Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

Daniel Guichard est un auteur-compositeur-interprète français qui démarre sa carrière artistique à l’adolescence. Un démarrage pour le moins précoce qui est du à la mort prématurée de son père. Mort prématurée qui va le forcer, pour nourrir sa famille, à travailler le jour aux Halles et à chanter dans les cabarets de Montmartre ou Saint Germain Des Près la nuit.

Prestations scéniques où il se fait remarquer rapidement grâce à son accent titi-parisien en interprétant des titres d’Aristide Bruant.

C’est en 1966 que les choses prennent enfin de la hauteur lorsqu’il signe un premier contrat avec le label Barclay. Mais la suite n’est pas aussi radieuse que prévue et il doit se contenter de petites salles ou de cabarets comme terrain de jeu.

Il va lui falloir attendre le début de décennie suivante pour voir enfin ses efforts récompensés notamment grâce à 2 énormissimes titres que sont « La tendresse » et « Faut pas pleurer comme ça ». Deux titres qui sortent en 1972 et qui le projettent de façon spectaculaire sur le devant de la scène. Un titre « Faut pas pleurer comme ça » composé pour la partie instrumentale par un certain…Christophe !

C’est un autre compositeur de renom, un certain Jean Ferrat, qui va lui offrir 2 ans plus tard en 1974 son titre le plus emblématique à savoir le somptueux « Mon vieux », titre de la consécration qui fait alors du chanteur l’un des plus gros phénomènes du moment. Milieu de décennie 70 qui le voit au point culminant de sa carrière.

La suite va s’avérer un peu plus compliquée à gérer avec de nouveaux succès mais qui n’auront rien à voir avec les précédents sauf en début de décennie 80 où il connaîtra un dernier succès d’envergure avec le titre « Le gitan » en 1982.

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres...) :

  • Faut-il être ? 1967
  • La tendresse 1972
  • Faut pas pleurer comme ça 1972
  • Pourquoi ? 1973
  • T'en souviens-tu, Marie-Hélène ? 1973
  • Mon vieux 1974
  • Les secondes 1974
  • Chanson pour Anna 1974
  • La découverte 1975
  • Je t’aime, tu vois 1975
  • Ne parle pas 1976
  • Toi 1976
  • Je n’ai pas le cœur à sourire 1976
  • Prends moi dan tes bras 1978
  • Je viens pas te parler d’amour 1978
  • C’est pas facile d’aimer 1979
  • Pour ne plus penser à toi 1980
  • T’aimer pour la vie 1981
  • Le cœur à l’envers 1981
  • Doucement 1982
  • Le gitan 1982
  • Le nez au mur 1983
  • Pour la vie 1985
  • Le temps 1989
  • On se reverra 1990
Faut pas pleurer comme ça...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1967...qui imaginerait à ce stade que ce jeune garçon sorti de nulle part va devenir en quelques années l'un des plus grands chanteurs de cette fin de XXième côté français. Pas grand monde forcément...

1972...6 ans ont passés et le moins que l'on puisse dire, c'est que la chenille s'est transformée en un beau papillon qui ne demande qu'à s'envoler ! Il livre ici un titre Intimiste de toute beauté qui le propulse sur le devant de la scène de façon pour le moins fracassante. E-NOR-MI-SSIME !

1972...une année 1972 absolument exceptionnelle qui le voit produire un nombre incroyable de titres hors norme. En seulement une année il sera devenu l'un des plus gros phénomènes du moment dans l'hexagone. Et c'est parti pour durer !

1973...maintenant que la dynamique du succès est bien en place, il ne lui reste plus qu'à dérouler. Et pour dérouler, ça, ça va dérouler !

1973...un style unique, tout comme le phrasé, qui lui permettent de se démarquer de façon flagrante de la masse des concurrents. Une force incontestable durant cette décennie. Pas sur que ce soit le cas durant la prochaine...

1974...puis arrive CE titre ! Il signe ici tout simplement le Chef d'Œuvre de sa carrière, un titre tout simple mais à l'inspiration hors norme, quasi surnaturelle. Mais quand voit qui est derrière, un certain Jean Ferrat, l'on se doutait que le résultat serait exceptionnel. Et il l'est. MA-GIS-TRAL !

1974...comment passer derrière un tel titre ? Quasiment impossible, c'est clair. Mais ce titre est loin de démériter, on s'en contentera donc largement...

1974...des aptitudes pour l'Intimiste incontestables et incontestées. Titre après titre, année après année, son savoir faire dans ce domaine lui permet de se maintenir à un niveau d'excellence plus que certain...

1975...le seul reproche qu'on peut lui faire, c'est qu'il ne sort quasiment jamais de ce registre justement. Mais quand on voit encore la qualité de ce titre, l'on comprend pourquoi il s'y cantonne vaille que vaille...

1976...une incursion dans le domaine Festif serait vraiment la bienvenue. Ce qui ne sera pas encore le cas sur ce titre là. Il va donc falloir être encore un peu patient...

1976....ce qui ne l'empêche pas de continuer à engranger les succès. Certes, il ne retrouvera jamais un niveau de succès équivalent à celui rencontré sur 'Mon vieux" mais il continue quoi qu'il en soit à se maintenir dans le peloton de tête avec une facilité plus qu'évidente !

1976...une GROSSE année 1976 qui le voit aligner plusieurs titres de gros calibre. Le danger pour lui désormais est de ne pas voir le monde musical autour de lui évoluer. Les années à venir vont être déterminantes le concernant...

1978....une fin de décennie 70 qui voit le Disco s'imposer comme le style incontournable du moment. Un domaine qu'il n'osera jamais explorer malheureusement. A tort...

1978...il reste constant sur ses bases et ne change rien dans son style. Un parti pris osé et surtout contre productif à termes. Attention à la sortie de route...

1979...il continue son aventure vaille que vaille et ne se soucie guère des changements incroyables qui s'opèrent autour de lui. Côté qualité des mélodies, on ne peut rien lui reprocher. Mais c'est surtout le style qui parait de plus en plus désuet...

1980...le passage à la décennie 80 n'y changera rien. Il campe sur ses positions et maintient le cap. Difficile dans ces conditions de rester au contact des meilleurs...

1981...qui pourra lui faire entendre raison, personne à priori. Dommage car son talent est indéniable et il aurait pu trouver sa place dans cette nouvelle décennie. Un jusque-boutisme qu'il va payer au prix fort...

1981...il disparaît progressivement des radars et rien, ni personne, n'est en mesure d'enrayer son déclin programmé. Ne reste plus que le miracle pour sauver le soldat Guichard...

1982...un miracle qui n'aura pas lieu sur ce titre en tout cas. En 10 ans, il n'aura pas pu - ou voulu - évoluer d'un Iota, chose rarissime dans le milieu...

1982...et le miracle, le voilà enfin ! Même si ce titre ne correspond en rien aux nouveaux standards du moment, il livre ici LE titre léger et festif qu'on attendait depuis si longtemps. Comme quoi, dans la chanson, rien n'est jamais fini !

1983...une embellie de courte durée malheureusement. Le retard avec la concurrence est désormais tel qu'il lui sera impossible de revenir dans la course de façon durable...

1985...malgré des titres non dénués d’intérêt, il va traverser la décennie 80 tel un fantôme en quête d'un passé glorieux qu'il ne retrouvera plus jamais. Comme bon nombre de collègues de sa génération, la décennie 80 leur aura été fatale...

1989...il colle enfin à l'air du temps mais la prise de conscience est bien trop tardive. Quel dommage car quand on voit ce genre de titre, tout aurait pu être possible...

1990...il tentera même le passage à la décennie 90. Pari fou et surtout mission impossible. Ce qui n'a pas marché durant la décennie 80 ne risque pas de marcher durant la suivante. Quoi qu'il en soit, son palmarès restera toujours comme l'un des plus brillants de cette fin de XXième siècle et rien que pour ça, chapeau bas !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article