Un machine arrière toute difficilement compréhensible en cette décennie 90...

1994...année après année, décennie après décennie, il ne varie pas d'un Iota et trace sa voie sur la même route. Un parcours très étonnant qui restera comme l'un des plus riches côté inspiration mais aussi comme l'un des moins riches en termes de sonorités diverses et variées

1995...en dehors du temps, en dehors des standards, en dehors de toute remise en cause. Un cas quasi unique du paysage musical français de cette fin de XXième siècle

1996...toujours et encore. Surement l'un des discographies Intimiste parmi les plus fournies. On aurait tant aimé le voir explorer d'autres voies et surtout d'autres tempos...

1998...les années passent et tout est figé. Tout flotte, inexorablement, invariablement, éternellement. Un talent vraiment hors norme et une carrière gérée de façon totalement atypique...

1998...non, on ne l'oubliera pas, c'est clair. La preuve avec cet article qui relate l'histoire incroyable d'un des meilleurs artistes de sa génération et qui pourtant n'aura pas eu la reconnaissance qu'il méritait. Tchao l'artiste !

Commenter cet article

Arthur Zelian 16/10/2015 15:04

Coucou. Ma chanson favorite, c’est bien évidemment Louise. C’est ce titre que j’ai entendu la première fois que j’ai écouté son répertoire.

Nostradam 16/10/2015 21:04

"Pour le plaisir" d'Herbert Léonard, "Elle est d'ailleurs" de Pierre Bachelet, "Louise" de Gérard Berliner. Je me rappelle très bien quand j'étais gamin du succès colossal de ces titres durant les années 80. Des monuments !