Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forum années 80 & 90

 

 

 

Publié par Nostradam

The Boomtown Rats est un groupe irlandais formé à Dublin en 1975 et composé à l’origine de Bob Geldof, Garry Roberts, Johnnie Fingers, Pete Briquette, Gerry Cott et Simon Crowe. Groupe qui portera le nom de The Nightlife Thugs à ses tous débuts. ‘The Boomtown Rats’ serait une référence quant à elle au gang d’enfants présents dans l’autobiographie de Woody Guthrie Bound for glory.

Groupe qui signe un an plus tard en 1976 avec le label Ensign Records, label qui va leur permettre de sortir leur premier single « Lookin’ after N°1 » l’année suivante en 1977. Premier single qui ne va pas passer inaperçu, du moins en Angleterre. Single suivi d’un autre « Mary of the 4th form » qui lui aussi va connaitre un parcours plutôt favorable. Les deux extraits de leur premier album éponyme qui sort dans la foulée et qui confirme l’excellent départ du groupe.

Succès confirmé et surtout amplifié l’année suivante en 1978 avec la sortie de l’album « A tonic for the troops », album qui va marcher cette fois-ci des 2 côtés de l’Atlantique. Notamment grâce au single « Rat trap », titre qui va leur offrir leur premier succès planétaire et qui restera également comme le premier single irlandais à avoir été classé N°1 dans les Charts anglais, sacré prouesse à l’époque...

Une montée en flèche qui atteint son point culminant un an plus tard en 1979 avec la sortie de ce qui restera comme leur Joconde à savoir l’énormissime single « I don’t like Mondays ». Le titre va faire un véritable carton planétaire et faire littéralement exploser la notoriété du groupe à l’International. Un titre écrit en hommage à une fusillade qui s’est déroulée dans une école californienne.

Single extrait de l’album « The fine art of surfacing », album qui va sortir la même année et qui va lui aussi cartonner sur toute la planète. Deux autres singles de gros calibres en seront extraits à savoir « Diamond smiles » et « Someone’s looking at you ».

Nouveau single de très gros calibre en début de décennie 80 avec le titre « Banana republic » qui sort en 1980. Un titre qui fait référence en vérité au coté ‘république bananière’ de l’Irlande qui a interdit au groupe de se produire là-bas. Une interdiction liée aux propos très agressifs de Geldof sur le côté corrompu de la classe politique irlandaise. Titre phare de l’album « Mondo bongo » qui sortira quant à lui un an plus tard en 1981.

La réorientation du groupe vers une musique nettement plus orientée reggae va créer de fortes tensions entre les membres du groupe avec des départs précipités. Mais aussi et surtout un niveau de succès qui va chuter brutalement dans les Charts et ramener le groupe à un niveau digne du commun des mortels.

L’album « V Deep » qui sortira en 1982 en sera le premier à en faire les frais et ne sauvera les meubles qu’avec le single « House en fire ». Idem pour l’album « In the long grass » qui arrivera deux ans après en 1984 qui, non seulement marchera encore moins bien que son prédécesseur, mais qui sera également dans l’incapacité à produire un quelconque single de classe planétaire.

Une année 1984 qui voit également Geldof se lancer dans l’aventure incroyable Band Aid en compagnie de Midge Ure, aventure incroyable destinée à récolter des fonds pour combattre la famine en Ethiopie. Une aventure qui va produire les concerts mythiques anglais et américains du 13 Juillet 1985.

Un projet d’une telle dimension qu'il va absorber toutes les forces de Geldof au détriment des Boomtown Rats. Chose dont le groupe ne se remettra pas, lequel finira par se séparer courant de l’année 1986…

A découvrir ou redécouvrir.

Discographie (entre autres…) :

  • Lookin’ after N° 1 1977 
  • Mary of the 4th form 1977 
  • She’s so modern 1978
  • Like clockwork 1978
  • Rat trap 1978 
  • I don’t like Mondays 1979
  • Diamond smiles 1979 
  • Someone’s looking at you 1979 
  • Banana republic 1980 
  • The elephants graveyard (Guilty) 1981 
  • Up all night 1981
  • Go man go 1981 
  • Never in a million years 1981
  • House on fire 1982
  • Tonight 1984 
  • Drag me down 1984 
  • Dave 1984
  • A hold of me 1985 
  • Tram glash baby 2020
  • Here’s a postcard 2020 
Ils n'aiment pas les lundis...

___________________________________

 

___________________________________

CLIPS 

1977...dès le premier titre le groupe fait parler de lui. Un démarrage pour le moins idéal et qui positionne le groupe surtout idéalement pour la suite des évènements...

1977...le groupe confirme avec ce titre que le succès rencontré précédemment n'avait rien à voir avec le hasard. Ca promet !

1978...certes le succès est limité pour l'instant exclusivement au Royaume-Uni mais ça ne va pas durer. Le grand feu d'artifice se rapproche à grands pas...

1978...il n'aura pas lieu durant l'année 1978 mais cela laisse le temps au groupe pour monter en puissance et peaufiner son style. Soyons donc encore un peu patients...

1978...les moteurs de la fusée viennent de s'allumer et le compte à rebours vient de s'enclencher : 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1...

1979...décollage ! Et ça, pour décoller, ça va décoller. Le groupe va signer ici tout simplement le plus gros succès de toute sa discographie et rentrer One Shot dans la légende musicale des années 80. Le tout sur un titre en hommage à la tuerie ayant eu lieu la même année dans l'école primaire de Grover Cleveland a San Diego et qui fera 2 victimes. On ne pouvait pas rêver meilleur hommage !

1979...maintenant que le groupe est sur orbite, il n'a plus qu'à dérouler tranquillement. Et pour dérouler, ça va dérouler !

1979...la GRANDE année du groupe. 2 top hits et 1 méga hit rien que pour cette année 1979, c'est ce qu'on appelle un carton plein ! Le groupe est devenu en une seule année l'un des plus gros phénomènes musicaux du moment. Trop forts les p'tits gars !

1980...paradoxalement, autant l'année 1979 aura été riche en titres, autant l'année 1980 va paraitre quelque peu pâlichonne à coté. Du moins coté quantité car côté qualité, ils vont décrocher ici leur deuxième méga hit, rien que ça. E-NOR-MI-SSIME !

1981...l'on pensait qu'ils allaient dérouler comme ça pendant encore des années et ça ne va pas être le cas, fait incompréhensible. Le succès va se limiter désormais exclusivement à l'Angleterre. Retour à la case départ...

1981...autant le groupe était précurseur en fin de décennie 70 côté sonorité, autant ils n'auront pas su se réinventer en ce début de décennie 80. Une erreur qu'ils vont payer au prix fort...

1981...et pourtant côté production de titres, le groupe va mettre le paquet en cette année 1981. Mais sur ce coup là c'est la quantité qui va l'emporter sur la qualité. Attention danger...

1981...le groupe est en chute libre dans les Charts et ne reviendra plus jamais dans la course. Dure loi du métier...

1982...ils sauveront les meubles in-extremis avec ce titre. Un dernier succès d'envergure avant la grande traversée du désert...

1984...rien en 1983 et retour en cette année 1984 dans une forme qu'on qualifiera de moyenne. Pas suffisante en tout cas pour recoller au peloton de tête...

1984...une année 1984 qui marque vraiment le point de départ de la lente mais irréversible disparition programmée du groupe. Quand ça ne veut plus, ça ne veut plus...

1984...et pourtant ce n'est pas la volonté d'avancer coute que coute qui manque. Mais c'est surtout le niveau d'inspiration qui n'est plus d'assez haut niveau pour leur permettre d'y croire encore sur le long terme...

1985...la dernière année d'envergure pour le groupe. Le problème c'est que Geldof est déjà passé à autre chose et a scellé de façon définitive le sort du groupe...

2020...ils vont renaitre de façon totalement inespérée en ce début de décennie 2020. Malheureusement, pari osé et surtout pari perdu...

2020...et ce titre là ne fera pas mieux. Cela part d'un bon sentiment de vouloir remettre le couvert 35 ans après mais le fossé avec les nouvelles générations est devenu tel que c'est peine perdue comme on dit...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article